Accueil | Actualités | Médias | Plan social à El País
Pub­lié le 6 octobre 2012 | Éti­quettes : , , ,

Plan social à El País

El País, l'équivalent du Monde en Espagne, va se séparer de près d'un tiers de ses effectifs (466 salariés) après une année 2011 morose, a annoncé vendredi sa direction. La faute à une diffusion en baisse (365 118 exemplaires par jour en 2011) et à un résultat d'exploitation en chute libre : 8,92 millions d'euros l'année dernière ! Il est loin le temps où, comme en 2005, le quotidien réalisait 143,71 millions d'euros de bénéfices avant intérêts et impôts...

Un « plan de préretraites », une « réduction d'effectifs dans les bureaux du journal en vue d'un changement de modèle », une « réduction des effectifs dans les rédactions de Madrid et Barcelone » et une « baisse des salaires » vont donc être entamées par la direction du quotidien, des mesures « douloureuses » mais « inévitables ».

El País appartient au groupe Prisa, qui a annoncé une perte nette de 451 millions d'euros en 2011, après avoir procédé à des provisions couvrant certains risques et dépréciations d'actifs, notamment au Portugal. Sans ces données exceptionnelles, le groupe était tout juste à l'équilibre (1,6 million d'euros), ce qui ne justifie sans doute pas la rémunération de son P-DG, Juan Luis Cebrian (8,2 millions d'euros en 2011).

Le problème, c'est que la situation s'est depuis dégradée. En effet, Prisa a annoncé une perte nette de 53,09 millions d'euros pour le 2e trimestre.

2 500 emplois ont déjà été supprimés (18% des effectifs du groupe) depuis janvier 2011, notamment en Amérique latine, au Portugal et en Espagne où le journalisme traverse une crise importante. Selon la Fédération des associations de journalistes espagnols (FAPE), 7 901 journalistes ont déjà perdu leur emploi dans le pays depuis le début de la crise en 2008, dont 3 039 depuis janvier 2012 !

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This