Accueil | Actualités | Médias | M6 diffuse les images de l’explosion d’un kamikaze et fait polémique
Pub­lié le 27 avril 2016 | Éti­quettes : ,

M6 diffuse les images de l’explosion d’un kamikaze et fait polémique

Une scène crue et violente diffusée dans le dernier numéro de « Zone Interdite » sur M6 a choqué de nombreux téléspectateurs.

Dans un reportage consacré aux attentats du 13 novembre 2015, et particulièrement aux témoignages des policiers, secouristes et victimes des événements, M6 a diffusé des images assez dures tournées par les caméras de surveillance du café Comptoir Voltaire, ciblé par un kamikaze.

Sur la vidéo, on peut voir un homme, Brahim Abdeslam, entrer dans le café, s'avancer au milieu des clients, se tenir le visage dans la main avant d'actionner sa ceinture d'explosifs. Certes, l'explosion n'aura fait que quelques blessés, mais le kamikaze, lui, est mort, et la vidéo montre clairement le moment où il se « désintègre ».

L'émission, regardée par 2 millions de téléspectateurs, était certes interdite aux moins de 10 ans mais certains téléspectateurs n’en ont pas moins été surpris par la violence des images. Sur les réseaux sociaux, ils se disent « choqués » et « angoissés ». « Le zone interdite de ce soir fait froid dans le dos », commente une jeune femme. « Je viens de voir les images de Brahim Abdeslam qui se fait exploser dans un bar le 13 novembre, Zone Interdite aurait jamais du montrer ça.. », déclare un autre utilisateur sur Twitter.

Dans le Journal du Dimanche, le réalisateur du documentaire s'est justifié. « Il faut montrer la violence des choses. Montrer pour que ces choses-là n'arrivent plus », a expliqué Christian Huleu. Et de conclure : « On ne peut pas être fataliste. Il ne faut pas que cette violence soit banalisée. Une piqûre de rappel ne fait pas de mal. Nous devons nous souvenir de cette nuit, sans tomber dans la commémoration. »

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux