Accueil | Actualités | Médias | Les syndicats font la loi à l’AFP
Pub­lié le 13 juillet 2015 | Éti­quettes : ,

Les syndicats font la loi à l’AFP

Suspendue pendant le long week-end du 14 juillet, la grève à l'Agence France Presse, devrait être reconduite mercredi 15 juillet. Le PDG, Emmanuel Hoog, qui veut dépoussiérer une organisation sociale obsolète, est sous pression.

Pas moins de 117 accords sectoriels au sein des cinq métiers de l'AFP (journalistes, employés, techniciens, ouvriers de transmissions, commerciaux). En 71 ans d'existence, l'agence a accumulé un épais mille-feuilles de textes qui assurent à ses salariés un eldorado social. La moyenne des congés payés et des RTT y est respectivement de 44 et de 18 jours. Les salaires sont du même tonneau : très avantageux.

L'énarque Hoog, qui a rempilé pour un second mandat à la tête de l'AFP en 2014, a franchi le rubicon le 6 juillet. Il a demandé de mettre à l'ordre du jour du comité d'entreprise du 16 juillet la dénonciation de l'ensemble des conventions internes. Le PDG pensait sans doute que ce casus belli vis-à-vis des syndicats de l'AFP passerait mieux en période estivale. Raté. Ces derniers sont plus remontés que jamais. CGT et FO, ultra-majoritaires dans l'entreprise, savent y faire pour chauffer à blanc leurs troupes. Les assemblées générales, qui ne réunissent qu'à peine la moitié des salariés du siège, place de la Bourse à Paris, ont jusqu'à présent reconduit la grève à plus de 80% des votants.

Si Hoog s'attèle seulement maintenant à ce gigantesque chantier, c'est qu'il subit une autre pression, émanant elle des pouvoirs publics. L’État assure la moitié du budget de l'AFP, sous forme d'une dotation de quelque 130 millions d'euros (en 2014). Cette dernière serait dispensée, selon un statut unique au monde, au nom de la mission de service public exercée par l'AFP. À l'heure de la réduction de son train de vie, l’État cherche à faire des économies partout. Il tente de surcroît de rogner sur des subventions généreuses, dont le montant ne lui semble guère plus justifié au vu des avantages sociaux extravagants des "agenciers".

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux