Accueil | Actualités | Médias | Picouly dénonce la disparition de la culture sur France TV
Pub­lié le 12 juin 2013 | Éti­quettes : , , ,

Picouly dénonce la disparition de la culture sur France TV

Au micro d’Europe 1 ce dimanche 9 juin, Daniel Picouly s’est montré très remonté à l’égard de son employeur, France Télévisions, l’accusant de pousser la culture « dans un grand précipice ».

« On a l'impression que les émissions sont poussées de plus en plus loin [dans la grille, ndlr] et qu'elles finissent par sombrer sans que personne ne s'en aperçoive. C'est une sorte de stratégie qui a été utilisée pour Taratata et Les mots de minuit. [...] C'est une erreur de les avoir supprimées de cette manière-là ! », a-t-il protesté.

L’animateur poursuit en se plaignant de la concurrence mal gérée d’avec les chaînes privées : « Aujourd'hui, il manque une réflexion sur les programmes du service public. On veut quoi du service public ? Qu'il soit le challenger des chaînes privées ? On est mort ! [...] Qui peut me dire quelle est la mission du service public ? Je ne vois pas quelle est la politique du service public à l'égard de la culture. Et je ne vois pas quelle est sa politique télévisuelle en général, donc ça m'embête ! »

« On nous demande de faire de l'audience, mais si j'ai les même contingences que le privé alors pourquoi y a-t-il un service public ? s’est-il interrogé. [...] S'il n'y a pas de publicité, c'est que normalement on n'est pas régi par l'audience... Il est bien évident qu'on ne mettra jamais 1 million de personnes devant une émission littéraire. S'en remettre aux chiffres veut dire qu'on n'a pas de stratégie globale. »

Celui qui officie aujourd’hui sur France Ô conclut son coup de gueule en regrettant travailler « sur une chaîne que l'on ne connait même pas »…

Crédit photo : capture d'écran vidéo Europe 1 via Dailymotion (DR)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux