Accueil | Actualités | Médias | Marianne sait fermer sa gueule
Pub­lié le 17 novembre 2013 | Éti­quettes : , ,

Marianne sait fermer sa gueule

Dans Les patrons de la presse nationale. Tous mauvais, aux éditions La Fabrique, Jean Stern rappelle qu'au début des années 2000, alors que Marianne était au bord du dépôt de bilan, Bernard-Henri Lévy organise un déjeuner entre Maurice Szafran, le directeur du journal, et Martin Bouygues et François Pinault.

Si le premier ne peut pas assister au repas, lui comme le second prêtent chacun 5 millions d'euros à l'hebdomadaire « avec comme clause de n'être remboursé que si Marianne s'en sort : sinon, les deux milliardaires abandonneront leur créance ». Tout en expliquant que « Marianne garde le silence sur ce discret coup de pouce », Jean Stern note que « le journal n'a jamais publié d'enquête critique sur l'empire Pinault et, pour ne pas se faire instrumentaliser, il n'a pas réalisé non plus d'enquête critique sur l'empire Arnault ». Marianne, « l'hebdomadaire de la différence »... ou pas !

Voir notre entretien vidéo avec Jean Stern

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux