Accueil | Actualités | Médias | Picouly dénonce la disparition de la culture sur France TV
Pub­lié le 12 juin 2013 | Éti­quettes : , , ,

Picouly dénonce la disparition de la culture sur France TV

Au micro d’Europe 1 ce dimanche 9 juin, Daniel Picouly s’est montré très remonté à l’égard de son employeur, France Télévisions, l’accusant de pousser la culture « dans un grand précipice ».

« On a l'impression que les émissions sont poussées de plus en plus loin [dans la grille, ndlr] et qu'elles finissent par sombrer sans que personne ne s'en aperçoive. C'est une sorte de stratégie qui a été utilisée pour Taratata et Les mots de minuit. [...] C'est une erreur de les avoir supprimées de cette manière-là ! », a-t-il protesté.

L’animateur poursuit en se plaignant de la concurrence mal gérée d’avec les chaînes privées : « Aujourd'hui, il manque une réflexion sur les programmes du service public. On veut quoi du service public ? Qu'il soit le challenger des chaînes privées ? On est mort ! [...] Qui peut me dire quelle est la mission du service public ? Je ne vois pas quelle est la politique du service public à l'égard de la culture. Et je ne vois pas quelle est sa politique télévisuelle en général, donc ça m'embête ! »

« On nous demande de faire de l'audience, mais si j'ai les même contingences que le privé alors pourquoi y a-t-il un service public ? s’est-il interrogé. [...] S'il n'y a pas de publicité, c'est que normalement on n'est pas régi par l'audience... Il est bien évident qu'on ne mettra jamais 1 million de personnes devant une émission littéraire. S'en remettre aux chiffres veut dire qu'on n'a pas de stratégie globale. »

Celui qui officie aujourd’hui sur France Ô conclut son coup de gueule en regrettant travailler « sur une chaîne que l'on ne connait même pas »…

Crédit photo : capture d'écran vidéo Europe 1 via Dailymotion (DR)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This