Accueil | Actualités | Médias | Pour « privilégier le débat », Facebook refuse de supprimer les commentaires racistes
Pub­lié le 14 novembre 2015 | Éti­quettes : ,

Pour « privilégier le débat », Facebook refuse de supprimer les commentaires racistes

Après la publication d'un « mur de la honte », où il dévoilait une liste de messages haineux postés sur Facebook, accompagnés des nom et prénom d'internautes, le journal Nord Littoral a obtenu une réponse du réseau social.

« Nous vous remercions de nous avoir signalé ce commentaire pour apologie de la haine. Pour le moment, il n'a pas été supprimé parce que nous avons déterminé qu'il n'enfreint pas les standards de la communauté de Facebook [...] Veuillez nous informer si autre chose vous préoccupe. Nous souhaitons que Facebook reste un lieu sûr et accueillant pour tous », s'est contenté de répondre Facebook.

Souhaitant plus d'explications, Nord Littoral a ensuite contacté la directrice de la communication du réseau social. Pour elle, « supprimer des commentaires haineux n'était pas forcément ce qu'il y avait de plus pédagogique ». En effet, « tout est une question de nuances », a-t-elle estimé, ajoutant qu'elle privilégiait « le dialogue et le débat ».

L'objectif du journal nordiste, qui était de faire pression sur Facebook afin de l'inciter à prendre des mesures renforcées contre le racisme en ligne, a donc totalement échoué. Au début du mois, un photographe allemand avait subi le même revers.

Après avoir posté une photographie comportant à la fois une femme nue et des propos « racistes », celui-ci avait vu sa publication refusée deux heures plus tard au seul motif de la nudité… Mais n’oublions pas que Facebook est une entreprise américaine. Cette puritaine Amérique où un nu de Modigliani récemment vendu chez Christie’s a été flouté par une partie de la presse d’outre-Atlantique mais où l’on voue un culte à la liberté d’expression.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This