Accueil | Actualités | Médias | NKM aurait demandé la tête de plusieurs journalistes
Pub­lié le 21 février 2014 | Éti­quettes : ,

NKM aurait demandé la tête de plusieurs journalistes

Les relations entre Nathalie Kosciusko-Morizet et les journalistes sont loin d’être au beau fixe.

En pleine campagne municipale pour la marie de Paris, la candidate UMP, qui fait face à la socialiste Anne Hidalgo, perd ses nerfs face aux journalistes qui la couvrent. Mercredi 19 février sur La Chaîne Parlementaire, l’ancienne secrétaire d’État à l’écologie de Nicolas Sarkozy s’en prenait à une journaliste du Monde avec laquelle elle entretient une relation tendue depuis plusieurs mois.

« Evidemment, si vous lisez toute la journée les articles de madame (Béatrice) Gurrey dans Le Monde, vous vous dîtes: "Wahou quel acharnement!" Mais c'est des gens qui défendent le système et quelque part y participent », a-t-elle déclaré, s’estimant de facto hors du système… Et de conclure en qualifiant Béatrice Gurrey de « 21ème tête de liste de Mme Hidalgo à Paris ».

Par la voix de Vincent Giret, directeur délégué des rédactions du quotidien du soir, Le Monde a aussitôt réagi : « Nous condamnons l'attaque personnelle de Nathalie Kosciusko-Morizet à l'encontre de notre journaliste, Béatrice Gurrey. La dureté de la campagne ne justifie en aucun cas des dérapages de la part des candidats. » Et d’assurer que « Le Monde assure sa couverture, à Paris comme ailleurs, avec ses règles habituelles, en toute indépendance ».

Le lendemain, Le Lab d’Europe 1 révélait que NKM avait déjà envoyé un courrier cinglant à Vincent Giret et Louis Dreyfus en dénonçant la « mauvaise foi » et l’« acharnement » de la journaliste en question, lui reprochant « mensonge », « haine », « volonté de nuire », « incompétence » et autres joyeusetés. « La liberté de la presse, que je chéris tout autant que vous, ne sera jamais pour moi synonyme de calomnie et de lynchage », estimait ainsi la candidate. Avec Béatrice Gurrey, NKM est en conflit larvé depuis plusieurs mois. Les deux femmes ne se parlent plus et ne se rencontrent plus depuis, semble-t-il, un article publié fin novembre 2013, consacré aux « faux-pas » de NKM dans sa campagne.

Ce matin, Libération nous apprend que Nathalie Kosciusko Morizet n’en est pas à son coup d’essai. Outre un journaliste de l’AFP dont elle avait mis en cause le travail en avril 2012, Libé révèle qu’« à l'automne, la candidate de la droite à Paris a appelé les dirigeants du Figaro, Yves Thréard et Alexis Brézet, pour réclamer la tête de Sophie de Ravinel, qui suit sa campagne de Paris (…) accusant la journaliste, par ailleurs tweeteuse facétieuse, de 'ne pas assez soutenir' sa campagne. NKM voulait un autre reporter, le Figaro a résisté. »

Et de conclure : « L'affaire s'est réglée entre gens bien élevés, sans bruit. Sophie de Ravinel est restée à son poste. » En difficulté face à la candidate socialiste Anne Hidalgo, qui veut prendre la succession de Bertrand Delanoë, Nathalie Kosciusko-Morizet semble ne plus maîtriser sa campagne et n’a d’autre choix que de réclamer des têtes parmi les journalistes qui la couvrent…

Voir également notre infographie du groupe Le Monde

Crédit photo : veni via Flickr (cc)

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This