Accueil | Actualités | Médias | Miège traîné en correctionnelle pour un dessin sur Taubira
Pub­lié le 4 septembre 2014 | Éti­quettes : ,

Miège traîné en correctionnelle pour un dessin sur Taubira

Force est de le constater : il ne fait pas bon de se moquer de la ministre de la Justice dans la France d'après 2012 !

Dernière victime en date, le dessinateur David Miège, qui dessine notamment pour Minute, vient d'être envoyé en correctionnelle pour s'être « rendu complice du délit d’injure publique envers une personne, Mme Christiane Taubira, à raison de son origine, ou de son appartenance, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée ».

En cause : un dessin humoristique publié dans Minute le 30 octobre 2013 où l'on voyait un petit singe en larmes se plaindre auprès de son avocat d'avoir été caricaturé en Christiane Taubira. Suite à ce « crime de lèse-Taubira », le MRAP avait déposé plainte dans la foulée. « Et c’est ainsi qu’après une très longue audition par la PJ au mois d’avril, pour la première fois de sa longue carrière, David Miège se retrouve en correctionnelle », écrit le site Délit d'Images.

David Miège sera jugé le 24 septembre par la 17ème chambre du tribunal de Grande instance de Paris. L'ironie de l'histoire aura voulu que ce même 24 septembre se déroulent également les procès d'Anne-Sophie Leclere, qui avait partagé sur Facebook un photomontage comparant Christiane Taubira à un singe, et celui du journal Minute pour sa couverture : « Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane. »

« Depuis l’avènement de Hollande et des siens, l’on ne peut que remarquer combien le socialisme use de ses pouvoirs et prérogatives pour museler tout humour ou forme d’opposition, poursuivant et faisant condamner par ses juges avec virulence », estime Délit d'Images avant de rappeler que « le directeur de la publication du Salon beige est aussi mis en examen, que Pierre Cassin, Pascal Hilout, Christine Tasin de Riposte Laïque et d’autres ont été lourdement, iniquement et très onéreusement condamnés ».

Et de conclure : « Après tant de lois liberticides, de procédures abusives à l’encontre de ceux qui osent s’élever contre les dictats de la Pensée Unique, du politiquement correct, du terrorisme intellectuel, de la désinformation, de la censure et autres dérives, l’on ne peut être que très inquiets quant à la liberté d’expression, désormais, seulement autorisée aux socialistes ou socialisant et autres associations sponsorisées, qu’ils le veuillent ou pas, par les contribuables. »

Une plate-forme de dons à été mise en place pour soutenir le dessinateur David Miège : Cliquez ici

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux