Accueil | Portraits | Didier Maïsto

Didier Maïsto

Nouvelle voix des radios

Patron de Sud Radio et de Fiducial Médias, Didier Maïsto s’est révélé comme une voix indépendante au sein des médias français, notamment quand il a dévoilé en 2015 les dessous de l’attribution des fréquences TNT – après avoir échoué à en obtenir une. Respecté par les Gilets Jaunes, il travaille dur pour imposer Sud Radio comme une des principales généralistes de France. Celui qui ne voulait « pas de journalisme militant à l’antenne » en 2014 semble avoir changé d’avis, en tout cas en ce qui le concerne.

Didi­er Maïs­to est issu d’une famille qui a fui le fas­cisme ital­ien des années 30 – sa mère était sicili­enne et son père pêcheur napoli­tain. Il est né à Toulon.

Formation

Hypokhâgne, maîtrise de let­tres puis licence de droit (La Ruche, 13/7/2016).

Parcours professionnel

À l’école, il s’occupait des jour­naux d’élèves. En 1981 au moment de l’explosion du nom­bre des radios libres – et de la fin du mono­pole radio­phonique d’État, il tra­vaille pour 89 FM à Toulon, en par­al­lèle de son groupe de musique Alba­tros. Ses émis­sions sont « de nuit et musi­cales ».

Il entre comme pigiste au Figaro après un stage, en 1989.

Attaché par­lemen­taire pen­dant qua­tre ans, de ten­dance « gaullisme social », il vit la cam­pagne de Chirac en 1995. Il est d’abord l’attaché de Patrick Ollier, député RPR, pen­dant six mois, puis Marc Fraysse, à Lyon. Séguin­iste, il refuse d’intégrer la cel­lule com­mu­ni­ca­tion de Matignon quand Jup­pé devient pre­mier-min­istre, et quitte la poli­tique. Il entre peu après à Fidu­cial, d’abord pour faire du lob­by­ing poli­tique en faveur des TPE.

En 2008, Fidu­cial rachète le mag­a­zine Lyon Cap­i­tale où le groupe investit 350.000 €. Didi­er Maïs­to s’occupe du jour­nal et le relance, les ventes passent de 300 à 15.000 exem­plaires. A Lyon Cap­i­tale, où la direc­tion décide dès 2008 de refuser toute page pub­lic­i­taire des col­lec­tiv­ités locales, cepen­dant, trois jour­nal­istes, par­tis depuis à Rue 89 Lyon, mènent la fronde con­tre la nou­velle direc­tion et obti­en­nent 93.500 € aux prud’hommes en pre­mière instance.

En octo­bre 2011, il par­ticipe à l’appel d’offres du CSA pour les six nou­velles chaines de TNT – il échoue dans son pro­jet de chaîne doc­u­men­taire, D‑Facto, mais explique par le menu en 2015 que tout avait déjà été décidé par l’Elysée et Patrick Buis­son, patron de la chaine His­toire. Alors éclate d’ailleurs le scan­dale de la chaine Numéro 23.

Il explique en 2016 avoir été motivé par un grave acci­dent de moto en 2011, et par le souhait de son « père spir­ituel » Chris­t­ian Latouche, prési­dent-fon­da­teur de Fidu­cial, de met­tre en place une chaîne axée sur le doc­u­men­taire.

En 2013, Fidu­cial rachète pour 7 mil­lions d’euros Sud Radio, ex-Andor­ra­dio (1958–1961) puis Radio des Val­lées d’Andorre (1961–1966) puis Sud-Radio. A par­tir de 1981 son émet­teur n’est plus au Pic Blanc en Andorre mais à Gau­ré près de Toulouse, le mono­pole radio­phonique français venant de tomber. Didi­er Maïs­to est alors prési­dent de Fidu­cial Médias.

Sud Radio pesait lour­de­ment sur les comptes de son ex-pro­prié­taire, désor­mais dénom­mé Groupe 1981 : « en inclu­ant Sud Radio, il affichait en 2012 un chiffre d’af­faires de 22 mil­lions d’eu­ros mais un résul­tat d’ex­ploita­tion deux fois moin­dre, de 1,8 mil­lion, a pré­cisé M. Valli », écrivait TéléObs (11/12/2013). A par­tir de juin 2017, Sud Radio quitte Toulouse pour Paris.

En démé­nageant à Paris à par­tir de juin 2017, Sud Radio essaie de décoller et de devenir une grande général­iste – elle a à la ren­trée 2018 210.000 audi­teurs pour un « poids » estimé de 700.000 audi­teurs par Didi­er Maïs­to, qui con­teste les chiffres de Médi­amétrie.

En 2015 dans la foulée de l’affaire Numéro 23, Didi­er Maïs­to et le groupe Fidu­cial Médias créent un média pure­play­er d’enquêtes, Le Lanceur.fr

Chal­lenges (24/9/2018) décrit la muta­tion de la radio : « Didi­er Maïs­to, le patron de Fidu­cial Médias, pro­prié­taire de la sta­tion, entend y « organ­is­er des débats, par­fois mus­clés » et « don­ner la parole aux Français pour qu’ils puis­sent s’exprimer sans tabous ». Il veut « aller où cela cogne, en essayant de don­ner du sens aux Français qui nous rejoignent ». Cette radio d’opinions (au pluriel) ne lésine pas sur les moyens néces­saires pour séduire les audi­teurs. Par­mi les nou­veaux venus sous la houlette du patron de l’antenne Patrick Roger, ancien patron de France Info, Cécile de Ménibus, Yves de Ker­drel (ex-Valeurs actuelles et Le Figaro), Lau­rent Mauduit (Medi­a­part), Françoise Dego­is, Arlette Chabot ou l’ancien pro­cureur Philippe Bil­ger. Ils mêleront leurs voix à celles des valeurs sûres de l’antenne comme Valérie Expert, André Bercoff ou Brigitte Lahaie. Sport le week-end (Sud Radio cou­vre très large­ment le rug­by), poli­tique le dimanche soir, Sud Radio a tout d’une grande ».

L’audience décolle à la fin de l’année 2018, à la faveur de la crise des Gilets Jaunes, large­ment cou­verte par Sud Radio. La radio est notam­ment la pre­mière à inter­view­er Priscil­lia Ludos­ki, une des lead­ers des Gilets Jaunes.

En mars 2019 il recrute sur Sud Radio Eti­enne Chouard, par­ti­san du référen­dum d’initiative citoyenne, mais l’écarte en juin après qu’il ait déclaré au Média ne pou­voir s’exprimer sur le sujet des cham­bres à gaz car il n’a « jamais rien lu » sur le sujet. « J’ai fait tout ce que j’ai pu pour qu’il soit clair. Il faut qu’il fasse son chemin. Si on n’a pas cette rigueur, ça dis­qual­i­fie le reste », a réa­gi Didi­er Maïs­to en expli­quant sa déci­sion au sujet d’Etienne Chouard, déjà cible de cri­tiques pour sa prox­im­ité passée avec Soral, une vieille affaire fort mineure mais qui le suit comme une tunique de Nes­sus.

En juin 2019 il réag­it avec vigueur, sur Boule­vard Voltaire, aux cri­tiques de jour­nal­istes du ser­vice pub­lic audio­vi­suel qui accusent sa radio d’être néga­tion­niste – notam­ment eu égard aux pro­pos d’Etienne Chouard : « Les audi­ences de Sud Radio com­men­cent à bien grimper et à avoir un cer­tain suc­cès dans le pays en abor­dant tous les sujets. Les pou­voirs publics saut­ent sur l’occasion pour dire que c’est une radio néga­tion­niste et, comme l’avait dit Sophia Aram aus­si, une radio écoutée par des gros cons. On a tou­jours affaire au mépris de quelques bobos parisiens […] C’est d’abord une insulte à l’ensemble des Français qui nous écoutent. C’est une insulte aus­si à l’ensemble de mes col­lab­o­ra­teurs et à tous les invités de la radio. Et acces­soire­ment, c’est une insulte à ma famille de résis­tants qui a été fusil­lée en 42. Chaque cen­timètre car­ré de la France est une flaque de sang ».

Publications

  • TNT, un scan­dale d’Etat, éd. Les enquêtes de Lyon Cap­i­tale, 2015, 192 pages, 12 €
  • Hé ho, on est chez nous ! La télé française, entre no man’s land et mafia d’E­tat, éd. Les enquêtes de Lyon Cap­i­tale, juin 2016

Parcours militant

En avril 2017, encore qua­si invis­i­ble  dans les médias, il com­pare En Marche d’Emmanuel Macron à Ben­i­to Mus­soli­ni sur TV Lib­ertés. « C’est du soft fas­cisme », déclare-t-il à l’antenne. En mai 2019 il revient sur ses pro­pos sur Twit­ter : « J’avais dit, quelques jours avant le 1er tour de la prési­den­tielle qu’on serait en marche vers le fas­cisme soft. Le mot « soft » était-il de trop ? À vous de voir ».

En sep­tem­bre 2017, il embauche comme édi­to­ri­al­iste Hen­ri Guaino, à la con­di­tion qu’il n’affiche pas à l’antenne ses opin­ions par­ti­sanes. Il le limoge en mars 2018, après qu’il ait fait état de ses con­vic­tions pro-sarkozystes sur l’antenne d’une chaîne con­cur­rente. Le limo­geage se passe mal, Guaino traite Maïs­to de « cerveau dérangé par le com­plo­tisme » tan­dis que Maïs­to le ren­voie à son incom­pé­tence.

Il dévoile les dessous de l’attribution des fréquences de la TNT en 2011 par le CSA et l’Elysée, et s’élève à plusieurs repris­es, à par­tir de 2015, con­tre la con­cen­tra­tion des médias aux mains de quelques oli­gar­ques, dénonçant les scan­dales Radio Nova et Numéro 23. En avril 2018 sur le Figaro, il plaide pour la sup­pres­sion du CSA – con­seil supérieur de l’audiovisuel – qui a plutôt été com­plice du pou­voir que l’instance de con­trôle indépen­dante qu’il est cen­sé être.

Il sou­tient et cou­vre le mou­ve­ment des Gilets Jaunes depuis fin 2018, notam­ment par des lives dans les man­i­fes­ta­tions qu’il dif­fuse sur Face­book, ce qui lui vaut finale­ment de voir son compte Twit­ter défini­tive­ment sus­pendu. Il s’insurge et dénonce la cen­sure sur son nou­veau compte, sus­pendu aus­si.

Il explique à France 3 :  « J’ai été sig­nalé mas­sive­ment par des comptes pro-Macron ouverts récem­ment et de manière anonyme. Ils ont prof­ité d’une con­ver­sa­tion à pro­pos de Jérôme Rodriguez, qui per­du un oeil pen­dant une man­i­fes­ta­tion. Un twit­tos se moquait de lui. Je lui ai dit « si je venais vous crev­er un oeil, vous trou­ver­iez ça mar­rant ? ». Dans la foulée, alors qu’en fait je demandais de la décence, j’ai été sig­nalé à Twit­ter ». 

Et dénonce une cen­sure poli­tique : « C’est claire­ment une cen­sure poli­tique. Je me suis aperçu plus tard que quelqu’un avait ajouté le compte Twit­ter d’Emmanuel Macron à la con­ver­sa­tion. Je ne dis pas que c’est lui qui m’a sig­nalé mais comme il était dans la con­ver­sa­tion, Twit­ter a agi très vite. C’est de la cen­sure poli­tique ». Finale­ment, il récupère l’usage de son compte Twit­ter ini­tial.

Au sujet de sa posi­tion et de l’articulation avec son poste de patron d’une sta­tion de radio, il s’explique : « Je recon­nais que ça peut trou­bler. Mais je suis dans mon rôle. Je dénonce ce qui doit l’être mais je dis aus­si quand les choses sont faites cor­recte­ment, y com­pris du côté des forces de l’ordre. Je laisse la place au débat, tout comme sur l’antenne de ma radio. Certes c’est une par­ti­tion un peu dif­fi­cile mais je mets en accord mes con­vic­tions pro­fondes, humaines, morales avec mon activ­ité pro­fes­sion­nelle ».

Collaborations

Non ren­seigné

Ce qu’il gagne

Non ren­seigné

Il l’a dit

« Je suis farouche­ment attaché à l’équité des temps de parole, et je ne veux pas de jour­nal­isme mil­i­tant à l’an­tenne. Ce serait pren­dre les audi­teurs pour des idiots, et man­quer de respect à nos invités », Téléra­ma, 24/3/2014

« J’ob­serve que, depuis cet appel à can­di­da­tures pour de nou­velles chaînes de la TNT – notre pro­jet en avait été écarté –, les choses ont net­te­ment évolué. Olivi­er Schrameck [prési­dent du CSA depuis jan­vi­er 2013] est un homme dis­cret, sobre, effi­cace, auda­cieux. C’est de l’his­toire anci­enne. J’ai d’ailleurs fait en sorte qu’on n’ait plus accès à cet arti­cle », ibid [où il avait rebap­tisé sur Lyon Cap­i­tale le CSA = copinage, sexe et argent]

«N ’ayant ni la sur­face finan­cière ni le tal­ent pour porter un pro­jet audio­vi­suel digne de ce nom, ayant par ailleurs accu­mulé les plan­tages et les fias­cos pro­fes­sion­nels, Pas­cal Houzelot a cepen­dant, de l’avis général, “de l’entregent”. Ancien lob­by­iste de TF1 du temps de la splen­deur d’Étienne Mougeotte, intime de Pierre Bergé, qui l’installera au con­seil de sur­veil­lance du Monde, Pas­cal Houzelot a la bise, l’accolade et le tutoiement faciles, surtout avec ses amis poli­tiques, para­poli­tiques et du CAC 40, qu’il appelle par leur petit nom et à voix haute, sur un air enten­du », dans son livre TNT, un scan­dale d’État, 2015.

« Fidu­cial Médias a répon­du à l’appel à can­di­da­tures du CSA du 18 octo­bre 2011 pour 6 chaînes de télévi­sion en haute déf­i­ni­tion sur la TNT. Ayant vécu cette his­toire de l’intérieur et patiem­ment rassem­blé – et con­servé – toutes les pièces du puz­zle, c’est en con­nais­sance de cause que je puis affirmer que, lors de cet appel, les choix étaient en réal­ité déjà opérés en amont par l’Élysée. Je vais donc vous racon­ter cette his­toire digne de Mil­le­ni­um de la façon la plus factuelle, la plus sobre et la plus sincère qui soit », 28 sep­tem­bre 2015 devant le CSA – repris sur Lyon Cap­i­tale.

« Après le rachat de Sud Radio et notre accord, nous étions vrai­ment passés à AUTRE CHOSE, nous avions tourné la page et même enlevé du site Lyon Cap­i­tale – ce que je n’avais encore jamais fait de ma vie et que je ne ferai plus jamais – la TOTALITÉ des arti­cles con­sacrés à cet appel à can­di­da­tures et à ses suites. Il est impor­tant de le pré­cis­er pour la suite de l’histoire », ibid.

« La diver­sité telle qu’elle a été basse­ment util­isée dans cette affaire [Numéro 23] – au fond, c’est ça le plus grave – rap­pelle la lutte con­tre le can­cer dans les années 1990, quand les Français décou­vrirent que seule­ment 27 % des sommes col­lec­tées par l’ARC étaient con­sacrées à la recherche », ibid.

« Le pou­voir est par­ti­c­uli­er et pour réelle­ment influ­encer sur le quo­ti­di­en des gens, il faut être à côté et non dedans. Le pou­voir poli­tique aujourd’hui est vidé de sa sub­stance parce qu’il n’y a plus vrai­ment de sou­veraineté du pays. La voix de la France est assez fine », la Ruche, 13/07/2016.

« Je ne passerai pas sous silence les per­son­nes qui ont ten­té (en vain) de tor­piller méthodique­ment mes travaux[…] Pas­cal Houzelot et son réseau de “jour­nal­istes” – Car­o­line Sal­lé et Enguérand Renault (Le Figaro), qui m’ont accusé, sans rire, dans le pre­mier quo­ti­di­en de France (mon anci­enne mai­son) d’appartenir à “la fachos­phère anti­sémite, raciste et homo­phobe”, Alexan­dre Picard (Le Monde) tou­jours prompt à tress­er des couronnes de lau­ri­ers à Numéro 23 sans jamais me don­ner la parole ; des hommes de médias tels qu’Étienne Mougeotte, qui a per­son­nelle­ment caviardé tous les arti­cles s’intéressant de trop près à son pro­tégé Houzelot (récem­ment encore dans Valeurs actuelles), Pierre Bergé, télépho­nant directe­ment à des patrons de presse avec son style inim­itable de vieux baron déca­dent et tou­s­sotant, ou encore Alain Weill, qui, d’après ce que j’ai eu à en con­naître, ne sem­ble respecter rien ni per­son­ne, même pas sa pro­pre parole ; des hommes poli­tiques tels que Franck Riester (LR), ami proche de Pas­cal Houzelot et con­ces­sion­naire Peu­geot aux tar­ifs attrac­t­ifs n’hésitant pas à sor­tir ses griffes, Chris­t­ian Kert (LR), qui a passé son temps à dis­créditer la com­mis­sion d’enquête dont il est pour­tant prési­dent (!), Patrick Bloche (PS) qui siège dans toutes les fro­mageries cul­turelles de la Généreuse République Française et prend la pose au théâtre. Je ne par­lerai pas de Michel Boy­on et de ses amis, ni du cab­i­net de Nico­las Sarkozy et de ses affidés… », Sud-Radio, 15/12/2016, op. cit.

« J’ai le cerveau dérangé par le com­plo­tisme de Mon­sieur Guaino. On l’a embauché en sep­tem­bre 2017. J’ai pris l’engagement auprès du CSA pour ne pas tromper les audi­teurs que Mon­sieur Guaino aban­don­nerait la poli­tique par­ti­sane ». […] Pourquoi je l’ai viré ? Il avait pris l’engagement d’être édi­to­ri­al­iste. Quel ne fut pas notre sur­prise de le voir sur une chaîne con­cur­rente, le dimanche à 13 heures, seul invité poli­tique dans une émis­sion poli­tique sans con­tra­dicteur. On ne peut pas être édi­to­ri­al­iste la semaine et homme poli­tique le week-end […] « Il se voit comme le nou­veau Mal­raux. Je crois que c’est un océan d’insignifiance et de mal­hon­nêteté. […] C’est quelqu’un qui ne sait pas se servir d’un ordi­na­teur, qui ne sait pas se com­man­der un taxi. Ce sont des gens qui ne pour­raient pas vivre une semaine dans une entre­prise », sur Moran­di­ni Live, 03/04/2018.

«  à quoi sert le CSA? Et, au-delà, quelle est l’u­til­ité de la plu­part des huit «autorités publiques indépen­dantes» et autres dix-huit «autorités admin­is­tra­tives indépen­dantes»? […] elles coû­tent encore près d’un demi-mil­liard par an aux con­tribuables, dans un pays où les prélève­ments oblig­a­toires ont atteint 45 %! Et mal­heureuse­ment, on ne peut pas dire que ces comités kafkaïens aient joué un jour un rôle décisif: le CSA n’a rien fait pour empêch­er l’e­scro­querie Radio Nova, implan­tée à Lyon par une prise de con­trôle illé­gale d’une radio asso­cia­tive dédiée «au dia­logue inter­com­mu­nau­taire», ni celui de la chaîne Numéro 23 dédiée à «la diver­sité» et obtenue par fraude, puis reven­due à prix d’or (presque 100 mil­lions d’eu­ros) à Nex­tRa­dioTV (BFM/RMC), puis à SFR. Le régu­la­teur a au con­traire organ­isé et mis en œuvre ces scan­dales, en par­faite sym­biose avec un pou­voir poli­tique qui lui don­nait méthodique­ment des ordres, par­fois jusqu’à la car­i­ca­ture », Le Figaro, 18/04/2018.

« Ces autorités, qui n’ont pas grand-chose d’indépen­dant sinon leur sigle et qui béné­fi­cient d’un cadre juridique déroga­toire du droit com­mun, sont dev­enues anachroniques et pour la plu­part par­a­sitaires dans la France de 2018. […] Ce sont des États puis­sants dans un État impuis­sant, comme autant de rouages essen­tiels de mécaniques inutiles, qui tour­nent sur elles-mêmes et ne ren­con­trent que rarement le réel, si ce n’est pour le con­train­dre et l’ac­culer dans des impass­es », ibid.

« ll est ain­si com­muné­ment admis que le CSA est «le gen­darme de l’au­dio­vi­suel chargé de sur­veiller la bande FM». Pourquoi? Y aurait-il un dan­ger? Lequel? Les carottes sont-elles cuites? Ici Radio Lon­dres?! Nous tra­vail­lons plus de soix­ante-dix heures par semaine, nous sommes des pas­sion­nés et des entre­pre­neurs respon­s­ables, nous n’avons pas besoin d’être «sur­veil­lés». La sit­u­a­tion devient ubuesque, et la lib­erté d’ex­pres­sion ne cesse de reculer », ibid.

« Je suis vul­gaire comme un gilet jaune […] la France des tro­quets, du tier­cé et des plats du dimanche.  La France des types qui matent le cul des filles et celle des filles qui font sem­blant d’être offusquées. (…) La France qui se fout de l’écologie, mais qui con­naît le nom des arbres, des champignons et des oiseaux. (…) Je suis un beauf. J’aime les gilets jaunes », 17/12/2018.

« On ne peut pas aimer la France et ne pas être touché par ces gens-là », à son épouse au sujet des Gilets jaunes, fin 2018.

« Mon ancien compte défini­tive­ment sus­pendu. Alors que juste­ment j’appelais à la retenue et à la décence. Pas grave. Plus « on » voudra me faire taire, plus je ferai des petits, petits, petits ruis­seaux. Orwell, c’est déjà demain », Twit­ter, 03/04/2019. 

« Mme @SibyleVeil, une chroniqueuse de France Inter, Char­line Van­hoe­nack­er, a indiqué dans une inter­view au Parisien que @SudRadio était une sta­tion néga­tion­niste. Je pour­rais porter plainte pour diffama­tion, je ne le ferai pas. Mais des excus­es publiques seraient bien­v­enues », Twit­ter, 23/06/2019.

« Ce n’est pas nou­veau : il y a quelques années, une autre humoriste pas drôle, Sophia Aram, qui s’est ridi­culisée dans une émis­sion de télé, qui s’est arrêtée à peine avoir com­mencé, avait dit : « Les audi­teurs de Sud Radio sont des cons », ibid.

« Il suf­fit de dire que le peu­ple est éborgné et énu­cléé et de lui don­ner la parole, pour aus­sitôt être cat­a­logué de droite, voire d’extrême droite, voire fas­ciste, sédi­tieux et haineux.
Ça suf­fit ! C’est tout à fait le macro­nisme ambiant. Aujourd’hui, une soi-dis­ant gauche nous impose sa pen­sée. Mais c’est en réal­ité une gauche con­tre le peu­ple. Si je ne me trompe pas, la prési­dente de France Inter est une amie de pro­mo de mon­sieur Macron.
Cette gauche s’offusque tou­jours, avec de grands dis­cours. La planète, par exem­ple, avec Gre­ta Thun­berg, la fig­ure extra­or­di­naire de tous les temps… Une lycéenne qui vient faire la leçon à la planète entière. Voilà où on en est !
Cela ne représente pas le pays réel. Cette caste représente en tout et pour tout 5.000 per­son­nes qui font jou­jou entre elles avec 700 mil­lions d’euros de bud­get et veu­lent nous dire le bien et le mal. Ce n’est pas pos­si­ble !
 », Boule­vard Voltaire, 25/06/2019.

« Quand vous met­tez en face de lui [Thier­ry Ardis­son] Char­line Van­hoe­nack­er, qui se per­met de le juger, on peut s’interroger sur ce qu’elle a fait de sa vie. Que con­naît-elle de la France ? Elle est belge. Elle crache sans arrêt sur la France sur une radio payée par nos impôts. Elle est tou­jours en train de dire qu’en Bel­gique, c’est mieux. La Flan­dre ceci, la Wal­lonie cela. Si la France ne lui plaît pas, qu’elle y retourne, en Bel­gique ! », ibid.

« Les blacks blocks étaient arrivés par cen­taines sur des Champs Élysées entière­ment ouverts. Puis l’av­enue a été blo­quée et on les a lais­sé piller, sauf chez Vuit­ton et à la bou­tique du PSG. Mais quand je dis ça, on me traite de con­spir­a­tionniste, comme quand je mon­tre que les chiffres des man­i­fes­tants annon­cés par la pré­fec­ture sont grotesques », Mar­i­anne 04/09/2019.

« Les réseaux soci­aux per­me­t­tent de sor­tir de la chape de plomb des médias tra­di­tion­nels, sans les tun­nels de pub et en prenant le temps. On touche un autre pub­lic, plus exigeant, que l’on peut d’ailleurs par­fois ramen­er vers des médias tra­di­tion­nels où il n’al­lait plus, ce qui se com­prend », ibid.

Sa nébuleuse

  • Chris­t­ian Latouche, PDG de Fidu­cial, « mon père spir­ituel, mon père tout court », écrit-il dans un papi­er sur l’attribution de la chaîne Numéro 23 sur Sud Radio le 15 décem­bre 2016.
  • Ses sou­tiens lorsqu’il a dénon­cé le « com­plot d’Etat » dans l’attribution des fréquences TNT, qu’il liste le 15 décem­bre 2016 : Lau­rent Mauduit (Medi­a­part), Marc Bau­driller (Chal­lenges), Michel Revol (le Point), Christophe Beau­grand (LCI), Mar­tial Bild (TV Lib­ertés), Michel Revol (le Point), Jean-Jacques Cor­di­val (CGC Médias).
  • Sur le plan poli­tique, dans les mêmes con­di­tions, Mar­tine Mar­tinel (PS), Mar­cel Roge­mont (PS), Thier­ry Brail­lard (UDI), Bernard Debré (LR).
  • Eti­enne Chouard.

On l’a dit à son sujet

« Là, je suis tombé sur un cerveau qui est dérangé par le com­plo­tisme [en par­lant du patron de Sud Radio, ndlr]. Quelqu’un qui s’imag­ine et qui vit dans cette han­tise du com­plot dont il serait la vic­time et dont le chef de l’État à l’époque aurait été le grand ordon­na­teur, j’ap­pelle ça du com­plo­tisme », Hen­ri Guaino sur Moran­di­ni Live, 30/03/2018.

« Didi­er Maïs­to est un patron de médias assez passe-partout et plutôt calme, qui par­le à feu doux ; il est aus­si un citoyen féroce par­ti à l’abordage d’un com­bat immense et ter­ri­ble. Il tente de récolter tous les indices pos­si­bles pour prou­ver com­bi­en notre pays est absurde ou pitoy­able, trag­ique et beau à la fois. Que le jaune est la couleur de l’espoir, que le peu­ple vaut large­ment les élites », Le Monde, 05/04/2019, op.cit.

« Je suis tou­jours hal­lu­cinée qu’on déroule le tapis rouge à l’ex­trême droite. En Wal­lonie, elle n’est jamais sur les plateaux et, aux européennes, elle a fait moins de 5 %. En France, Marine Le Pen est partout et a gag­né le scrutin…  Les médias sont respon­s­ables de la banal­i­sa­tion de ses idées. Surtout ceux comme Sud Radio dont les théories d’Alain Soral sont le fonds de com­merce », Char­line Van­hoe­nack­er au sujet de Sud Radio, Le Parisien, 23/06/2019.

« Aujourd’hui, Sud Radio ver­sion Didi­er Maïs­to a donc pris le par­ti de don­ner la parole à ceux que, selon lui, on ne voit pas ou que l’on entend peu sur les grands médias. Au risque de déra­pages plus ou moins con­trôlés. Lui-même inter­vient sou­vent à l’antenne et lors de longs Face­book Live pour exprimer une parole qu’il qual­i­fie de « vraie » et de « libre ». Durant la cam­pagne prési­den­tielle de 2017, dans une longue inter­view à la web-télé d’extrême droite TVLib­ertés, il avait com­paré le can­di­dat Macron à Mus­soli­ni. Mal­gré une audi­ence tou­jours faible, le posi­tion­nement de la radio, qui s’est ouverte­ment placée comme la radio des Gilets jaunes au plus fort du mou­ve­ment, fait réa­gir : Sud Radio, à défaut d’être très écoutée, fait beau­coup par­ler d’elle. Elle est dev­enue selon son pdg « la radio du peu­ple » con­tre les élites », France 3, blog Médias d’ici, 24/06/2019.

« Vu sa posi­tion, aller comme il l’a fait sur le ter­rain est très sur­prenant. Il m’a impres­sion­né par sa per­sévérance à ren­dre compte et à s’in­ter­roger en obser­va­teur », Antoine Peil­lon (la Croix) à son sujet, Mar­i­anne 04/09/2019.

Tant que vous êtes ici…

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et sou­vent uni­voque des médias.

Con­traire­ment à beau­coup, nous avons choisi une for­mule gra­tu­ite qui per­met de met­tre nos infor­ma­tions à la dis­po­si­tion de tous, indépen­dam­ment de leurs moyens. L’Observatoire est totale­ment indépen­dant, libre de toute pub­lic­ité, de toute sub­ven­tion, de tous action­naires. Ce qui nous per­met de don­ner une voix à ceux qui sont rarement enten­dus. Ce qui nous dif­féren­cie de nom­breux médias à un moment où la loy­auté de l’information devient cru­ciale. Votre con­tri­bu­tion, mod­este ou impor­tante, sert directe­ment à régler la par­tie tech­nique du site et à rémunér­er nos rédac­teurs. Chaque don béné­fi­cie d’un reçu fis­cal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Mer­ci de votre sou­tien.

Share This