Accueil | Actualités | Médias | Ouest-France : premier bilan déficitaire
Pub­lié le 12 février 2013 | Éti­quettes : ,

Ouest-France : premier bilan déficitaire

Pour la première fois de son histoire, le quotidien Ouest-France perd de l'argent !

Ouest-France, 1er quotidien français, qui publie 50 éditions locales avec un tirage de 750 000 exemplaires, a annoncé une perte de 5 millions d'euros en 2012. L'évènement est historique puisque qu'il s'agit du premier bilan déficitaire depuis la création du titre en 1944. La chute est rude pour le quotidien régional qui affichait encore en 2011 un bénéfice de 2,6 millions d'euros.

Si la diffusion reste stable (+ 0,14%, mais après un recul de -1,2 % en 2011), c'est la baisse des recettes publicitaires de l'ordre de 3,5 % qui serait directement responsable de ce mauvais résultat. La perte est conséquente lorsque l'on sait que la publicité représente 40 % des revenus du journal, pour un chiffre d'affaires de 330 millions d'euros. Ce sont les annonceurs nationaux qui ont fait défaut tandis que la publicité locale s'est maintenue.

Le quotidien Les Échos qui rapporte cette information présage une année 2013 difficile pour le quotidien de l'indéboulonnable François-Régis Hutin (aujourd'hui âgé de 83 ans et toujours P-DG du groupe) dans le contexte économique actuel, avec de plus une baisse constante des aides de l’État réduites de moitié en trois ans (5 millions d'euros en 2012).

Si les investissements sont maintenus avec l'achat de deux nouvelles rotatives à 35 millions d'euros, le vice-président du groupe, Louis Echelard, a néanmoins annoncé qu'il n'y aurait aucune embauche en 2013, ni de remplacement des départs en retraite. Il envisage également une éventuelle augmentation du prix du quotidien, l'un des moins chers de France à 0,80 cts.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This