Accueil | Actualités | Médias | « Nique les journalistes » : même à la campagne !
Pub­lié le 19 avril 2013 | Éti­quettes : , ,

« Nique les journalistes » : même à la campagne !

Qu'il ne soit pas facile d'être journaliste dans les banlieues, on le savait. Mais, on ignorait que nos campagnes françaises étaient touchées par le même phénomène.

« J'ai la rage contre les journalistes » ! C'est ainsi qu'un habitant de Loriol-du-Comtat, petite commune du Vaucluse se défend devant les gendarmes, accusé d'avoir cassé un pare-brise d'une voiture de journalistes d’Éléphant & cie, une société de production travaillant pour le magazine sept à huit, de TF1.

Ces derniers, venus pour l'interroger sur l'affaire Alessandri (du nom de Richard Alessandri, tué d'un coup de fusil, chez lui, dans le Vaucluse, en 2000) dans laquelle son nom apparaît.

« Oui, j'ai éclaté la voiture des journalistes de TF1. Je l'ai fait exprès », confirme donc cet homme : « j'ai cassé toutes les vitres sauf celle derrière laquelle se trouvait la dame... »
Et La Provence de terminer son article par ce rappel : « c'est la deuxième fois en quinze jours que les journalistes de Sept à huit déposent plainte dans le Comtat. En mars dernier, Harry Roselmack, qui effectuait un reportage sur la fin de vie, avait été victime avec ses collègues d'un vol à la roulotte à Velleron ».

Source : La Provence - crédit photo : capture d'écran vidéo Éléphant & cie

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux