Accueil | Actualités | Médias | La crise du marché publicitaire se poursuit
Pub­lié le 13 mai 2013 | Éti­quettes : , ,

La crise du marché publicitaire se poursuit

Le marché publicitaire s’est effondré de 10 % au premier trimestre 2013. Les secteurs les plus touchés sont la télévision et la presse écrite ; la radio et internet s’en tirent plutôt bien.

Cette chute de 10 % a contraint ZenithOptimedia, agence média de Publicis, à revoir ses prévisions à la baisse : - 4 % pour 2013, au lieu de - 3 % précédemment. « Traditionnellement, le début de l'année est difficile » a souligné Dominique Delport, président de Havas Media France, mais « tout le monde attend un rebond au deuxième semestre ».

La presse écrite a été particulièrement affectée avec une baisse de 4,7 % de ses recettes publicitaires sur les 4 premiers mois de l’année, selon l'institut Kantar Media. La télévision, également, a été lourdement touchée comme on a pu le voir avec TF1 qui a accusé une perte consolidée de 4,5 % au premier trimestre (renvoyer à mon précédent article sur le sujet). Cependant, les nouvelles chaînes TNT « constituent une bonne affaire pour les annonceurs à un coût qui reste très compétitif. »

C’est la radio qui s’en tire le mieux car, toujours selon Delport, « c'est un média que les annonceurs aiment bien par sa simplicité et sa réactivité ». Aussi, le marché publicitaire de la vidéo en ligne est « est en plein essor » bien qu’il « manque encore de maturité » d’après Philippe Nouchi, directeur de l'expertise média de Vivaki.

Photo : DR geeksandcom.com

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

0% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 0€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux