Accueil | Actualités | Médias | Le CSA se prépare à l’arrivée de la télé connectée
Pub­lié le 7 décembre 2012 | Éti­quettes :

Le CSA se prépare à l’arrivée de la télé connectée

La télé connectée arrivant à grand pas, le CSA s’est creusé les méninges durant dix mois et publie ce mercredi 5 décembre 2012 14 propositions visant à encadrer ce nouveau service.

« Il ne s'agit pas de gêner la télévision connectée, qui permet d'élargir l'offre d'images. Au contraire, il faut créer un observatoire qui permettra de mieux évaluer son évolution statistique mais aussi les contenus que les téléspectateurs privilégient et ainsi mieux adapter nos outils de régulation », a expliqué Michel Boyon, président du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, dont la mission est surtout d’éviter un choc frontal entre les chaînes traditionnelles et Internet.

Dans les mesures préconisées, la question de la publicité se pose également. Comment la contrôler, fixer sa durée, réguler la libre diffusion des œuvres ? Le CSA veut « adopter des mesures fiscales visant à limiter les déséquilibres concurrentiels avec les nouveaux acteurs et à pérenniser les effets des mécanismes de financement de la création ». « Cette réflexion devra prendre en compte le fait que certains d'entre eux sont établis en dehors de nos frontières et donc échappent à notre législation. Nul ne fera l'économie d'une réflexion au niveau européen », a estimé Emmanuel Gabla qui compte parmi les sages du conseil.

Crédit photo : Jim.henderson via Wikimedia (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This