Accueil | Actualités | Médias | Les syndicats de la presse changent de dirigeants
Pub­lié le 13 juillet 2014 | Éti­quettes : ,

Les syndicats de la presse changent de dirigeants

Les deux principaux syndicats de la presse française, le Syndicat de la presse quotidienne nationale et l'Association de la presse d'information politique et générale, viennent de changer leurs dirigeants.

Pour le premier, c'est Francis Morel, président du groupe Les Échos, qui a été désigné pour succéder à Marc Feuillée, directeur général du groupe Figaro. Quant au second, c'est Georges Sanerot, président du directoire du groupe Bayard, qui a pris la tête de l'AIPG.

Parmi les nombreuses batailles menées par le SPQN figure la transition de la presse vers le numérique : séduire et fidéliser près de 25 millions de nouveaux lecteurs sur les sites d'information n'était pas une mince affaire. Aussi, la SPQN compte à son palmarès la négociation des solutions pour sauver le système de distribution de la presse.

À son nouveau poste, Francis Morel s'est dit « personnellement très confiant dans l'avenir de la presse quotidienne nationale qui, grâce à des marques fortes sur le papier et le numérique, a développé et fidélisé son lectorat ».

Pour l'AIPG, il s'agira de réaffirmer « l'utilité républicaine » de la presse d'information politique et générale, permettant d'éclairer et d'approfondir le jugement du citoyen dans un monde d'information omniprésente.

Crédit photo : DR

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This