Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Élisabeth Laborde

9 novembre 2020

Temps de lecture : 6 minutes
Accueil | Portraits | Élisabeth Laborde

Élisabeth Laborde

Le féminisme aux affaires

Ancienne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobilité professionnelle fulgurante, Élisabeth Laborde est l’archétype de la « dircom » féministe et bobo qui veut remodeler le monde de l’entreprise à l’aune des mantras progressistes contemporains : parité, féminisme et inclusion. Le mâle blanc David Doucet a fait les frais de son intransigeance. Mais de la communication à la gestion d’un organisme de presse, il y a un pas qu’elle ne saurait franchir ; les ventes des Inrocks et Têtu ont plongé sous sa direction. Qu’à cela ne tienne, elle fonde dans la foulée une agence de conseil en communication spécialisée en « gestion de crise, ainsi que la promotion de l’égalité femmes-hommes, de la diversité et de l’inclusion ».

Formation

Élis­a­beth Labor­de est tit­u­laire d’une licence de droit pub­lic, puis d’une maîtrise en sci­ences poli­tiques obtenue à l’U­ni­ver­sité Toulouse I Capi­tole et d’un mas­ter 2 en droit des média en spé­cial­ité droit de la presse glané au sein de ce même établissement.

Parcours

Elle débute en tant qu’attachée de presse essais et doc­u­ments aux édi­tions Plon en 2007. Elle est amenée à col­la­bor­er dans le cadre de cette activ­ité avec le ban­quier et patron de presse Matthieu Pigasse qui y pub­lie son pre­mier livre Le Monde d’Après en 2009. Le courant passe, tant et si bien que celui-ci lui offre le poste de respon­s­able presse et rela­tions aux Inrocks en 2010. De 2013 à 2017, elle enchaîne divers­es expéri­ences dans la presse (dircom de Libéra­tion entre 2013 et 2014) et l’administration publique (con­seil­lère presse du secré­taire d’Etat au numérique entre 2014 et 2015 ; dircom de l’Ina entre 2015 et 2017).

Elle revient dans le giron de l’empire Pigasse pour enfil­er une dou­ble cas­quette de secré­taire générale des Nou­velles Edi­tions Indépen­dantes (qui regroupe tous les act­ifs de Pigasse dans la presse et l’événementiel) et de direc­trice générale des Inrocks. Elle sou­tient la une con­sacrée à Bertrand Can­tat con­tre l’avis d’une par­tie de la rédac­tion. Ce sera son pêché orig­inel et elle n’aura de cesse de redor­er par la suite le bla­son fémin­iste du jour­nal pour revenir en grâce aux yeux du lec­torat jeune et féminin.

En décem­bre 2017, elle est chargée de met­tre en place un plan de rup­ture con­ven­tion­nelle col­lec­tive qui équar­rit la rédac­tion : plus de trente jour­nal­istes sont priés d’aller voir ailleurs, soit 30% de l’effectif total hors pigistes. Elle est égale­ment for­cée d’accepter un plan de départs volon­taires un an plus tard alors que les finances des Inrocks sont tou­jours autant dans le rouge. En févri­er 2019, suite à un arti­cle à charge de Libéra­tion, elle lâche com­plète­ment le rédac­teur en chef David Doucet accusé d’appartenir à la Ligue du Lol. Une enquête appro­fondie de Nex­tIn­pact prou­vera toute­fois que Doucet est sim­ple­ment coupable.d’avoir par­ticipé à un can­u­lar télé­phonique dirigée con­tre une jour­nal­iste six ans avant les faits. Ne pou­vant ris­quer une sec­onde affaire Can­tat, Doucet est mis à pied avec fra­cas et Marie Kirschen, fémin­iste inter­sec­tion­nelle irréprochable, est nom­mée à sa place. Dans une déc­la­ra­tion d’intention pub­liée peu de temps après les faits sur le site, la rédac­tion s’engage à garan­tir que « les valeurs d’inclusion soient inscrites dans nos pra­tiques et notre fonc­tion­nement. » Même si Labor­de fait péni­tence, il n’en reste pas moins qu’elle échoue à enray­er la baisse des ventes. Elle est licen­ciée en 2019 et rejoint la direc­tion de la rédac­tion de Têtu, une autre tête de pont du jour­nal­isme libéral-lib­er­taire, en févri­er 2020. Celle-ci est chargée à val­oris­er l’image de mar­que en suiv­ant la stratégie de diver­si­fi­ca­tion dans les con­tenus et l’évènementiel voulue par l’actionnaire majori­taire Albin Ser­viant, qui s’inspire en cela des médias com­mu­nau­taires anglo-sax­ons comme Atti­tude : créa­tion d’une bou­tique en ligne, d’un fes­ti­val ou d’un forum inter-entre­pris­es Têtu Con­nect pour sen­si­bilis­er les salariés aux thé­ma­tiques LGBT. Le Covid bal­aie évidem­ment tout cela sur son pas­sage et Labor­de quitte le mag­a­zine en 2020 pour fonder son agence de con­seil en com­mu­ni­ca­tion, même si elle n’est jamais restée plus de trois ans dans la même entreprise.

Parcours militant

Selon Le Monde, « Jean-Marc Lalanne, pro­mu directeur de la rédac­tion fin 2018, dis­ait for­mer avec la direc­trice générale, Élis­a­beth Labor­de, nom­mée mi-2017, un « binôme par­i­taire hyper­sen­si­ble aux ques­tions d’égalité et de diver­sité ». Les Inrocks sont égale­ment hyper­sen­si­bles au catholi­cisme, surtout lorsque des fidèles vendéens protes­tent con­tre la tenue du con­cert de métal Hellfest. Le jour­nal­iste Nico­las Mol­lé dresse un réquisi­toire de l’association « Provocs Hellfest » où l’association est présen­tée comme « une secte » et ses mem­bres comme « homo­phobes et racistes ». L’association porte plainte en diffama­tion con­tre Élis­a­beth Labor­de et Nico­las Mol­lé en sep­tem­bre 2017. La cour d’appel de Rennes juge la plainte irrecev­able en jan­vi­er 2019 au motif qu’une asso­ci­a­tion ayant moins de cinq ans d’existence ne peut inten­ter d’action en jus­tice. Mais la Cour de cas­sa­tion annule cette déci­sion un an plus tard, esti­mant que le juge d’instruction doit pour­suiv­re son enquête. Élis­a­beth Labor­de n’est donc pas encore offi­cielle­ment tirée d’affaires.

Sa nébuleuse

  • Matthieu Pigasse : il la repère chez Plon pour lui don­ner les plus hautes fonc­tions dans sa hold­ing. C’est elle qui gère per­son­nelle­ment sa com­mu­ni­ca­tion alors qu’elle est secré­taire générale des Nou­velles Edi­tions Indépendantes.
  • Marie Kirschen : elle est la pre­mière à prof­iter de l’éviction de David Doucet lui suc­cé­dant dans sa fonc­tion. C’est sur elle que Labor­de espérait refonder l’identité du jour­nal, mais elle sera oblig­ée de quit­ter ses fonc­tions en sep­tem­bre 2020.
  • Romain Bur­rel : Jour­nal­iste-pigiste aux Inrocks spé­cial­isé dans les ques­tions LGBT+, elle le retrou­ve lors de son trans­fert à Têtu dont Bur­rel est directeur de la rédac­tion depuis 2017.
  • Lau­rent Val­let : PDG de l’INA depuis 2015, c’est lui qui la nomme à son poste. Il est recon­duit en 2020 et cette dernière le félicite sur Twitter.

Elle l’a dit

« Le tra­vail effec­tué par Les Inrock­upt­ibles dans son traite­ment de l’actualité de la cul­ture et de la société œuvre dans le sens de la tolérance, de l’ouverture, de l’entendement et la défense des formes les plus par­ti­c­ulières de sen­si­bil­ités. Enfin, ces épisodes dra­ma­tiques doivent être aus­si l’occasion d’une réflex­ion sur la manière dont le pou­voir est répar­ti et s’exerce dans les rédac­tions. Un tra­vail de vig­i­lance est mené aujourd’hui aux Inrocks pour que ces valeurs d’inclusion soient inscrites dans nos pra­tiques et notre fonc­tion­nement. », Les Inrocks, 12/02/2019.

« Pourquoi un tel choix édi­to­r­i­al ? Élis­a­beth Labor­de, direc­trice générale des Inrocks, explique à L’Ex­press avoir préféré utilis­er “le sup­port dig­i­tal pour être plus réac­t­ifs et mieux relayés.” “En l’e­spèce, le traite­ment sur le dig­i­tal nous a sem­blé plus appro­prié. Il per­met de dif­fuser un texte plus rapi­de­ment et avec un max­i­mum de relais.” », L’Express, 21/02/2019.

« On a un prob­lème de libéra­tion de la parole dans les entre­pris­es. », France Inter, 07/03/2019

« Alors, je pense qu’il y a des syn­er­gies qui vont se faire très vite avec le groupe SOS. Elles peu­vent porter sur plusieurs sujets, moi celle qui me vient en pre­mier c’est Têtu Con­nect, qui est le pre­mier forum à réu­nir des entre­pris­es autour des sujets de val­ori­sa­tion des tal­ents LGBT. C’est vrai que le groupe SOS est aus­si très en pointe sur les ques­tions liées à la diver­sité et à la lutte con­tre les iné­gal­ités. », Rési­dence Cre­atis, 10 juil­let 2020.

Ils l’ont dit

« Lui aus­si s’est livré, au siège de Lazard tou­jours, sous le regard com­plice de celle qui gère sa com­mu­ni­ca­tion, Élis­a­beth  Labor­de. «  Ça le ras­sure que je sois là  », dis­ait la jeune femme, égale­ment secré­taire générale de son groupe de presse, Les Nou­velles Édi­tions indépen­dantes, et nou­velle direc­trice des Inrocks. Elle écoutait. », Van­i­ty Fair, 18/10/2018.

« Hoog a eu au pas­sage un mot doux pour Elis­a­beth Labor­de, patronne des Inrocks : “Il va fal­loir être inven­tif, stop­per l’érosion des ventes”. », let­tre d’un salarié anonyme des Inrocks pub­liée sur l’Ojim, 16/06/2019.

« Sur What­sApp, Doucet écrit à un ancien des Inrocks qu’« Élis­a­beth m’a dit que j’avais bien fait de m’ex­cuser, qu’il n’y avait pas mort d’homme (et) que pour elle la polémique me con­cer­nant était close ». À Jean-Marc Lalanne, il écrit qu’« Élis­a­beth a été très sym­pa au télé­phone, j’ai de la chance de vous avoir tous les deux ».
À quoi Élis­a­beth Labor­de, lors de cet entre­tien, lui répon­dit : « Quand tu m’as téléphoné, j’ai tout de suite sen­ti que tu étais en panique, et j’ai essayé de te calmer. Je n’avais pas encore con­nais­sance de tous les faits ».
Le lende­main matin, lun­di 11 févri­er, change­ment de ton. Doucet reçoit à 7h39 un SMS d’Élis­a­beth Labor­de le con­vo­quant à 10h. À 8h12, un email l’in­forme qu’il ne fait plus par­tie des admin­is­tra­teurs du compte Face­book des Inrock­upt­ibles. À 10h, Labor­de lui demande s’il avait songé à démis­sion­ner, avant de lui pro­pos­er de sign­er une rup­ture con­ven­tion­nelle, au motif que « notre rap­port aux femmes est trop frag­ile, en référence à la cou­ver­ture que le jour­nal avait faite avec Bertrand Can­tat », comme il l’a depuis racon­té à Mar­i­anne. », Nex­tIn­pact, 25/02/2020.

« Deux attes­ta­tions et plusieurs témoignages, évo­quant des pro­pos tenus par de hauts respon­s­ables des Inrocks, imputent notam­ment le licen­ciement, en juil­let 2019, d’Élis­a­beth Labor­de, à sa « ges­tion désas­treuse de l’af­faire de la Ligue du LOL ». L’ex-patronne du mag­a­zine avait validé la fameuse cou­ver­ture con­sacrée à Bertrand Can­tat – que Doucet avait con­testée – avant de décider de le licenci­er au motif que son nom fig­u­rait dans la liste des mem­bres de la Ligue du LOL.
Lui était égale­ment reproché le fait qu’elle n’avait fait « aucune enquête interne avant d’ac­ter son licen­ciement », alors qu’« elle s’est pré­cip­itée oppor­tuné­ment sur cette affaire pour licenci­er Doucet avec qui elle avait un ancien dif­férent », tout en faisant fuiter dans la presse son licen­ciement. À l’en croire, il s’a­gi­rait d’une « vengeance per­son­nelle » de sa part, et qu’« avec un autre directeur à la tête du jour­nal, David Doucet n’au­rait pas été licen­cié », Ibid

L'Ojim fait sa rentrée

Bonjour à tous, après quelques semaines de vacances au cours desquelles nous avons sélectionné les meilleurs articles du premier semestre, nous reprenons le cours normal de nos parutions. Bonne rentrée pour certains d'entre vous, bonne fin de vacances pour les autres et bonne lecture pour tous.