Accueil | Actualités | Médias | L’hebdomadaire Minute dans la tourmente
Pub­lié le 29 avril 2014 | Éti­quettes :

L’hebdomadaire Minute dans la tourmente

L'hebdomadaire Minute se retrouve cette semaine à la fois cité à comparaître pour la une sur Christiane Taubira, mais aussi, plus étonnant, poursuivi en justice par Marion Maréchal-Le Pen.

Dans sa dernière édition, Minute révélait la grossesse présumée de la jeune député du Front National, Marion Maréchal-Le Pen. « Dans la famille Le Pen, après la fille [Marine] et la petite-fille [Marion], voici maintenant l’arrière-petit-fils [ou fille] ! L’heureuse nouvelle va faire de Yann Maréchal [une des filles de Jean-Marie Le Pen, ndlr] une grand-mère, de Jean-Marie Le Pen un arrière-grand-père et de Marine Le Pen une grand-tante », écrivait ainsi le journal.

Une révélation que n'a guère appréciée la principale concernée, qui va « charger son avocat d’introduire une procédure en violation de l’intimité de la vie privée à l’encontre d’un hebdomadaire, qui a de façon inacceptable publié à son sujet des informations strictement confidentielles ».

Par ailleurs, le paquet de Paris a cité à comparaître au tribunal correctionnel l'hebdomadaire pour sa une polémique contre la ministre de la Justice, Christiane Taubira. Publiée le 13 novembre 2013, cette couverture présentait une photo de la garde des sceaux accompagnée du titre « Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane ». Une vive polémique s'en était suivie, ainsi qu'une plainte pour « injure à caractère racial » menée par SOS Racisme, la Ligue contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) et le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap).

« Nous ne sommes pas du tout racistes », s'était alors défendu le directeur de publication de Minute, Jean-Marie Molitor, reconnaissant une couverture de « mauvais goût » mais défendant « la satire [qui] n'est pas un délit ». Une satire qui, visiblement, n'est permise que pour Charlie Hebdo...

Crédit photo : wallyg via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux