Accueil | Actualités | Médias | Le maire de Cholet traite une journaliste de Libé de « pétasse »
Pub­lié le 20 mars 2015 | Éti­quettes : , ,

Le maire de Cholet traite une journaliste de Libé de « pétasse »

Suite aux insultes du député-maire de Cholet, Gilles Bourdouleix, contre une journaliste de Libération, la Société des journalistes et du personnel du quotidien a réagi dans un communiqué.

Celle-ci dénonce « les insultes inadmissibles » proférées par le parlementaire lors d'un conseil d'agglomération portant notamment sur la fermeture d'une aire de passage des gens du voyage. Comme le rapporte Ouest-France, lors de ce conseil, M. Bourdouleix (ancien UDI) aurait déclaré : « Contrairement à ce qu'a écrit une petite pétasse de Libération, je ne suis pas un maire anti-gens du voyage. »

Le maire de Cholet faisait ici référence à un article de Libé daté du 10 mars dernier et intitulé : « À Cholet, le maire anti-gens du voyage ferme leur aire d'accueil. » Selon la société des journalistes, qui lui demande de s'excuser, « de tels propos sont tout simplement indignes et abjects de la part d'un élu de la République ».

Contacté par l'AFP, le député a indiqué que si la journaliste « a été choquée par le terme, oui, je lui présente mes excuses. Maintenant, j'attends aussi que Libération dise la vérité sur ce qui s'est passé il y a huit jours ».

En août dernier, l'élu avait été condamné à une amende de 3 000 euros pour « apologie de crime contre l'humanité » pour avoir déclaré en 2013, lors d'une altercation avec des gens du voyage, qu'Hitler « n'en avait peut-être pas tué assez ».

Voir notre infographie de Libération

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This