Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Les cinq chantiers de Baylet à Midi libre

15 décembre 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Les cinq chantiers de Baylet à Midi libre

Les cinq chantiers de Baylet à Midi libre

Propriétaire des quotidiens du Languedoc-Roussillon depuis l’été, le patron de La Dépêche rapprochera avec prudence ses deux entités en 2016.

Lors d’une grand-messe tenue courant novem­bre, Jean-Michel Baylet a expliqué aux salariés de son nou­veau pôle mont­pel­liérain quelles étaient ses inten­tions. Plutôt floues six mois après le rachat, elles sont désor­mais rel­a­tive­ment claires. Le patron de presse, égale­ment prési­dent du Par­ti rad­i­cal de gauche (PRG) a bien l’in­ten­tion de faire jouer petit à petit les mutu­al­i­sa­tions avec son empire de presse toulousain.

La reprise des quo­ti­di­ens Midi libre à Mont­pel­li­er, L’Indépen­dant à Per­pig­nan et Cen­tre Presse Avey­ron à Rodez, est directe­ment liée à la fusion des régions Midi-Pyrénées et Langue­doc Rous­sil­lon en une seule grande région au 1er jan­vi­er 2016. Si les syn­er­gies entre les deux pôles de médias seront moins poussées que ce futur big­bang admin­is­tratif, elles res­teront néan­moins significatives.

Le dirigeant a fixé le cap au tra­vers de cinq chantiers prin­ci­paux qu’il a pris soin de bap­tis­er pour cer­tains. Au plan rédac­tion­nel (Albert Lon­dres), avec le départ suite à la vente d’une quar­an­taine de jour­nal­istes sur les trois quo­ti­di­ens de Langue­doc Rous­sil­lon et de l’Avey­ron, les organ­i­sa­tions de ces rédac­tions seront fatale­ment ratio­nal­isées. Ces change­ments se traduiront prob­a­ble­ment par des fusions dans les départe­ments où plusieurs titres du nou­veau groupe cohab­itent (L’Aude et L’Avey­ron notam­ment). Baylet a aus­si prévu des rap­proche­ments pub­lic­i­taires (Polymère). Si le PDG a promis que les régies de Toulouse et de Mont­pel­li­er resteraient pour l’in­stant indépen­dantes, elles effectueront des offres cou­plées dès 2016. À moyen terme, les entités se rap­procheront de toute évi­dence, a for­tiori avec la baisse récur­rente de leurs recettes. Elles auraient en effet cha­cune per­du un mil­lion d’eu­ros en 2015, selon Jean-Michel Baylet. Il s’ag­it égale­ment de ne pas brusquer les choses au plan indus­triel (Futu­ra).

Ce chantier passera par une ratio­nal­i­sa­tion des moyens entres les usines de Toulouse et de Mont­pel­li­er. Sur ce plan égale­ment, la con­cen­tra­tion est en marche dans le sud où cohab­it­eraient au total pas moins de sept cen­tres indus­triels d’im­pres­sion. Si l’on ajoute à la démon­stra­tion, la recherche d’une pro­duc­tiv­ité accrue au niveau des fonc­tions admin­is­tra­tives et un développe­ment sen­si­ble des opéra­tions événe­men­tielles, le dis­cours du rad­i­cal de gauche Jean-Marie Baylet ressem­ble à s’y mépren­dre à celui de n’im­porte quel vul­gaire patron de droite de presse quo­ti­di­enne régionale.

Y com­pris parce que son plan induit 340 sup­pres­sions de postes de Toulouse à Mont­pel­li­er, sur lequel le pro­prié­taire de La Dépêche ne s’est pas étendu.

Crédit pho­to : Par­ti social­iste via Flickr (cc)

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.