Accueil | Actualités | Médias | Précarité : les intermittents de D8 se mobilisent
Pub­lié le 4 juin 2013 | Éti­quettes : ,

Précarité : les intermittents de D8 se mobilisent

Depuis le rachat de la chaîne D8 par le groupe Canal, la direction a imposé des baisses de salaires considérables aux intermittents.

C'était sans compter sur le coup d'éclat d'une jeune opératrice prompteur qui a pris la parole le 30 mai dernier dans le l'émission d'access prime-time "Touche pas mon poste" diffusée en direct sur D8. Profitant de la venue de Jean-Luc Mélenchon sur le plateau, Sophie Tissier a courageusement interpellé les téléspectateurs sur sa situation.

Une page facebook de soutien intitulée "Touche pas à mon intermittente" a été lancé et rassemble déjà plus de 1250 personnes. Par sms le leader du Front de Gauche qui n'avait pas réagi sur le moment lors de l'émission, a promis d'appuyer les intermittents dans leur lutte : "Il faut absolument qu'on l'aide. Je mettrai le paquet".

Après avoir censuré l'intervention de Sophie Tissier dans la rediffusion et le replay de l'émission, D8 a refusé hier l'entrée en plateau à l’intermittente, qui est dans l'attente d'un entretien avec sa direction. Affaire à suivre.

Crédit photo : capture d'écran vidéo (DR)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This