Accueil | Actualités | Médias | Précarité : les intermittents de D8 se mobilisent
Pub­lié le 4 juin 2013 | Éti­quettes : ,

Précarité : les intermittents de D8 se mobilisent

Depuis le rachat de la chaîne D8 par le groupe Canal, la direction a imposé des baisses de salaires considérables aux intermittents.

C'était sans compter sur le coup d'éclat d'une jeune opératrice prompteur qui a pris la parole le 30 mai dernier dans le l'émission d'access prime-time "Touche pas mon poste" diffusée en direct sur D8. Profitant de la venue de Jean-Luc Mélenchon sur le plateau, Sophie Tissier a courageusement interpellé les téléspectateurs sur sa situation.

Une page facebook de soutien intitulée "Touche pas à mon intermittente" a été lancé et rassemble déjà plus de 1250 personnes. Par sms le leader du Front de Gauche qui n'avait pas réagi sur le moment lors de l'émission, a promis d'appuyer les intermittents dans leur lutte : "Il faut absolument qu'on l'aide. Je mettrai le paquet".

Après avoir censuré l'intervention de Sophie Tissier dans la rediffusion et le replay de l'émission, D8 a refusé hier l'entrée en plateau à l’intermittente, qui est dans l'attente d'un entretien avec sa direction. Affaire à suivre.

Crédit photo : capture d'écran vidéo (DR)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux