Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Junge Freiheit (Jeune liberté) : l’irrésistible ascension d’un journal dissident dans la droite allemande
Publié le 

28 octobre 2016

Temps de lecture : 6 minutes
Accueil | Veille médias | Junge Freiheit (Jeune liberté) : l’irrésistible ascension d’un journal dissident dans la droite allemande

Junge Freiheit (Jeune liberté) : l’irrésistible ascension d’un journal dissident dans la droite allemande

Junge Freiheit (JF) est aujourd’hui un hebdomadaire allemand d’audience nationale. Et un hebdomadaire qui commence à compter. Comme son pendant antinomique d’extrême-gauche, le Tageszeitung (TAZ), il fait partie de ce qu’on qualifie en Allemagne de « presse alternative », par opposition aux grands ténors de la presse traditionnelle.

En l’occurrence la presse alter­na­tive d’une droite libérée du « poli­tique­ment cor­rect », d’où la reven­di­ca­tion de « nou­velle lib­erté » de son titre. Le jour­nal se qual­i­fie de démoc­rate, con­ser­va­teur et pop­uliste, bien que ses détracteurs con­sid­èrent qu’il se situe dans un reg­istre de droite con­ser­va­trice par­fois à la lim­ite de l’extrême-droite. Il se posi­tionne en porte-à-faux par rap­port aux Lügen­me­di­en (médias men­songers), soumis aux dic­tats du poli­tique­ment cor­rect. Fondé il y a trente ans, les faits sem­blent lui don­ner rai­son au moins sur un point : il y a une demande de change­ment de ton chez les lecteurs de la presse de droite. La preuve en est la crois­sance expo­nen­tielle de ses tirages, qui flir­tent aujourd’hui avec les 30 000 exem­plaires.

La Junge Frei­heit (JF) est classée par les obser­va­teurs comme faisant par­tie de la Neue Rechte. Un terme alle­mand syn­onyme de « Nou­velle Droite », sans qu’il soit cepen­dant pos­si­ble d’établir une com­plète équiv­a­lence entre les idées défendues par cet heb­do­madaire et celles du mou­ve­ment qui porte en France ce nom (par ailleurs con­testé par ceux auquel il est attribué), la sit­u­a­tion et les cul­tures des deux pays ne pou­vant être directe­ment com­parées.

Des débuts difficiles

La Junge Frei­heit (JF) a été fondée en 1986 par le Bavarois Dieter Stein en tant qu’organe des­tinée à la jeunesse du Frei­heitliche Volkspartei (Par­ti Pop­u­laire Libéral), un par­ti con­ser­va­teur de droite n’ayant eu qu’une éphémère exis­tence, lui-même créé en 1985 par des dis­si­dents du par­ti des Repub­likan­er, (Répub­li­cains), de même ten­dance. Son pre­mier tirage s’est élevé à 400 exem­plaires.

Devenu men­su­el en 1991 et pro­gres­sive­ment libéré de ses liens par­ti­sans, le jour­nal a évolué rapi­de­ment au cours des années 1990 : une société d’édition, la Junge Frei­heit Ver­lag GmbH, a vu le jour en 1990 ; une uni­ver­sité d’été fut organ­isée. Mais la dif­fu­sion a pu rapi­de­ment pro­gress­er grâce à une asso­ci­a­tion de Junge Frei­heit avec des Burschen­schaften solide­ment implan­tées dans les uni­ver­sités alle­man­des, notam­ment la bavaroise et très droitiste Burschen­schaft Danu­bia München. Les Burschen­schaften sont des insti­tu­tions estu­di­antines alle­man­des nées au cours de l’occupation française (1805 – 1813). Elles ont abor­dé dès le début un dou­ble vis­age : celui du patri­o­tisme voire du nation­al­isme inspiré des idées de Fichte faisant écho au nation­al­isme français tout en en prenant le con­tre­pied ; et para­doxale­ment les idées libérales apportées en Alle­magne (mais non pra­tiquées) par la révo­lu­tion française. Le fait que ces dernières aient pu évoluer vers un nation­al­isme dur sous l’empire wil­helminien, avec les rites de pas­sage qui ont fondé leur légende (duels ini­ti­a­tiques, etc.) ne doit pas occul­ter cette dou­ble fil­i­a­tion du patri­o­tisme, d’une part, et du désir d’indépendance et de lib­erté pour la nation alle­mande de l’autre, qui est large­ment de retour aujourd’hui.

