Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Minute condamné pour « homophobie »

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

22 mai 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Minute condamné pour « homophobie »

Minute condamné pour « homophobie »

Temps de lecture : 2 minutes

Pour ses titres « Mariage homo : bientôt ils vont pouvoir s’enfiler… la bague au doigt » et « Sida : malgré les risques ils vont vous donner leur sang », en couverture d’un numéro de juillet 2012, le journal Minute a été condamné pour « homophobie ».

L’hebdomadaire « poli­tique­ment incor­rect » était pour­suivi par SOS Homo­pho­bie pour injure et provo­ca­tion à la haine devant le tri­bunal cor­rec­tion­nel de Paris. Il a écopé de 4 000 euros d’a­mende et 3 000 euros de dom­mages et intérêts. Cette con­damna­tion con­cerne unique­ment la cou­ver­ture du mag­a­zine, et non les extraits égale­ment incrim­inés tirés de ses articles.

Élis­a­beth Ronzi­er, vice-prési­dente de SOS Homo­pho­bie, a évo­qué une « belle vic­toire » tout en soulig­nant la « rareté » des déci­sions sim­i­laires. Celle-ci s’est félic­itée de « la recon­nais­sance réelle d’une infrac­tion qui mérite d’être recon­nue ». Du côté de Minute, l’av­o­cat de l’heb­do­madaire, Frédéric Pichon, s’est con­tenté de se féliciter de la relaxe sur le con­tenu des arti­cles, tout en jugeant le mon­tant de la con­damna­tion « assez sévère par rap­port à la jurispru­dence habituelle ». Minute envis­age de faire appel.

Le tri­bunal a estimé que le « ils » du gros titre rédui­sait « l’ensem­ble des per­son­nes homo­sex­uelles à une pra­tique sex­uelle » décrite par un « jeu de mot vul­gaire sur la sodomie », et dont le car­ac­tère « réduc­teur, claire­ment méprisant et out­rageant » con­sti­tu­ait bien une injure. Quant au sous-titre sur le sida, il crée, pour le tri­bunal, « un sen­ti­ment de rejet à l’é­gard des per­son­nes homo­sex­uelles pré­sumées dan­gereuses et aux actes poten­tielle­ment mor­tifères », et con­stitue donc lui une provo­ca­tion à la haine.

Au regard de cette affaire, peut-on con­stater un deux poids-deux mesures au sein de la presse satirique ? Il con­vient de rap­pel­er qu’en par­al­lèle, le jour­nal d’ex­trême-gauche Char­lie Heb­do n’a que rarement été inquiété pour ses cou­ver­tures con­tre les catholiques et les musul­mans, voire relaxé lors de ses procès…

Crédit pho­to : litakiel via Flickr (cc)