Accueil | Actualités | Médias | La crise du marché publicitaire se poursuit
Pub­lié le 13 mai 2013 | Éti­quettes : , ,

La crise du marché publicitaire se poursuit

Le marché publicitaire s’est effondré de 10 % au premier trimestre 2013. Les secteurs les plus touchés sont la télévision et la presse écrite ; la radio et internet s’en tirent plutôt bien.

Cette chute de 10 % a contraint ZenithOptimedia, agence média de Publicis, à revoir ses prévisions à la baisse : - 4 % pour 2013, au lieu de - 3 % précédemment. « Traditionnellement, le début de l'année est difficile » a souligné Dominique Delport, président de Havas Media France, mais « tout le monde attend un rebond au deuxième semestre ».

La presse écrite a été particulièrement affectée avec une baisse de 4,7 % de ses recettes publicitaires sur les 4 premiers mois de l’année, selon l'institut Kantar Media. La télévision, également, a été lourdement touchée comme on a pu le voir avec TF1 qui a accusé une perte consolidée de 4,5 % au premier trimestre (renvoyer à mon précédent article sur le sujet). Cependant, les nouvelles chaînes TNT « constituent une bonne affaire pour les annonceurs à un coût qui reste très compétitif. »

C’est la radio qui s’en tire le mieux car, toujours selon Delport, « c'est un média que les annonceurs aiment bien par sa simplicité et sa réactivité ». Aussi, le marché publicitaire de la vidéo en ligne est « est en plein essor » bien qu’il « manque encore de maturité » d’après Philippe Nouchi, directeur de l'expertise média de Vivaki.

Photo : DR geeksandcom.com

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux