Accueil | Actualités | Médias | La télé publique grecque cesse brutalement d’émettre
Pub­lié le 12 juin 2013 | Éti­quettes :

La télé publique grecque cesse brutalement d’émettre

Écran noir ce mardi soir à la télévision publique grecque, ERT, composée de trois chaînes. Le gouvernement a en effet décidé de mettre fin aux programmes et de restructurer le groupe.

Dénonçant une « mauvaise gestion », Simos Kedikoglou, le porte parole du gouvernement, a annoncé peu avant la coupure que « la diffusion de ERT s'arrêtera après la fin des programmes ce soir ». Il a souligné « un cas exceptionnel d'absence de transparence et de dépenses incroyables ». « Et tout ceci prend fin maintenant », a-t-il ajouté, précisant : « Au moment où l'on impose au peuple grec de lourds sacrifices, il n'est plus question de repousser au lendemain, d'hésiter, d'épargner les vaches sacrées. »

Ainsi les programmes se sont-ils arrêtés brutalement ce mardi 11 juin à 22h30. La police s’est même saisie de l’antenne émettrice située sur une montagne d’Athènes… Le gouvernement a annoncé qu’ERT allait être réformée et relancée sous la forme d’une structure plus petite. Celle-ci compte aujourd’hui 2 700 salariés qui se voient ainsi écartés. Ces derniers auront une compensation et pourront postuler au nouveau projet.

« ERT appartient au peuple grec ... C'est le seul média indépendant et la seule voix publique, qui doit rester dans le domaine public. [...] Nous condamnons cette décision soudaine », a annoncé le syndicat GSEE dans un communiqué. De son côté, le syndicat de journalistes Poesy a appelé à une grève immédiate de soutien dans les médias privés. « Le gouvernement est déterminé à sacrifier la télévision publique et la radio » pour satisfaire les créanciers, a-t-il estimé. Ces mêmes créanciers (BCE-FMI-UE) sont d’ailleurs actuellement présents à Athènes…

« Le gouvernement, sans consultation ni discussion, a choqué tout le monde en annonçant la suspension à minuit de la télévision. Tous les écrans vont être noirs et personne ne sait quand elle rouvrira », s’inquiète un journaliste de la rédaction, Pantelis Gonos. Pour la plupart de ses confères, cette coupure brutale a fait l’effet d’un choc qui vient un peu plus embourber le pays dans la crise et les tensions.

Crédit photo : DR

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux