Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | L’AFP minimise les veilleurs
L’AFP minimise les veilleurs

4 septembre 2013

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | L’AFP minimise les veilleurs

L’AFP minimise les veilleurs

L’AFP minimise les veilleurs

Samedi 31 août, la marche puis le rassemblement des veilleurs, ces jeunes opposés à la loi Taubira qui proposent de réfléchir ensemble sur la voie publique au sens de l’existence, a été étrangement couvert par l’AFP.

Dans une pre­mière dépêche, l’a­gence éval­ue l’af­flu­ence à 200 per­son­nes, un chiffre qu’elle dit tenir de la police et qui a fait rire les par­tic­i­pants lorsqu’il le leur a été annon­cé par la co-organ­isatrice de l’événement. La dépêche par­le égale­ment d’une dizaine de camions de CRS mobil­isés pour l’oc­ca­sion. Or, selon nos infor­ma­tions, ils étaient au moins 50 tan­dis que deux sources poli­cières ont évo­qué 500 hommes mobilisés.

Dans une sec­onde dépêche, l’AFP évoque cette fois-ci « plusieurs cen­taines de per­son­nes », ce qui sem­ble plus con­forme à la réal­ité (entre 600 et 900 veilleurs). Comme pour don­ner rai­son au déploiement des forces de l’or­dre, elle affirme que « les man­i­fes­ta­tions sont tou­jours inter­dites sur les Champs-Élysées, notam­ment en rai­son de la prox­im­ité de l’Élysée », ce qui est par­faite­ment faux.

L’AFP oublie égale­ment de pré­cis­er que, con­traire­ment à la tra­di­tion, la RATP a men­tion­né l’ob­jet de la man­i­fes­ta­tion dans le mes­sage dif­fusé pour jus­ti­fi­er la fer­me­ture de plusieurs sta­tions. Elle ne pré­cise pas non plus que la rue du Faubourg Saint-Hon­oré a été fer­mée à hau­teur de l’Élysée mais cite com­plaisam­ment l’autosat­is­fecit de Nico­las Lern­er, directeur adjoint du cab­i­net du préfet de police, alors que la veil­lée a pré­cisé­ment lieu là où elle a été inter­dite par la police et que celle-ci, mal­gré de gros moyens mis en œuvre, n’a pas pu blo­quer les veilleurs entre La Défense et la place de la Con­corde, même en obstru­ant com­plète­ment (trot­toirs et chaussée) l’av­enue de la Grande-Armée et en provo­quant des bou­chons jusqu’aux Champs–Élysées…

Il faut se ren­dre sur des sites « alter­nat­ifs » comme Nou­velles de France pour lire que « same­di soir, la PPP, Bou­cault et Valls se sont ridi­culisés » ou que « mal­gré une inter­dic­tion ignorée et méprisée par plusieurs cen­taines de per­son­nes la veille, la PPP tente de sauver la face » avec un com­mu­niqué qui ne sem­ble que peu cor­re­spon­dre à la réal­ité du rassemblement.

Crédit pho­to : DR

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.

François-Régis Hutin

PORTRAIT — Tout en para­doxe, ce patron de presse a régné sans partage sur un empire de presse placé en sit­u­a­tion qua­si-monop­o­lis­tique sur le grand Ouest. Il s’est éteint le 10 décem­bre 2017 à Rennes.