Accueil | Actualités | Médias | La BBC refuse de qualifier les frères Kouachi de « terroristes »
Pub­lié le 1 février 2015 | Éti­quettes : ,

La BBC refuse de qualifier les frères Kouachi de « terroristes »

Il y a des choix éditoriaux qui ne trompent pas. Pour la BBC, il ne faut pas qualifier les frères Kouachi, auteurs de la fusillade contre Charlie Hebdo, de « terroristes ».

Selon Tarik Kafala, responsable du service arabophone de la chaîne britannique, ce terme serait trop tendancieux. « Nous tentons d'éviter de décrire quelqu'un comme un terroriste, ou un geste comme étant terroriste. On essaye plutôt de dire quelque chose comme deux hommes ont tué douze personnes dans l'attaque d'un journal satirique. C'est suffisant », a-t-il expliqué au quotidien The Independant.

Pour M. Kafala, le terme de terroriste est trop connoté. « Terrorisme est un mot tendancieux. Cela fait plus de dix ans que l'ONU essaye de définir ce mot, et ils n'y arrivent pas. C'est très difficile. Nous parlons de violence politique, de meurtre, de bombardement, de fusillade. Nous pensons que c'est beaucoup plus informatif que d'utiliser un mot comme terroriste, que les gens ne considèrent pas comme neutre », a-t-il estimé.

Cette extrême précaution de langage ne concerne pas, comme on pourrait le penser, uniquement le service arabophone de la BBC ; dans toutes les émissions du groupe, les frères Kouachi sont qualifiés de « tireurs » ou d'« assaillants ». Dans sa charte, la chaîne a d'ailleurs demandé à ses journalistes de « bien réfléchir » avant d'utiliser le terme de « terroriste ».

Quant aux caricatures du prophète de l'islam, publiée en une du dernier Charlie Hebdo, « la couverture est apparue... dans une bannière ou dans un kiosque. Nous n'avions pas à la montrer en entier ou en gros plan. Nous essayons de minimiser l'insulte quand nous relatons l'affaire. Nous sommes conscients des risques qui planent sur nos équipes en Somalie, au Yémen, à Beyrouth ou en Libye », a commenté Tarik Kafala.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux