Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Les Suisses continueront à payer la redevance

6 mars 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | not_global | Les Suisses continueront à payer la redevance

Les Suisses continueront à payer la redevance

Si les médias suisses ne sont pas plus enclins au pluralisme (au moins pour la partie francophone) que les français, le secteur audiovisuel public coûte une fortune : 451 FS (environ 392 €) à chaque ménage, soit trois fois le prix de la redevance française. Une votation dite No Billag proposait de supprimer cette redevance. Le vote du 4 mars 2018 fût net : les Suisses veulent garder un secteur public de l’information.

71% de non, un net rejet de la proposition

Le résul­tat est net : plus de 70% des votants ont voté non à l’initiative de sup­pres­sion et tous les can­tons ont voté non. Est ce pour autant un chèque en blanc qui a été signé à la SSR ? Con­sid­éré comme un mam­mouth bien pen­sant et bien gras, la SSR dis­pose d’un bud­get dépas­sant large­ment le mil­liard d’euros. Son directeur Gilles Marc­hand s’est voté un acces­sit d’auto-satisfaction, voy­ant dans le vote « une forme de légiti­ma­tion ». Rien n’est moins cer­tain. Le texte pro­posé, trop sim­ple, allait trop loin. Comme le notaient cer­tains opposants au texte « la rad­i­cal­ité du texte, inter­dis­ant tout sub­ven­tion­nement fédéral de la radio et de la télévi­sion et rayant de la Con­sti­tu­tion la notion de ser­vice pub­lic audio­vi­suel, l’avait ren­du inac­cept­able pour la plu­part des par­tis poli­tiques comme pour les milieux de la cul­ture et du sport. » (Le Temps du 5 mars 2018).

Et des réformes à venir

Pre­mière con­séquence du débat autour de la vota­tion : la rede­vance va être réduite très prochaine­ment. à un franc suisse par jour soit 365FS par an, en diminu­tion de 19%. La SSR va donc devoir faire des économies, réduire une par­tie de ses 6000 employés ou dimin­uer cer­tains salaires. Cha­peau­tant out­re la RTS nationale, la SSR con­trôle 17 sta­tions radio, 7 chaînes de télévi­sion, elle dif­fuse des pro­grammes dans les qua­tre langues du pays : suisse alle­mand, français, ital­ien et romanche. Béné­fi­ciant de la rede­vance nationale (qu’elle répar­tit ensuite) elle prof­ite égale­ment de la pub­lic­ité à la radio comme à la télévi­sion, appau­vris­sant d’autant les ressources du secteur privé. Là aus­si, on par­le de réduc­tion.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.