Accueil | Actualités | Médias | Les cinq chantiers de Baylet à Midi libre
Pub­lié le 15 décembre 2015 | Éti­quettes : , , ,

Les cinq chantiers de Baylet à Midi libre

Propriétaire des quotidiens du Languedoc-Roussillon depuis l'été, le patron de La Dépêche rapprochera avec prudence ses deux entités en 2016.

Lors d'une grand-messe tenue courant novembre, Jean-Michel Baylet a expliqué aux salariés de son nouveau pôle montpelliérain quelles étaient ses intentions. Plutôt floues six mois après le rachat, elles sont désormais relativement claires. Le patron de presse, également président du Parti radical de gauche (PRG) a bien l'intention de faire jouer petit à petit les mutualisations avec son empire de presse toulousain.

La reprise des quotidiens Midi libre à Montpellier, L'Indépendant à Perpignan et Centre Presse Aveyron à Rodez, est directement liée à la fusion des régions Midi-Pyrénées et Languedoc Roussillon en une seule grande région au 1er janvier 2016. Si les synergies entre les deux pôles de médias seront moins poussées que ce futur bigbang administratif, elles resteront néanmoins significatives.

Le dirigeant a fixé le cap au travers de cinq chantiers principaux qu'il a pris soin de baptiser pour certains. Au plan rédactionnel (Albert Londres), avec le départ suite à la vente d'une quarantaine de journalistes sur les trois quotidiens de Languedoc Roussillon et de l'Aveyron, les organisations de ces rédactions seront fatalement rationalisées. Ces changements se traduiront probablement par des fusions dans les départements où plusieurs titres du nouveau groupe cohabitent (L'Aude et L'Aveyron notamment). Baylet a aussi prévu des rapprochements publicitaires (Polymère). Si le PDG a promis que les régies de Toulouse et de Montpellier resteraient pour l'instant indépendantes, elles effectueront des offres couplées dès 2016. À moyen terme, les entités se rapprocheront de toute évidence, a fortiori avec la baisse récurrente de leurs recettes. Elles auraient en effet chacune perdu un million d'euros en 2015, selon Jean-Michel Baylet. Il s'agit également de ne pas brusquer les choses au plan industriel (Futura).

Ce chantier passera par une rationalisation des moyens entres les usines de Toulouse et de Montpellier. Sur ce plan également, la concentration est en marche dans le sud où cohabiteraient au total pas moins de sept centres industriels d'impression. Si l'on ajoute à la démonstration, la recherche d'une productivité accrue au niveau des fonctions administratives et un développement sensible des opérations événementielles, le discours du radical de gauche Jean-Marie Baylet ressemble à s'y méprendre à celui de n'importe quel vulgaire patron de droite de presse quotidienne régionale.

Y compris parce que son plan induit 340 suppressions de postes de Toulouse à Montpellier, sur lequel le propriétaire de La Dépêche ne s'est pas étendu.

Crédit photo : Parti socialiste via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

22% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 445,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux