Accueil | Actualités | Médias | L’entretien d’Assad sur France 2 scandalise la gauche
Pub­lié le 22 avril 2015 | Éti­quettes : ,

L’entretien d’Assad sur France 2 scandalise la gauche

Dans un entretien exclusif diffusé lundi soir sur France 2, le président syrien Bachar el-Assad a pu longuement s'exprimer, accusant notamment la France de soutenir les terroristes dans son pays.

Des déclarations qui ont heurté une partie de la gauche, jamais avare de tweets d'indignations, et qui ont conduit certains députés à vivement critiquer la démarche de la chaîne publique. Sur Twitter, le député PS des Hauts-de-Seine, Alexis Bachelay, s'est ainsi interrogé sur l'intérêt d'un « entretien honteux avec le sanglant dictateur Bachar el-Assad ».

Le député socialiste François Lamy a jugé quant à lui « cette interview déshonorante pour le service public ». Même son de cloche du côté d’Élisabeth Guigou, présidente de la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale, qui a souhaité rappeler que l'interlocuteur de France 2 avait « réprimé avec férocité » des « manifestants pacifiques » et « bombardé son peuple avec des barils d'explosifs ».

Dans un entretien à francetvinfo, David Pujadas a pour sa part estimé avoir réalisé « un exercice journalistique qui participe à l'information ». « France 2 est sans doute l'un des médias qui en fait le plus sur ce conflit, avec nos envoyés spéciaux. (...) Bachar el-Assad est-il irréprochable ? Sans doute non, chacun se fera son idée. Est-ce que cela veut dire qu'il ne faut pas l'interviewer ? Franchement, ce n'est pas mon idée du journalisme », s'est défendu le présentateur du journal télévisé.

Voir notre portrait de David Pujadas

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This