Accueil | Actualités | Médias | La Croix va lancer son magazine hebdomadaire
Pub­lié le 23 juin 2019 | Éti­quettes : , ,

La Croix va lancer son magazine hebdomadaire

Une enquête de Reuters a beau annoncer que le papier n’est plus la première source d’information (passant de 46% en 2013 à 18% en 2019) la presse quotidienne imprimée continue de se défendre. Parfois en s’adjoignant un magazine comme le projette le quotidien catholique La Croix.

Le magazine, appeau publicitaire

L’aventure du Figaro Magazine est assez exemplaire, lancé comme un supplément intellectuel de qualité, le supplément du samedi s’est transformé en jaquette pour publicités ciblées CSP+. Même chose dans un contexte différent, pour le Monde Magazine vendu 4,80€ le vendredi, impossible d’acheter le quotidien sans le supplément. Un magazine où la publicité omniprésente remplace avantageusement les articles de fond. On peut découvrir dans un autre supplément du quotidien du soir, celui du samedi (vendu sans augmentation de prix) dénommé L’Epoque, de savoureux exemples de « brand advertising », notre bonne vieille publicité rédactionnelle.

La Croix s’y met aussi

La Croix a un actionnaire unique et bienveillant, la congrégation des Assomptionnistes qui contrôle le groupe Bayard (La Croix, Pèlerin, Notre Temps, Pomme d’api, Phosphore et d’autres). Un actionnaire qui n’est pas réputé pour intervenir dans la ligne éditoriale mais veiller aux équilibres économiques. C’est sans doute le respect de ces équilibres qui a amené Pascal Ruffenacht, le président de Bayard, à annoncer un magazine pour la rentrée 2019.

On annonce une quinzaine de journalistes, sans savoir si ceux-ci seront pris dans les effectifs actuels du quotidien. Le magazine serait destiné aux 70000 abonnés papier (l’essentiel de la diffusion du quotidien, plus 20000 abonnés numériques, le journal est peu diffusé en kiosque) sans doute le samedi. Ruffenacht dans un entretien au Figaro du 11 juin 2019 revendique un « magazine apaisé, fait de rencontres » et qui donne « des signes d’espérance, quand apparemment il n’y en a pas ». Une définition assez vague pour n’engager à rien. Sinon que la formule permettra de coupler des publicités quotidien/magazine, comme chez les aimables confrères.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This