Accueil | Actualités | Médias | Le CSA veut « moderniser » les règles pour les périodes électorales
Pub­lié le 14 septembre 2015 | Éti­quettes :

Le CSA veut « moderniser » les règles pour les périodes électorales

Pour s'adapter aux nouveaux enjeux électoraux, le CSA souhaite, entre autres, autoriser la publication des sondages jusqu'à la veille des élections.

Jusqu'à présent, les médias devaient en effet s'abstenir de publier des estimations du vendredi minuit au dimanche 20 heures, et ce en vertu d'une loi datant de 1977 (qui n'a pas évolué malgré l'apparition d'internet).

Le CSA compte également revoir l'équité du temps de parole des candidats durant la période « intermédiaire » (de la publication de la liste des candidats jusqu'à la veille de l'ouverture de la campagne électorale) en optimisant sa conception des expositions médiatiques.

Pour ce qui est des primaires, une nouveauté dans le monde politique, le Conseil entend empêcher que le parti organisateur n’inonde les médias de son actualité interne, au détriment des autres partis, mais aussi veiller à l'égalité du temps de parole entre les candidats de cette même primaire.

Des propositions qui devront bien entendu être adoptées par le Parlement avant que le Code électoral ne les prenne en compte.

Crédit photo : Andrey_Popov via Shutterstock (DR)

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.