Accueil | Actualités | Médias | L’AFP expulsée de fait d’Algérie
Pub­lié le 1 juin 2019 | Éti­quettes : ,

L’AFP expulsée de fait d’Algérie

Depuis les manifestations contre le renouvellement de la candidature de Bouteflika à la magistrature suprême algérienne et le renoncement de ce dernier, les médias algériens sont en ébullition et les médias du monde entier sont friands d’informations de terrain devant une situation fluide. Une raison pour les autorités pour éliminer en douceur l’AFP du pays ?

Un directeur d’agence « non renouvelé »

Les autorités algériennes ont choisi début avril 2019 de « ne pas renouveler » son accréditation au directeur local de l’AFP, le français Aymeric Vincenot. Ce qui correspond à une expulsion de fait. Déjà sans responsable, la situation des journalistes, pigistes et fournisseurs de l’agence en Algérie s’est compliquée sur le plan bancaire. Aymeric Vincenot était le seul accrédité pour signer des paiements à partir d’un compte algérien alimenté depuis la France par l’agence. Ce compte en monnaie locale ne peut être géré que par un « résident algérien ».

Imbroglio bancaire

Aymeric Vincenot expulsé, les chèques et virements sont rejetés par la banque. Mais l’AFP, choquée par l’expulsion sans raison officielle probante de son responsable, ne veut pas envoyer un nouveau directeur, du moins pas dans l’immédiat. Entretemps les journalistes, pigistes et autres salariés locaux travaillent mais sans être payés. Les deux parties campent sur leur position, l’Algérie attend un nouveau responsable, l’AFP un assouplissement de règles financières qu’elle soupçonne d’être interprétées de manière discrétionnaire. De quoi inciter les autres agences sur place à plus de prudence. On peut voir là l’objectif officieux d’autorités algériennes dont nul ne peut prédire l’avenir.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This