Accueil | Actualités | Médias | La BBC refuse de qualifier les frères Kouachi de « terroristes »
Pub­lié le 1 février 2015 | Éti­quettes : ,

La BBC refuse de qualifier les frères Kouachi de « terroristes »

Il y a des choix éditoriaux qui ne trompent pas. Pour la BBC, il ne faut pas qualifier les frères Kouachi, auteurs de la fusillade contre Charlie Hebdo, de « terroristes ».

Selon Tarik Kafala, responsable du service arabophone de la chaîne britannique, ce terme serait trop tendancieux. « Nous tentons d'éviter de décrire quelqu'un comme un terroriste, ou un geste comme étant terroriste. On essaye plutôt de dire quelque chose comme deux hommes ont tué douze personnes dans l'attaque d'un journal satirique. C'est suffisant », a-t-il expliqué au quotidien The Independant.

Pour M. Kafala, le terme de terroriste est trop connoté. « Terrorisme est un mot tendancieux. Cela fait plus de dix ans que l'ONU essaye de définir ce mot, et ils n'y arrivent pas. C'est très difficile. Nous parlons de violence politique, de meurtre, de bombardement, de fusillade. Nous pensons que c'est beaucoup plus informatif que d'utiliser un mot comme terroriste, que les gens ne considèrent pas comme neutre », a-t-il estimé.

Cette extrême précaution de langage ne concerne pas, comme on pourrait le penser, uniquement le service arabophone de la BBC ; dans toutes les émissions du groupe, les frères Kouachi sont qualifiés de « tireurs » ou d'« assaillants ». Dans sa charte, la chaîne a d'ailleurs demandé à ses journalistes de « bien réfléchir » avant d'utiliser le terme de « terroriste ».

Quant aux caricatures du prophète de l'islam, publiée en une du dernier Charlie Hebdo, « la couverture est apparue... dans une bannière ou dans un kiosque. Nous n'avions pas à la montrer en entier ou en gros plan. Nous essayons de minimiser l'insulte quand nous relatons l'affaire. Nous sommes conscients des risques qui planent sur nos équipes en Somalie, au Yémen, à Beyrouth ou en Libye », a commenté Tarik Kafala.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This