Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’incroyable boulette de l’AFP sur la fausse mort de Martin Bouygues

3 mars 2015

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | L’incroyable boulette de l’AFP sur la fausse mort de Martin Bouygues

L’incroyable boulette de l’AFP sur la fausse mort de Martin Bouygues

Après l’annonce erronée de la mort de Martin Bouygues, l’Agence France Presse s’est confondue en excuses et a annoncé qu’une enquête interne serait ouverte pour que cette « erreur inacceptable » ne se reproduise plus.

Same­di après-midi, à 14h27 pré­cisé­ment, l’a­gence pub­li­ait une alerte stip­u­lant : « Mar­tin Bouygues est décédé same­di matin dans sa rési­dence de l’Orne (mairie). » Et l’AFP d’a­jouter que le décès était sur­venu « à l’âge de 62 ans, dans sa rési­dence de La Roche Mabile, près d’Alençon (Orne), a‑t-on appris auprès du maire de la com­mune voi­sine de Saint-Denis-sur-Sarthon ». Aus­sitôt, les réseaux soci­aux se sont embal­lés et de nom­breux médias, dont TF1, pro­priété de Bouygues, ont repris l’in­for­ma­tion.

Exem­ple par­mi d’autres, l’édi­to­ri­al­iste Jean-Michel Apathie fai­sait état du décès sur son compte Twit­ter, van­tant au pas­sage les mérites d’un « grand indus­triel ». Seule­ment voilà… À peine une trentaine de min­utes plus tard, les groupes TF1 et LCI démen­taient l’in­for­ma­tion. « URGENT INFO @LCI @TF1 : La direc­tion de @TF1 dément la mort de Mar­tin Bouygues », ont-ils pub­lié sur Twit­ter. « J’ai eu Mar­tin Bouygues il y a dix min­utes. Il va bien et est sur­pris par cette annonce », ajoutait Cather­ine Nayl, direc­trice générale adjointe à l’in­for­ma­tion du groupe.

Que s’est-il passé ? En réal­ité, il s’a­gi­rait d’un ter­ri­ble malen­ten­du. Les pom­piers sont bien inter­venus à La Roche Mabile pour un décès ce same­di, mais pas pour celui de l’in­dus­triel, qui ne s’y trou­vait même pas. Con­tac­té par l’AFP, le maire de la com­mune voi­sine a alors con­fir­mé le décès mais a expliqué ensuite avoir été piégé. « Il y a bien un mon­sieur Mar­tin qui est mort ce matin, mais ce n’est pas Mar­tin Bouygues. Le jour­nal­iste m’a par­lé de cette mort et j’ai con­fir­mé que Mon­sieur Mar­tin était décédé. Il y a une erreur phénomé­nale car on ne m’a pas par­lé de Mar­tin Bouygues. C’est une sur­prise totale, en réal­ité je me suis fait piéger. (…) Je suis navré d’une telle con­fu­sion. (…) Con­fu­sion de nom quoi », a expliqué l’élu à francetv info. Quoi qu’il en soit, l’AFP aura atten­du 57 min­utes (à 15h24) pour démen­tir sa pro­pre infor­ma­tion. « La direc­tion de TF1 dément la mort de Mar­tin Bouygues », a annon­cé l’a­gence. À 15h39, une nou­velle dépêche de l’a­gence Reuters pub­li­ait égale­ment le démen­ti. Par la suite, l’AFP a présen­té ses excus­es en pub­liant sur Twit­ter : « Mar­tin Bouygues : toutes les excus­es de l’AFP pour cette ter­ri­ble erreur. » Le PDG lui-même, Emmanuel Hogg, s’est fendu d’un mes­sage : « Nous présen­tons à Mar­tin Bouygues et à sa famille nos plus sincères excus­es pour cette faute inac­cept­able. »

« Sur la base d’une pre­mière alerte obtenue par un jour­nal­iste de l’a­gence, l’AFP avait ten­té d’obtenir des con­fir­ma­tions. L’in­for­ma­tion erronée a ensuite été dif­fusée sur la base d’un malen­ten­du avec un élu local », a expliqué l’a­gence. Un malen­ten­du qui n’au­rait pas pu avoir lieu sans « une série de dys­fonc­tion­nements qui sont à l’o­rig­ine de l’er­reur », et c’est pourquoi la direc­tion ne compte pas en rester là.

Le jour-même, celle-ci annonçait l’ou­ver­ture d’une enquête interne dans le but de « com­pren­dre com­ment une telle faute a pu être com­mise ». « Nous sommes habitués à la pres­sion, nous pesons chaque mot et recoupons tou­jours nos infos sachant que nous sommes repris partout », a rap­pelé un jour­nal­iste AFP, une agence mon­di­ale­ment sol­lic­itée qui pub­lie 5.000 dépêch­es par jour.

Out­re les dys­fonc­tion­nements éventuels de l’en­tre­prise, c’est surtout la réelle dépen­dance des médias d’in­for­ma­tion à l’é­gard de l’AFP qu’il con­vient de relever. À l’heure de l’in­ter­net et de l’in­for­ma­tion en con­tinu, les sites des grands médias se retrou­vent dans l’oblig­a­tion d’al­i­menter leurs colonnes en per­ma­nence, au risque de se retrou­ver par­fois à annon­cer des morts qui n’ont pas eu lieu…

Voir également notre dossier « L’affaire Gourevitch, ou le pouvoir sans partage de l’AFP »

Crédit pho­to : DR

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).