Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’AFP expulsée de fait d’Algérie

1 juin 2019

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | L’AFP expulsée de fait d’Algérie

L’AFP expulsée de fait d’Algérie

Depuis les manifestations contre le renouvellement de la candidature de Bouteflika à la magistrature suprême algérienne et le renoncement de ce dernier, les médias algériens sont en ébullition et les médias du monde entier sont friands d’informations de terrain devant une situation fluide. Une raison pour les autorités pour éliminer en douceur l’AFP du pays ?

Un directeur d’agence « non renouvelé »

Les autorités algéri­ennes ont choisi début avril 2019 de « ne pas renou­vel­er » son accrédi­ta­tion au directeur local de l’AFP, le français Aymer­ic Vin­cenot. Ce qui cor­re­spond à une expul­sion de fait. Déjà sans respon­s­able, la sit­u­a­tion des jour­nal­istes, pigistes et four­nisseurs de l’agence en Algérie s’est com­pliquée sur le plan ban­caire. Aymer­ic Vin­cenot était le seul accrédité pour sign­er des paiements à par­tir d’un compte algérien ali­men­té depuis la France par l’agence. Ce compte en mon­naie locale ne peut être géré que par un « rési­dent algérien ».

Imbroglio bancaire

Aymer­ic Vin­cenot expul­sé, les chèques et vire­ments sont rejetés par la banque. Mais l’AFP, choquée par l’expulsion sans rai­son offi­cielle probante de son respon­s­able, ne veut pas envoy­er un nou­veau directeur, du moins pas dans l’immédiat. Entretemps les jour­nal­istes, pigistes et autres salariés locaux tra­vail­lent mais sans être payés. Les deux par­ties camp­ent sur leur posi­tion, l’Algérie attend un nou­veau respon­s­able, l’AFP un assou­plisse­ment de règles finan­cières qu’elle soupçonne d’être inter­prétées de manière dis­cré­tion­naire. De quoi inciter les autres agences sur place à plus de pru­dence. On peut voir là l’objectif offi­cieux d’autorités algéri­ennes dont nul ne peut prédire l’avenir.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.

Yann Barthès

PORTRAIT — Avec sa belle gueule et sa décon­trac­tion cor­ro­sive, Yann Barthès est devenu en quelques années le gen­dre idéal de la mère de famille con­seil­lère déco dans le Marais, ou son fan­tasme télé le plus avouable.