Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Plus belle la vie ou poubelle la vie ?

9 mai 2015

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Plus belle la vie ou poubelle la vie ?

Plus belle la vie ou poubelle la vie ?

Lundi 4 mai la série « Plus belle la vie », diffusée sur France 3, non contente de pousser de plus en plus loin la nullité de ses acteurs et de son scénario, a réussi l’exploit de choquer son propre public.

À la fin de l’épisode, les téléspec­ta­teurs ont ain­si pu voir le début d’un plan à trois pimen­té par l’in­hala­tion de pop­pers (un pro­duit euphorique et aphro­disi­aque). Même si le logo « Inter­dit au moins de 10 ans » était présent en bas de l’écran, de nom­breuses per­son­nes ont réa­gi sur les réseaux soci­aux, dénonçant la présence de ce genre de scène dans une « série famil­iale » de milieu d’après-midi.

Ce n’est pas la pre­mière polémique qui entache la série. Celle-ci avait déjà été au cen­tre des cri­tiques après avoir dén­i­gré la ville de Charleville-Méz­ières, mon­tré un per­son­nage s’in­jec­tant de l’héroïne ou encore expliqué aux téléspec­ta­teurs com­ment rouler un joint.

Loin d’être neu­tre idéologique­ment, « Poubelle la vie » est devenu le sym­bole 2.0 de ce lab­o­ra­toire mul­ti­cul­turel et pro­gres­siste que sont devenus cer­tains quartiers de la ville de Mar­seille.

Pour en savoir plus, voir notre dossier sur le sujet : « Marseille : French disconnection »

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.