Accueil | Actualités | Médias | Le meilleur de l’Ojim en 2014 (1)
Pub­lié le 24 décembre 2014 | Éti­quettes :

Le meilleur de l’Ojim en 2014 (1)

Pendant les fêtes, l’Ojim fait relâche et se rallie à la trêve des confiseurs. L’occasion de vous faire revivre les grands moments de l’année 2014 du point de vue de la critique des médias. Cette année, l’Ojim s’est particulièrement attaché à décrypter le discours produit par les médias par une analyse exhaustive de certaines émissions ou de certains supports de presse. Mais l’Ojim continue également de débusquer petites et grosses manipulations dont se rendent coupables certains journalistes, et tente de mettre à jour les enjeux qui se cachent derrière ce combat de la parole. N’oubliez pas que l’Ojim est un site entièrement indépendant qui ne vit que grâce à vos dons. Aidez-nous à remplir notre rôle d’Observatoire des médias et à exercer librement notre critique du système médiatique. Tout don nous est utile.

[divider]

Le Grand Journal ou Goebbels à Beverly Hills

Le Grand Journal ou Goebbels à Beverly Hills

L’Ojim a visionné et analysé pour vous les deux premières semaines de la saison de cette émission quotidienne qui est aussi l’émission phare de la chaîne cryptée. Un modèle de propagande dernière génération.

Il y a quelques mois, nous évoquions le cas Canal+, les difficultés que rencontrait actuellement la chaîne, ses origines et ses évolutions, lesquelles avaient fini par aboutir à un mélange inquiétant de dérision et de fanatisme. Le visionnage attentif de son émission-vitrine en cette rentrée médiatique allait être l’occasion de détailler les procédés très particuliers que celle-ci emploie et qui lui permettent d’assener une espèce de matraquage idéologique indolore et pourtant permanent. Le temps de la propagande « à la papa » telle qu’usitée par Goebbels ou Staline est bien définitivement révolu. Plus de slogans manifestes, plus de foi affirmée avec éclat, plus de mythologie en toc orchestrée de manière pompeuse, plus de dénigrement littéral du déviant. Non, au Grand Journal, on est modernes, on fait dans le bourrage de crâne high-tech, on formate tout en finesse, on agresse à la Sun Tzu (le grand stratège chinois), c’est-à-dire systématiquement par un biais indirect. On est pourtant bel et bien en présence d’une véritable machine de guerre idéologique, très construite, très offensive, bien que peut-être de moins en moins efficace…

Lire la suite

[divider]

Les agressions contre le « Petit Journal » se généralisent

Les agressions contre le « Petit Journal » se généralisent

Agressé lors des manifestations d’opposition au mariage homosexuel, insulté lors de la révolte des « Bonnets rouges », interdit de conférence de presse du Front National, vilipendé par les partisans de Dieudonné… le « Petit Journal » de Canal+ ne se fait pas que des amis avec sa couverture partiale et moqueuse de l’information. À tel point qu’une simple manifestation peut se transformer en guêpier pour ses journalistes.

Le week-end dernier encore, lors du « Jour de colère », ces derniers ont été pris à partie par des manifestants. Un organisateur anonyme de la manifestation avait par ailleurs annoncé la couleur : « Les journalistes collabos, on n'en veut pas notamment "Le Petit Journal" à qui nous réservons un accueil particulier. » Néanmoins, les équipes de Yann Barthès se sont rendues sur place… et ce qui devait arriver arriva.

Un pigiste raconte l’ambiance particulièrement hostile à l’encontre des médias : « Dès le début de la manifestation, les gens ont eu beaucoup de propos anti-médias. Dès qu'ils voyaient un caméraman ou un photographe, ils étaient très agressifs, nous accusant d'être corrompus, vendus. C'était très violent, très tendu. On évitait d'être au milieu pour ne pas être une cible. » « On a vu un attroupement de gens qui étaient là pour casser du flic ou du journaliste. Ils ont insulté et jeté des pétards au pied d'une journaliste de LCI qui voulait faire un direct », rapporte à son tour un étudiant en journalisme. « Il y avait une poignée de durs, avec vraiment de la haine, qui voulaient nous frapper », renchérit un journaliste d’i>Télé.

Lire la suite

[divider]

Portraits

[fancy_images width="78" height="78"]
[image title="Ali Baddou" alt="Ali Baddou" caption="Ali Baddou" link_to="www.ojim.fr/portraits/ali-baddou/"]https://www.ojim.fr/wp-content/uploads/2013/09/Ali-Baddou-78.jpg[/image]
[image title="Nathalie Balsan-Duverneuil" alt="Nathalie Balsan-Duverneuil" caption="N. Balsan-Duverneuil" link_to="https://www.ojim.fr/portraits/nathalie-balsan-duverneuil/"]https://www.ojim.fr/wp-content/uploads/2012/11/Nathalie-Balsan-Duverneuil-78.jpg[/image]
[image title="Christophe Barbier" alt="Christophe Barbier" caption="Christophe Barbier" link_to="https://www.ojim.fr/portraits/christophe-barbier/"]https://www.ojim.fr/wp-content/uploads/2013/05/Christophe-Barbier-78.jpg[/image]
[image title="Yann Barthès" alt="Yann Barthès" caption="Yann Barthès" link_to="https://www.ojim.fr/portraits/yann-barthes/"]https://www.ojim.fr/wp-content/uploads/2013/03/yann-barthes-78.jpg[/image]
[/fancy_images]

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This