Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Minute condamné pour « homophobie »

22 mai 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Minute condamné pour « homophobie »

Minute condamné pour « homophobie »

Pour ses titres « Mariage homo : bientôt ils vont pouvoir s’enfiler… la bague au doigt » et « Sida : malgré les risques ils vont vous donner leur sang », en couverture d’un numéro de juillet 2012, le journal Minute a été condamné pour « homophobie ».

L’hebdomadaire « poli­tique­ment incor­rect » était pour­suivi par SOS Homo­pho­bie pour injure et provo­ca­tion à la haine devant le tri­bunal cor­rec­tion­nel de Paris. Il a écopé de 4 000 euros d’a­mende et 3 000 euros de dom­mages et intérêts. Cette con­damna­tion con­cerne unique­ment la cou­ver­ture du mag­a­zine, et non les extraits égale­ment incrim­inés tirés de ses arti­cles.

Élis­a­beth Ronzi­er, vice-prési­dente de SOS Homo­pho­bie, a évo­qué une « belle vic­toire » tout en soulig­nant la « rareté » des déci­sions sim­i­laires. Celle-ci s’est félic­itée de « la recon­nais­sance réelle d’une infrac­tion qui mérite d’être recon­nue ». Du côté de Minute, l’av­o­cat de l’heb­do­madaire, Frédéric Pichon, s’est con­tenté de se féliciter de la relaxe sur le con­tenu des arti­cles, tout en jugeant le mon­tant de la con­damna­tion « assez sévère par rap­port à la jurispru­dence habituelle ». Minute envis­age de faire appel.

Le tri­bunal a estimé que le « ils » du gros titre rédui­sait « l’ensem­ble des per­son­nes homo­sex­uelles à une pra­tique sex­uelle » décrite par un « jeu de mot vul­gaire sur la sodomie », et dont le car­ac­tère « réduc­teur, claire­ment méprisant et out­rageant » con­sti­tu­ait bien une injure. Quant au sous-titre sur le sida, il crée, pour le tri­bunal, « un sen­ti­ment de rejet à l’é­gard des per­son­nes homo­sex­uelles pré­sumées dan­gereuses et aux actes poten­tielle­ment mor­tifères », et con­stitue donc lui une provo­ca­tion à la haine.

Au regard de cette affaire, peut-on con­stater un deux poids-deux mesures au sein de la presse satirique ? Il con­vient de rap­pel­er qu’en par­al­lèle, le jour­nal d’ex­trême-gauche Char­lie Heb­do n’a que rarement été inquiété pour ses cou­ver­tures con­tre les catholiques et les musul­mans, voire relaxé lors de ses procès…

Crédit pho­to : litakiel via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision