Accueil | Actualités | Médias | Missika, un élu socialiste sur le service public
Pub­lié le 26 mars 2013 | Éti­quettes : ,

Missika, un élu socialiste sur le service public

Rappelé aux « affaires » par la tournure précipitée qu’a prise la campagne des municipales pour la mairie de Paris, Jean-Louis Missika a décidé de quitter l’émission « Médias le mag » sur France 5 pour se consacrer à plein temps à la campagne électorale d’Anne Hidalgo.

« Autant en période normale, une chronique comme celle que je fais dans Médias, le mag est compatible avec mon engagement d’élu local. Autant je ne pense pas que ce soit possible en période électorale », a-t-il déclaré à la fin de la dernière émission. L’occasion de rappeler que la présence de Missika à la télévision publique posait un problème… même hors période électorale !

En effet, au sein de l’émission présentée par Thomas Hugues sur le service public, Missika « décortique » pour nous l’actualité médiatique, en tant que chroniqueur. On peut ainsi se demander s’il est acceptable de voir l’actualité « décortiquée » par un membre du Conseil de Paris, adjoint (PS) au maire de Paris, alors même que les socialistes sont depuis 2012 aux commandes du pays… Imaginons du reste le tollé que susciterait un chroniqueur encarté FN à la télévision publique… Au-delà de ce retrait pour raisons électorales, la question qui est soulevée est donc celle de la neutralité de la télévision publique qui accepte de donner la parole à un « analyste médiatique » supposé expert et objectif et qui n’est en fait qu’un militant.

Crédit photo : Pruneau via Wikimedia (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This