Accueil | Actualités | Médias | Les salariés de Nice-Matin lancent un appel aux dons
Pub­lié le 5 août 2014 | Éti­quettes :

Les salariés de Nice-Matin lancent un appel aux dons

Leur journal étant en grande difficulté financière, les salariés de Nice-Matin ont lancé une campagne inédite dans la presse papier : un appel aux dons via une plate-forme de « crowfunding », un moyen de financement participatif.

« On avait fait des reportages sur des projets culturels qui se montaient grâce au crowdfunding. C'est un moyen de toucher des gens d'ailleurs », a commenté Jean-Philippe Roubaud, reporter et délégué syndical au quotidien niçois. Lancée sur Ulule.com, la campagne espère récolter un minimum de 300 000 euros. « Oui, nous, salariés d'un grand journal régional issu de la Résistance, nous avons l'intention de lever une armée pacifique de partenaires », est-il écrit dans l'annonce.

La somme demandée viendra appuyer l'offre de reprise déposée récemment. Des ouvriers du Livre, des secrétaires et des rédacteurs du journal ont en effet proposé un projet de Scop, une société coopérative, qui devra être validé par le tribunal de commerce de Nice, fin septembre. Pour éviter la faillite, l'entreprise, qui a été placée en redressement judiciaire, a besoin de plus de 3 millions d'euros. Si plusieurs repreneurs se sont manifestés par la suite, c'est « avec la ferme intention de dégraisser », assure la rédaction.

Alors, pour éviter les offres « insultantes » des repreneurs, qui menacent toutes de « saigner les titres », les salariés ont décidé de recourir à l'appel au don. « On hésitait à solliciter les lecteurs puis, mardi dernier, on a reçu un mail qui a tout changé. Roselyne, une dame de 91 ans du Thoronet (Var), nous a écrit qu'elle avait appris que le quotidien qui l'a accompagnée une grande partie de sa vie était en danger. Ça l'a mise en colère, même si elle nous a parfois détestés. Avec ses petits moyens, elle assure être prête à donner 3 800 € de sa poche », raconte un journaliste. Le lendemain, un chef d'entreprise a également manifesté son intention de mettre la main à la poche. « Alors on s'est dit pourquoi pas ? », ajoute Damien Allemand, rédacteur web.

Lancée ce mardi, la cagnotte avait atteint, le jour-même à 17h30, près de 70 000 euros.

Crédit photo : trois-tetes via Flickr (cc)

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux