Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le coup de gueule de Schneidermann sur le traitement du conflit israélo-palestinien

25 juillet 2014

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Le coup de gueule de Schneidermann sur le traitement du conflit israélo-palestinien

Le coup de gueule de Schneidermann sur le traitement du conflit israélo-palestinien

Le coup de gueule de Schneidermann sur le traitement du conflit israélo-palestinien

Accueil | Veille médias | Le coup de gueule de Schneidermann sur le traitement du conflit israélo-palestinien

25 juillet 2014

La tribune remonte au 13 juillet dernier mais est toujours d’une criante actualité. Dans son édito hebdomadaire sur Libération, Daniel Schneidermann s’en prend aux médias et plus particulièrement à leur traitement du conflit israélo-palestinien. Un conflit qui, selon lui, est toujours abordé « du côté israélien ».

Ain­si le patron d’@rrêt sur images aimerait-il « tenir (…) un de ces rédac­teurs de la grande machine qui amor­cent leurs sujets quo­ti­di­ens du 20 heures sur le Proche-Ori­ent par les roquettes menaçant les villes israéli­ennes ». Le tenir pour lui assén­er une série de « Pourquoi ? » qui sont trop longtemps restés enfouis dans les tré­fonds des pen­sées des téléspectateurs.

Pourquoi les médias don­nent-ils la parole « aux enfants israéliens, aux pas­sants israéliens, aux mères israéli­ennes dont les enfants sont men­acés », et pour­suiv­ent en con­clu­ant sur les décom­bres de Gaza, tou­jours filmés « de loin » ? Qui plus est « en livrant mécanique­ment le bilan des vic­times pales­tini­ennes, 20, 30, 50 ». Et, tou­jours, dans cet ordre sub­tile­ment orienté.

Schnei­der­mann aimerait en « tenir » un, de ces rédac­teurs, pour lui expli­quer que même si « on n’est pas spé­ciale­ment pro-Pales­tinien, pas davan­tage que pro-Israélien, qu’à la lim­ite, on s’en fiche », on aimerait quand même « com­pren­dre ». Com­pren­dre « pourquoi le kid­nap­pé israélien abat­tu par ses ravis­seurs est un «ado­les­cent», et le bom­bardé pales­tinien un «mineur». Pourquoi les Israéliens qui se ter­rent dans les abris sont des «per­son­nes», et les Gaza­ouis bom­bardés des «vic­times civiles». Pourquoi l’Israélien par­le, témoigne, et le Pales­tinien hurle tou­jours, sa colère ou sa douleur. »

En bref, com­pren­dre « pourquoi l’Israélien se con­tem­ple de près (…) alors que le Pales­tinien n’est qu’un chiffre qui crame sous les décombres ».

Le pire dans tout cela est sans doute le fameux canapé de Sdérot. Instal­lé sur les hau­teurs de cette ville israéli­enne, ce canapé a été posé là pour que de mor­bides curieux vien­nent con­tem­pler les bom­barde­ments sur Gaza. Ce scan­dale est une chose, « mais que penser des reporters de télé qui ont choisi le même point de vue, qui se bous­cu­lent der­rière le canapé et fil­ment les ruines de Gaza der­rière l’épaule des Israéliens du canapé ? », s’in­ter­roge Scheidermann.
Rai­son de plus pour en attrap­er un, un de ces « jeunes ». Car « ce sont générale­ment des jeunes qu’on colle aux mar­ronniers comme Gaza, pen­dant l’été ». « Un jeune, peu sus­pect d’être un copain de BHL ou de Finkielkraut, un jeune qui sorte de l’école, insoupçonnable d’être aux mains du “lob­by sion­iste” », pour­suit-il avant de dress­er une liste non-exhaus­tive de ques­tions tou­jours en attente : « mais pourquoi com­mencez-vous tou­jours par les roquettes pales­tini­ennes, et pourquoi ne men­tion­nez-vous les bom­barde­ments israéliens qu’ensuite ? Pourquoi cet ordre ? »

Que répondrait-il, ce jeune jour­nal­iste débu­tant ? Sans doute que « c’est parce qu’on a des images des Israéliens sous les roquettes, et pas d’images de Pales­tiniens sous les bombes ; c’est parce qu’il est plus facile d’aller tourn­er en Israël qu’à Gaza ; c’est parce qu’il nous faut des fran­coph­o­nes, et qu’il y a davan­tage d’Israéliens que de Pales­tiniens qui par­lent français ».

Des répons­es qui ne suff­isent pas à Daniel Schnei­der­mann qui nous livre, en guise de con­clu­sion, les vraies caus­es de cette vilaine habi­tude jour­nal­is­tique : « C’est parce qu’on a tou­jours fait comme ça, et on fait comme ça parce que tous nos con­frères sur place vivent à Jérusalem ou à Tel-Aviv, en tout cas pas en Pales­tine, et que nous sommes donc cul­turelle­ment, économique­ment, affec­tive­ment, inté­grés à la société israéli­enne, et pas à la société pales­tini­enne, même si c’est large­ment à notre insu, comme d’habitude. »

Voir notre portrait de Daniel Schneidermann

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo CPVALDELOIRE via Youtube (DR)

Rediffusion estivale

Cet article gratuit vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € pour un article, 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Patrick Cohen

PORTRAIT — Patrick Cohen est né en août 1962 à Mon­treuil. Il est l’un des chefs d’orchestre de l’information. Se cam­ou­flant der­rière une neu­tral­ité de façade, Patrick Cohen s’est longtemps fait le chantre de la lib­erté d’expression tant qu’elle demeu­rait dans les lim­ites du poli­tique­ment correct.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux sociaux.

Hervé Gattegno

PORTRAIT — Né le 28 juil­let 1964, Hervé Gat­teg­no a été rédac­teur en chef de l’édition française de Van­i­ty Fair jusqu’en 2016, puis est devenu directeur de la rédac­tion du JDD. Il est mar­ié et a trois enfants avec Anne-Cécile Sar­fati, rédac­trice en chef du mag­a­zine féminin Elle.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Sonia Dev­illers s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos ».