Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Les syndicats font la loi à l’AFP
Les syndicats font la loi à l’AFP

13 juillet 2015

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Les syndicats font la loi à l’AFP

Les syndicats font la loi à l’AFP

Les syndicats font la loi à l’AFP

Suspendue pendant le long week-end du 14 juillet, la grève à l’Agence France Presse, devrait être reconduite mercredi 15 juillet. Le PDG, Emmanuel Hoog, qui veut dépoussiérer une organisation sociale obsolète, est sous pression.

Pas moins de 117 accords sec­to­riels au sein des cinq métiers de l’AFP (jour­nal­istes, employés, tech­ni­ciens, ouvri­ers de trans­mis­sions, com­mer­ci­aux). En 71 ans d’ex­is­tence, l’a­gence a accu­mulé un épais mille-feuilles de textes qui assurent à ses salariés un eldo­ra­do social. La moyenne des con­gés payés et des RTT y est respec­tive­ment de 44 et de 18 jours. Les salaires sont du même ton­neau : très avantageux.

L’é­nar­que Hoog, qui a rem­pilé pour un sec­ond man­dat à la tête de l’AFP en 2014, a franchi le rubi­con le 6 juil­let. Il a demandé de met­tre à l’or­dre du jour du comité d’en­tre­prise du 16 juil­let la dénon­ci­a­tion de l’ensem­ble des con­ven­tions internes. Le PDG pen­sait sans doute que ce casus bel­li vis-à-vis des syn­di­cats de l’AFP passerait mieux en péri­ode esti­vale. Raté. Ces derniers sont plus remon­tés que jamais. CGT et FO, ultra-majori­taires dans l’en­tre­prise, savent y faire pour chauf­fer à blanc leurs troupes. Les assem­blées générales, qui ne réu­nis­sent qu’à peine la moitié des salariés du siège, place de la Bourse à Paris, ont jusqu’à présent recon­duit la grève à plus de 80% des votants.

Si Hoog s’at­tèle seule­ment main­tenant à ce gigan­tesque chantier, c’est qu’il subit une autre pres­sion, émanant elle des pou­voirs publics. L’État assure la moitié du bud­get de l’AFP, sous forme d’une dota­tion de quelque 130 mil­lions d’eu­ros (en 2014). Cette dernière serait dis­pen­sée, selon un statut unique au monde, au nom de la mis­sion de ser­vice pub­lic exer­cée par l’AFP. À l’heure de la réduc­tion de son train de vie, l’État cherche à faire des économies partout. Il tente de sur­croît de rogn­er sur des sub­ven­tions généreuses, dont le mon­tant ne lui sem­ble guère plus jus­ti­fié au vu des avan­tages soci­aux extrav­a­gants des “agenciers”.

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Samuel Étienne

PORTRAIT — Samuel Éti­enne, idole des vieux, dragueur de jeunes. Hyper­ac­t­if au som­meil léger, l’homme est passé par de mul­ti­ples cas­es de l’audiovisuel privé et pub­lic, fort d’un sourire ravageur et d’une plas­tique qui lui val­ut le statut de « bombe du mois » dans Têtu en 1994. Pili­er de France 3, il est séduit par Twitch où ses revues de presse rassem­blent des dizaines de mil­liers de « viewers ».

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.