Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Libération : Dov Alfon, ancien des services de renseignements israéliens, nouveau rédacteur en chef

19 septembre 2020

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Libération : Dov Alfon, ancien des services de renseignements israéliens, nouveau rédacteur en chef

Libération : Dov Alfon, ancien des services de renseignements israéliens, nouveau rédacteur en chef

Alors que le quotidien vogue sur l’esquif d’une Fondation pour la presse, financée et contrôlée par Patrick Drahi, Laurent Joffrin parti pour les délices de la politique électorale est remplacé par un franco-israélien ancien membre des services de renseignement de l’armée, l’unité d’élite 8200.

L’unité 8200

« Unité 8200 » cela évoque un roman d’espionnage, ça tombe bien c’est le sujet. Repor­tons-nous à The Times of Israël (en français) du 16 juin 2019 :

« L’unité 8200 – ou unité Shmoneh-Matay­im en hébreu – est con­sid­érée par la majorité des ana­lystes des ren­seigne­ments comme l’une des unités d’espionnage les plus sophis­tiquées – et quelque peu con­tro­ver­sées – de toute la planète. Une enquête parue en 2014 dans le Guardian avait par exem­ple révélé qu’elle était chargée d’espionner les civils pales­tiniens en Cisjor­danie. »

De la même source à la même date, plus loin

« Il est de notoriété publique que le jour­nal­iste, édi­teur et auteur Dov Alfon, 58 ans, a par­ticipé à la col­lecte de ren­seigne­ments en vue de l’opération israéli­enne Opéra, un raid aérien sur­prise mené au mois de juin 1981 qui avait détru­it un réac­teur nucléaire iranien situé aux abor­ds de Bag­dad.
Mais lorsqu’on lui demande de citer des exem­ples spé­ci­fiques d’opérations aux­quelles il a par­ticipé quand, jeune homme, il apparte­nait à l’unité 8200 de l’armée israéli­enne, Dov Alfon fait une pause, mar­quant une hési­ta­tion.
« Je ne peux pas par­ler des choses que j’ai pu faire ou ne pas faire dans les rangs de l’unité 8200 », explique-t-il au Times of Israël avec un détache­ment que ne renierait pas James Bond, lors d’une inter­view réal­isée à Paris, dans un lieu qui ne sera pas divul­gué. »

Tou­jours de la même source mais du 25 juin 2020, on pré­cise que cette unité (à laque­lle Dov Alfon n’appartient plus depuis la fin de son ser­vice mil­i­taire selon les sources offi­cielles) a été récem­ment décorée pour ser­vices ren­dus, comme le dit le général Hay­man, son respon­s­able :

« L’excellence par un besoin clair, l’excellence par la soif de suc­cès, l’excellence par le fait de ne pas tran­siger sur les petits détails – c’est l’esprit du ren­seigne­ment mil­i­taire et cela s’exprime égale­ment lors de cet événe­ment », a déclaré Hay­man. « Les activ­ités opéra­tionnelles ont été menées de manière clan­des­tine, avec créa­tiv­ité et un fort désir de réus­site. »

« Les capac­ités opéra­tionnelles, la col­lab­o­ra­tion et les réal­i­sa­tions uniques qui se sont reflétées dans vos actions ne peu­vent pas être pris­es à la légère », a‑t-il déclaré. « Cette opéra­tion est une pre­mière et la plus impor­tante étape d’un long chemin qui nous attend. »

Et ensuite ?

Dov Alfon fait donc son ser­vice mil­i­taire au sein de la 8200, il y restera deux ou trois ans suiv­ant les sources. Ensuite l’ami Dov s’est fait une vir­ginité du côté de l’édition, a effec­tué un long par­cours au quo­ti­di­en israélien pro­gres­siste Haaretz à dif­férentes fonc­tions, de respon­s­able des sup­plé­ments (avec suc­cès) jusqu’à la rédac­tion en chef pen­dant trois ans où il dévelop­pera le dig­i­tal sa spé­cial­ité. Dans ce dernier poste il sera accusé d’une véri­ta­ble chas­se aux sor­cières con­tre les jour­nal­istes classés trop à droite.

Né sous le pro­tec­torat français en Tunisie il béné­fi­cie de la nation­al­ité française mais sa mère ayant émi­gré, il choisira de faire son ser­vice mil­i­taire en Israël où il sera remar­qué pour ses tal­ents en devenant chef de sec­tion de la célèbre unité 8200 (voir supra) dont il tir­era un livre Unité 8200 (Liana Levi) qui recevra le prix Mar­i­anne. Après ses mis­sions au sein d’Haaretz, il devien­dra ensuite cor­re­spon­dant en France pour le quo­ti­di­en tout en col­lab­o­rant épisodique­ment avec Fab­rice Arfi à Médi­a­part. Il devien­dra vice-prési­dent de l’Association de la presse étrangère en France.

Il aurait été remar­qué par Denis Olivennes, le nou­v­el homme fort d’Altice média et de la fon­da­tion qui cha­peaute Libéra­tion. Au départ chargé d’une sim­ple mis­sion sur le numérique par Olivennes celui-ci aurait vu dans sa pro­mo­tion l’occasion de met­tre fin à l’ère Jof­frin avec lequel ses rela­tions sont notoire­ment fraîch­es.

Le nou­veau rédac­teur en chef s’est fendu d’une déc­la­ra­tion digne du Tour de France (je suis heureux d’avoir gag­né l’étape et j’espère faire mieux la prochaine fois) :

« Je suis heureux et fier de cette extra­or­di­naire con­fi­ance qui m’honore. Libéra­tion c’est un titre fort, unique, avec des valeurs d’indépendance et d’humanisme aux­quelles je suis pro­fondé­ment attaché. C’est surtout une rédac­tion tal­entueuse qui tra­vaille chaque jour pour pub­li­er une infor­ma­tion éclairée. Nous allons ren­forcer les liens avec nos lecteurs et en con­va­in­cre bien d’autres. »

Ses très nom­breuses rela­tions inter­na­tionales et ses tal­ents éprou­vés dans le dig­i­tal et en cyber sécu­rité (défen­sive et offen­sive) lui servi­ront pour ten­ter de sor­tir de l’ornière un quo­ti­di­en en voie de mar­gin­al­i­sa­tion. Sa nom­i­na­tion a été approu­vée à plus de 90% par la rédac­tion du jour­nal.

Sur le même sujet

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : la première audience a eu lieu

La première audience s’est déroulée le 7 octobre 2020 au nouveau Palais de Justice de Paris devant la 17ème chambre qui suit les délits de presse. Notre avocat Maître Benoît Derieux a choisi de plaider la nullité pour vice de forme. Si l’avocat de la partie adverse était présent, Monsieur Ramzi Khiroun ne s’est pas présenté. Compte-rendu dans notre article du 12 octobre.

Derniers portraits ajoutés

Éric Brunet

PORTRAIT — Né en juil­let 1964 à Chi­non (Indre et Loire) d’un père ingénieur à EDF et d’une mère compt­able, Éric Brunet est un chroniqueur, ani­ma­teur radio et essay­iste français con­nu pour son engage­ment à droite et son sou­tien incon­di­tion­nel à Nico­las Sarkozy.

Salhia Brakhlia

PORTRAIT — Sal­hia Brakhlia a apporté, avec suc­cès, les méth­odes con­tro­ver­sées du Petit Jour­nal sur BFMTV. Le mélange détonne.

Caroline Monnot

PORTRAIT — Car­o­line Mon­not est une jour­nal­iste aimant se représen­ter sur les réseaux soci­aux avec une tête d’autruche, libre à cha­cun d’en faire sa pro­pre inter­pré­ta­tion. Elle tra­vaille au jour­nal Le Monde depuis 25 ans, chef adjointe du ser­vice poli­tique, elle se con­cen­tre prin­ci­pale­ment sur les rad­i­cal­ités poli­tiques.

Tristan Mendès France

PORTRAIT — Petit-fils de Pierre Mendès France et neveu de Frantz Fanon, l’homme pense marcher dans les pas du pre­mier, pas peu fier d’avoir hérité d’un cos­tume trop grand pour lui.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.