Accueil | Actualités | Médias | Le rêve des médias selon Zemmour : un pape lesbienne
Pub­lié le 24 mars 2013 | Éti­quettes : ,

Le rêve des médias selon Zemmour : un pape lesbienne

Dans sa chronique de mardi dernier, Éric Zemmour n'y va pas par quatre chemins pour décrire les relations entre les grands médias et le pape.

Pour le journaliste, il s'agit d'« une guerre de mots », d'« une guerre d’images », d'« une guerre en dentelles » mais « inexpiable », « qui n’en finit jamais, qui recommence avec chaque nouvel élu », qu'accompagne « un rituel », « associer l’Église catholiques aux tyrans » : Pie XII et Benoît XVI à Hitler, François aux généraux d'Argentine.

Dans cette optique de diabolisation (« un travail de routine »), les médias « traqueront désormais la moindre déclaration » du chef de l'Église « sur le mariage, le SIDA, l’homosexualité, l’islam pour, après une déformation et décontextualisation d’usage, rendre le pape odieux aux masses », prévoit Éric Zemmour. « Un bon scandale financier ou une bonne affaire de pédophilie feront aussi bien l’affaire », ironise-t-il.

En effet, selon lui, « le catholicisme est la religion la plus maltraitée par les médias internationaux, elle bénéficie d’un traitement de défaveur, tandis que le protestantisme est ignoré, le judaïsme protégé et l’islam craint, ou l’inverse ». Car « avec sa structure pyramidale et son discours moralisant, l’Église incarne tout ce qu’exècre un univers médiatique baignant dans la culture soixante-huitarde anti-hiérarchique et libertaire ». Et Zemmour de conclure son propos sur les relations entre le pape et les médias par cette boutade : ils « attendent toujours un pape femme, noire, lesbienne, cocaïnomane. Ils sont condamnés à être déçus… »

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux