Accueil | Actualités | Médias | Le CSA veut « moderniser » les règles pour les périodes électorales
Pub­lié le 14 septembre 2015 | Éti­quettes :

Le CSA veut « moderniser » les règles pour les périodes électorales

Pour s'adapter aux nouveaux enjeux électoraux, le CSA souhaite, entre autres, autoriser la publication des sondages jusqu'à la veille des élections.

Jusqu'à présent, les médias devaient en effet s'abstenir de publier des estimations du vendredi minuit au dimanche 20 heures, et ce en vertu d'une loi datant de 1977 (qui n'a pas évolué malgré l'apparition d'internet).

Le CSA compte également revoir l'équité du temps de parole des candidats durant la période « intermédiaire » (de la publication de la liste des candidats jusqu'à la veille de l'ouverture de la campagne électorale) en optimisant sa conception des expositions médiatiques.

Pour ce qui est des primaires, une nouveauté dans le monde politique, le Conseil entend empêcher que le parti organisateur n’inonde les médias de son actualité interne, au détriment des autres partis, mais aussi veiller à l'égalité du temps de parole entre les candidats de cette même primaire.

Des propositions qui devront bien entendu être adoptées par le Parlement avant que le Code électoral ne les prenne en compte.

Crédit photo : Andrey_Popov via Shutterstock (DR)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This