Accueil | Actualités | Médias | La crise du marché publicitaire se poursuit
Pub­lié le 13 mai 2013 | Éti­quettes : , ,

La crise du marché publicitaire se poursuit

Le marché publicitaire s’est effondré de 10 % au premier trimestre 2013. Les secteurs les plus touchés sont la télévision et la presse écrite ; la radio et internet s’en tirent plutôt bien.

Cette chute de 10 % a contraint ZenithOptimedia, agence média de Publicis, à revoir ses prévisions à la baisse : - 4 % pour 2013, au lieu de - 3 % précédemment. « Traditionnellement, le début de l'année est difficile » a souligné Dominique Delport, président de Havas Media France, mais « tout le monde attend un rebond au deuxième semestre ».

La presse écrite a été particulièrement affectée avec une baisse de 4,7 % de ses recettes publicitaires sur les 4 premiers mois de l’année, selon l'institut Kantar Media. La télévision, également, a été lourdement touchée comme on a pu le voir avec TF1 qui a accusé une perte consolidée de 4,5 % au premier trimestre (renvoyer à mon précédent article sur le sujet). Cependant, les nouvelles chaînes TNT « constituent une bonne affaire pour les annonceurs à un coût qui reste très compétitif. »

C’est la radio qui s’en tire le mieux car, toujours selon Delport, « c'est un média que les annonceurs aiment bien par sa simplicité et sa réactivité ». Aussi, le marché publicitaire de la vidéo en ligne est « est en plein essor » bien qu’il « manque encore de maturité » d’après Philippe Nouchi, directeur de l'expertise média de Vivaki.

Photo : DR geeksandcom.com

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This