Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Les salariés de Nice-Matin lancent un appel aux dons
Publié le 

5 août 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Les salariés de Nice-Matin lancent un appel aux dons

Les salariés de Nice-Matin lancent un appel aux dons

Leur journal étant en grande difficulté financière, les salariés de Nice-Matin ont lancé une campagne inédite dans la presse papier : un appel aux dons via une plate-forme de « crowfunding », un moyen de financement participatif.

« On avait fait des reportages sur des pro­jets cul­turels qui se mon­taient grâce au crowd­fund­ing. C’est un moyen de touch­er des gens d’ailleurs », a com­men­té Jean-Philippe Roubaud, reporter et délégué syn­di­cal au quo­ti­di­en niçois. Lancée sur Ulule.com, la cam­pagne espère récolter un min­i­mum de 300 000 euros. « Oui, nous, salariés d’un grand jour­nal région­al issu de la Résis­tance, nous avons l’in­ten­tion de lever une armée paci­fique de parte­naires », est-il écrit dans l’an­nonce.

La somme demandée vien­dra appuy­er l’of­fre de reprise déposée récem­ment. Des ouvri­ers du Livre, des secré­taires et des rédac­teurs du jour­nal ont en effet pro­posé un pro­jet de Scop, une société coopéra­tive, qui devra être validé par le tri­bunal de com­merce de Nice, fin sep­tem­bre. Pour éviter la fail­lite, l’en­tre­prise, qui a été placée en redresse­ment judi­ci­aire, a besoin de plus de 3 mil­lions d’eu­ros. Si plusieurs repre­neurs se sont man­i­festés par la suite, c’est « avec la ferme inten­tion de dégraiss­er », assure la rédac­tion.

Alors, pour éviter les offres « insul­tantes » des repre­neurs, qui men­a­cent toutes de « saign­er les titres », les salariés ont décidé de recourir à l’ap­pel au don. « On hési­tait à sol­liciter les lecteurs puis, mar­di dernier, on a reçu un mail qui a tout changé. Rose­lyne, une dame de 91 ans du Thoronet (Var), nous a écrit qu’elle avait appris que le quo­ti­di­en qui l’a accom­pa­g­née une grande par­tie de sa vie était en dan­ger. Ça l’a mise en colère, même si elle nous a par­fois détestés. Avec ses petits moyens, elle assure être prête à don­ner 3 800 € de sa poche », racon­te un jour­nal­iste. Le lende­main, un chef d’en­tre­prise a égale­ment man­i­festé son inten­tion de met­tre la main à la poche. « Alors on s’est dit pourquoi pas ? », ajoute Damien Alle­mand, rédac­teur web.

Lancée ce mar­di, la cagnotte avait atteint, le jour-même à 17h30, près de 70 000 euros.

Crédit pho­to : trois-tetes via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision