Accueil | Actualités | Médias | Plan social à El País
Pub­lié le 6 octobre 2012 | Éti­quettes : , , ,

Plan social à El País

El País, l'équivalent du Monde en Espagne, va se séparer de près d'un tiers de ses effectifs (466 salariés) après une année 2011 morose, a annoncé vendredi sa direction. La faute à une diffusion en baisse (365 118 exemplaires par jour en 2011) et à un résultat d'exploitation en chute libre : 8,92 millions d'euros l'année dernière ! Il est loin le temps où, comme en 2005, le quotidien réalisait 143,71 millions d'euros de bénéfices avant intérêts et impôts...

Un « plan de préretraites », une « réduction d'effectifs dans les bureaux du journal en vue d'un changement de modèle », une « réduction des effectifs dans les rédactions de Madrid et Barcelone » et une « baisse des salaires » vont donc être entamées par la direction du quotidien, des mesures « douloureuses » mais « inévitables ».

El País appartient au groupe Prisa, qui a annoncé une perte nette de 451 millions d'euros en 2011, après avoir procédé à des provisions couvrant certains risques et dépréciations d'actifs, notamment au Portugal. Sans ces données exceptionnelles, le groupe était tout juste à l'équilibre (1,6 million d'euros), ce qui ne justifie sans doute pas la rémunération de son P-DG, Juan Luis Cebrian (8,2 millions d'euros en 2011).

Le problème, c'est que la situation s'est depuis dégradée. En effet, Prisa a annoncé une perte nette de 53,09 millions d'euros pour le 2e trimestre.

2 500 emplois ont déjà été supprimés (18% des effectifs du groupe) depuis janvier 2011, notamment en Amérique latine, au Portugal et en Espagne où le journalisme traverse une crise importante. Selon la Fédération des associations de journalistes espagnols (FAPE), 7 901 journalistes ont déjà perdu leur emploi dans le pays depuis le début de la crise en 2008, dont 3 039 depuis janvier 2012 !

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This