Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Nice-Matin : la tréso déjà en panne ?

3 avril 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Nice-Matin : la tréso déjà en panne ?

Nice-Matin : la tréso déjà en panne ?

Repris sous forme de Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) le 1er décembre 2014, le groupe Nice-Matin connaîtrait de soucis de trésorerie à peine quatre mois après sa cession mouvementée par le groupe Hersant médias. Explications.

Robert Namias, le prési­dent du direc­toire de Nice-Matin, a beau faire une habile com­mu­ni­ca­tion sur la (bonne) san­té retrou­vée de l’en­tre­prise, cer­tains faits ne trompent pas. En pre­mier lieu, sa demande mi-mars de mora­toire à l’Urssaf pour le paiement des charges salar­i­ales des trois pre­miers mois d’ex­er­ci­ce de la SCIC. A la clé, une bouf­fé d’oxygène de l’or­dre de deux mil­lions d’eu­ros pour la tré­sorerie du groupe. Reste que l’Urssaf, si elle accepte l’é­tale­ment, pour­rait deman­der en garantie le place­ment sous hypothèque du siège de Nice-Matin, éval­ué à 20 mil­lions d’eu­ros. Par le biais du dis­posi­tif ACCRE, Nice-Matin sera par ailleurs exonéré d’une par­tie des charges sociales en 2015 con­cer­nant les salariés qui ont investi leur 13e mois dans la SCIC. Le gain pour le groupe serait du même ordre, env­i­ron deux mil­lions d’eu­ros. Ce répit est tem­po­raire. La sit­u­a­tion finan­cière du groupe, déjà frag­ile, pour­rait s’ag­graver rapi­de­ment au vu des mau­vais résul­tats con­statés au pre­mier trimestre 2015.

Lorsqu’il a con­fié Nice-Matin à ses salariés, qui ont réus­si à réu­nir 14 mil­lions d’eu­ros sur leur offre, le tri­bunal de com­merce de Nice n’avait sans doute pas anticipé le décrochage. Sur ce cap­i­tal de départ, huit mil­lions ont servi à financer le plan de 159 départs ini­tié dès l’été 2014, et qua­tre mil­lions, prêtés par Bernard Tapie, devront lui être prochaine­ment rem­boursés. Bref, il ne resterait déjà plus que deux mil­lions d’eu­ros dans les caiss­es de Nice-Matin. Selon plusieurs sources, les recettes pub­lic­i­taires seraient en retard d’en­v­i­ron deux mil­lions d’eu­ros en jan­vi­er et févri­er par rap­port au bud­get prévi­sion­nel. Nice-Matin, qui a per­du plus de 5% de sa dif­fu­sion en 2014 (DSH OJD : 85 361 exem­plaires), ne peut guère espér­er un relai de ce côté-là.

C’est grâce à de nou­veaux vecteurs de crois­sance, numériques et événe­men­tiels notam­ment, que Nice-Matin compte se redress­er dès la fin 2015. Encore fau­dra-il que le groupe, qui ne dis­pose pas d’ac­tion­naire indus­triel mais peut s’ap­puy­er sur un pat­ri­moine immo­bili­er de l’or­dre de 50 mil­lions d’eu­ros, soit en mesure de financer ces investisse­ments extrême­ment lourds.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.