Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le JDD : il y a trop de Blancs dans l’armée

26 mars 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | not_global | Le JDD : il y a trop de Blancs dans l’armée

Le JDD : il y a trop de Blancs dans l’armée

Au royaume des faux culs le Journal du Dimanche du groupe Lagardère aurait une place de choix. Dans sa Une du 25 mars 2018 le quotidien rend hommage (sur une demie page partagée avec la défense de Nicolas Sarkozy) au lieutenant colonel Beltrame mort héroïquement quelques jours plus tôt à Carcassonne. Avant d’assassiner littéralement l’armée dans un reportage plein de fiel et sur deux pleines pages sous la signature de François Clemenceau.

Cachez ce Blanc que je ne saurais voir

La thé­ma­tique du papi­er est sim­ple : l’armée ne cor­re­spond plus à la com­po­si­tion de la société française. La France mod­erne c’est celle qui sait s’ouvrir à la « diver­sité », à l’immigration de masse, in fine au rem­place­ment d’une pop­u­la­tion (vieil­lie, passéiste, ran­cie, scout, catholique) par une autre (jeune, bronzée, sym­pa­thique, rappeuse, musul­mane). Pleu­rant avec le mal­heureux Hervé Morin qui cher­chait en 2007 le Col­in Pow­ell français, le jour­nal­iste (et ajou­tons aus­si le min­istre de la Défense de l’époque) ne sem­ble pas se ren­dre compte que c’est le même Pow­ell qui s’est ren­du coupable à la tri­bune des Nations Unies le 5 févri­er 2003 de la plus grande fake news de ce début du XXIème siè­cle : le bobard des armes de destruc­tions mas­sives soit dis­ant détenues par Sad­dam Hus­sein. Un bobard qui a entrainé l’invasion de l’Irak par les États-Unis, des cen­taines de mil­liers de morts, des mil­lions de déplacés et désta­bil­isé le Moyen-Ori­ent pour longtemps. On aurait pu rêver meilleur exem­ple.

Décryptage des titres

Tout est dans le bal­ance­ment. Le titre général L’armée des galons blancs donne le ton. Igno­rant man­i­feste­ment l’histoire de l’infanterie de marine (ex-infan­terie colo­niale) comme celle de la Légion – deux exem­ples où la mix­ité raciale et religieuse était une don­née con­sti­tu­tive – l’auteur met sous le titre général deux sous-titres en rouge et qui font bal­anci­er : Diver­sité et Entre-soi. Entre-soi ce n’est pas bien sym­pa­thique et d’ailleurs « les hauts gradés…traînent des pieds à l’heure de pro­mou­voir la dif­férence ». Diver­sité vous a un petit air chic et print­anier, mais hélas « le bilan est à l’inertie ».

Plus loin dans le corps du texte trois autres sous-titres en rouge. Le pre­mier Les codes de l’institution est suivi d’une analyse qui admet à regret que des codes exis­tent encore à l’armée. Qui sait, pourquoi pas une armée sans codes du tout, ce serait bien char­mant. Le sec­ond Des scouts aux aumôner­ies, est suivi d’une sévère admon­es­ta­tion « Que faut-il penser d’une pro­mo de Saint-Cyr qui vote une motion pour se ren­dre en délé­ga­tion en uni­forme au Puy du Fou afin d’y assis­ter au retour de l’anneau de Jeanne d’Arc ? ».

Qu’en penser en effet ? Peut-être l’auteur caresse-t-il le rêve d’une délé­ga­tion au Musée de l’Immigration ou au MUCEM de Mar­seille? Le dernier sous-titre tombe comme une con­damna­tion : Miroir défor­mant de la société. Miroir défor­mant lev­ez-vous, le JDD vous con­voque. Nous voulons « un chef d’État-major beur ou guade­loupéen ». Et d’encourager la Min­istre Flo­rence Par­ly (soutenue, dit le jour­nal­iste, par le Prési­dent, Chef des armées) pour la pro­mo­tion de la mix­ité et du bras­sage. Ses sou­tiens – par­mi lesquels le char­mant Clemenceau – « atten­dent qu’il (Macron) ne s’arrête pas en si bon chemin ». Labourage et pas­turage sont les mamelles de la France dis­ait Sul­ly. Masochisme et faux-cul-isme sont les mamelles du JDD, ou – soyons indul­gents — de cer­tains de ses rédac­teurs.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.