Junge Frei­heit a pu béné­fici­er dès le départ du sou­tien de politi­ciens issus de la CDU (Chré­tiens-Démoc­rates) et de la CSU (Chré­tiens-Soci­aux bavarois). En 1993, la société d’édition a été trans­for­mée en société en com­man­dite afin de per­me­t­tre à ses lecteurs de la financer à titre de com­man­di­taires, procu­rant ain­si des cap­i­taux sup­plé­men­taires des­tinés à per­me­t­tre le pas­sage à une paru­tion heb­do­madaire.

Mais la vie n’est pas un long fleuve tran­quille : le suc­cès gran­dis­sant de Junge Frei­heit fit du jour­nal la cible d’une vaste offen­sive d’opposants au cours des années 1990. Le 4 décem­bre 1994, un « groupe révo­lu­tion­naire de les­bi­ennes et d’autres groupe­ments révo­lu­tion­naires » mirent le feu à l’imprimerie de Junge Frei­heit à Weimar, occa­sion­nant un sin­istre de plus d’un mil­lion de marks (500 k€). D’autres atten­tats et man­i­fes­ta­tions vio­lentes eurent lieu à Pots­dam. Des mil­liers d’adresses de lecteurs furent volées après une effrac­tion. Une bombe fut ensuite placée dans la boîte aux let­tres d’un abon­né en Alle­magne du Nord. Les câbles élec­triques ali­men­tant le siège de la rédac­tion furent coupés en 1995. La voiture d’un rédac­teur fut égale­ment incendiée.

Ces inci­dents prof­itèrent cepen­dant au jour­nal. Ils démon­traient que l’intolérance, le rejet de la démoc­ra­tie et de la lib­erté d’expression se trou­vaient bien dans l’autre camp, si bien que plusieurs per­son­nal­ités poli­tiques de droite et de gauche, dont Daniel Cohn-Ben­dit (Verts) et Peter Gauweil­er (CSU), défendirent son droit à l’existence. La Deutsche Post (poste alle­mande), qui avait fer­mé les comptes de Junge Frei­heit en 2000, dut faire marche arrière devant la répro­ba­tion de l’opinion publique, à laque­lle le jour­nal avait fait appel au nom de la lib­erté d’expression.

La rédac­tion démé­nagea en octo­bre 1995 de Pots­dam pour le cen­tre Mosse à Berlin, un lieu emblé­ma­tique qui héberge plusieurs jour­naux. En août 1994, Dieter Stein déci­da par ailleurs de licenci­er le rédac­teur en chef de l’époque, Andreas Molau, qui avait lais­sé le suisse Armin Mohler pub­li­er un arti­cle con­tro­ver­sé sur la sec­onde guerre mon­di­ale. En juin 1986, la rédac­tion alle­mande mit fin à sa col­lab­o­ra­tion avec ses cer­cles de lecteurs pour rem­plac­er ces derniers par le cer­cle pro­mo­tion­nel Fre­unde der Jun­gen Frei­heit (Les amis de la Junge Frei­heit). Le jour­nal se finance désor­mais par ses abon­nements, ses ventes au numéro, ses annonces et des dons. Un site Inter­net fut créé en 1996.

En 2000, Götz Kubitschek et Karl­heinz Weiß­mann, des con­tribu­teurs réguliers de Junge Frei­heit, fondèrent par­al­lèle­ment l’Insti­tut für Staat­spoli­tik (Insti­tut de poli­tique éta­tique, IfS), un organ­isme chargé d’organiser des col­lo­ques, des con­grès et des for­ma­tions poli­tiques. L’IfS a étroite­ment col­laboré avec le jour­nal jusqu’en 2009, date à laque­lle un divorce eut lieu à la suite de diver­gences poli­tiques rel­a­tives à la notion de Neue Rechte. L’IfS col­lab­o­rait en effet aus­si avec le NPD (par­ti poli­tique d’extrême-droite au sens alle­mand du terme, en l’occurrence iso­la­tion­niste, ségré­ga­tion­niste et centralisateur/jacobin – donc opposé à la sépa­ra­tion ver­ti­cale des pou­voirs et par con­séquent à un des piliers de la démoc­ra­tie – en proie à une procé­dure d’interdiction pour incom­pat­i­bil­ité avec la con­sti­tu­tion, Ver­fas­sungswidrigkeit) et avec l’Iden­titäre Bewe­gung (mou­ve­ment iden­ti­taire). Junge Frei­heit souhaitait en effet se démar­quer de l’appellation de Neue Rechte.

Junge Frei­heit a égale­ment ten­té, à par­tir d’octobre 1995, de s’implanter en Autriche par le biais d’une édi­tion heb­do­madaire spé­ci­fique dénom­mée Zur Zeit (Actuelle­ment), dirigée par Andreas Mölz­er, un mem­bre du FPÖ (Par­ti de la lib­erté d’Autriche). Mais comme celui-ci col­lab­o­rait égale­ment avec le NPD, la rédac­tion alle­mande a décidé en sep­tem­bre 2007 de met­tre un terme à cette coopéra­tion.

Depuis 2004, Junge Frei­heit attribue le prix jour­nal­is­tique Ger­hard-Löwen­thal, en col­lab­o­ra­tion avec Inge­borg Löwen­thal (veuve du jour­nal­iste juif alle­mand Ger­hard Löwen­thal), depuis 2007 en coopéra­tion avec la Förder­s­tiftung Kon­ser­v­a­tive Bil­dung und Forschung (Fon­da­tion de pro­mo­tion de la for­ma­tion et de la recherche con­ser­va­trice) créée par le Bavarois Cas­par Frei­herr von Schrenck-Notz­ing (Cas­par, seigneur de Schrenck-Notz­ing – un écrivain et édi­teur hos­tile aux idées de 1968 depuis les années 1970, con­sid­éré par ailleurs comme le père de la Nou­velle Droite alle­mande).

Le fond rédactionnel

Junge Frei­heit se qual­i­fie de résis­tant. Le jour­nal se con­sid­ère comme « un des derniers jour­naux nationaux indépen­dant de sociétés d’édition en Alle­magne ». Il revendique la « lib­erté économique, poli­tique et pub­lic­i­taire » en se posi­tion­nant claire­ment comme reje­tant le « poli­tique­ment cor­rect ». Le jour­nal veut « con­tribuer à élargir la diver­sité et la vital­ité de la for­ma­tion des opin­ions en démoc­ra­tie », « faire hon­neur à la grande tra­di­tion cul­turelle et spir­ituelle et de la nation alle­mande » et ain­si « favoris­er l’émancipation poli­tique de l’Allemagne et de l’Europe, ain­si que préserv­er l’identité et la lib­erté des peu­ples du monde ».

Les pro­tag­o­nistes du jour­nal sont divisés sur le qual­i­fi­catif de Neue Rechte. Son fon­da­teur et rédac­teur en chef Dieter Stein reje­tait le terme de Neue Rechte dès 1989 avant de qual­i­fi­er ce dernier de « fan­tasme inadéquat » et de « qual­i­fi­catif venu de l’extérieur » en 2005, alors que plusieurs con­tribu­teurs du jour­nal adop­taient volon­tiers cette appel­la­tion. Si l’on voulait établir une com­para­i­son avec ce qu’on appelle « Nou­velle Droite » en France, il faudrait con­sid­ér­er les grandes lignes précédem­ment évo­quées, en notant cepen­dant que Junge Frei­heit, à l’instar de tous les mou­ve­ments « pop­ulistes » d’Europe du Nord (Autriche, Suisse, Alle­magne, Pays-Bas et pays scan­di­naves), n’est pas fon­da­men­tale­ment ant­i­cap­i­tal­iste et antilibéral, et éprou­ve une plus grande sym­pa­thie pour la cause israéli­enne que pour la cause pales­tini­enne.

Cer­tains spé­cial­istes en sci­ences poli­tiques, comme Ste­fan von Hoynin­gen-Huene, Wolf­gang Gessen­har­ter et Hel­mut Fröch­ling, situent cepen­dant Junge Frei­heit dans la « nou­velle droite » au vu des reven­di­ca­tions pro­gram­ma­tiques du jour­nal en 1995 : défense de la démoc­ra­tie et de la lib­erté d’expression ; hos­til­ité au « poli­tique­ment cor­rect » et aux idées de 1968 ; restau­ra­tion de la totale indépen­dance nationale de l’Allemagne et de l’Europe per­due en 1945 ; con­ser­vatisme en ter­mes de défense de la famille et de l’identité européenne. Le rejet de la moder­nité pour la moder­nité a incité la Junge Frei­heit à rejeter les réformes de l’orthographe alle­mande de 1996, 2004, 2006 et 2011.

Le jour­nal a été cat­a­logué « d’extrême-droite » par le rap­port de la Ver­fas­sungss­chutz (pro­tec­tion de la Con­sti­tu­tion) de Rhé­nanie-du-Nord-West­phalie. Il a lancé  une procé­dure judi­ci­aire pour con­tester cette éti­quette et faire cess­er toute sur­veil­lance par les organes policiers dédiés. Un juge­ment du tri­bunal con­sti­tu­tion­nel fédéral du 28 juin 2005 lui a don­né rai­son. Le jour­nal n’a en effet jamais rejeté les insti­tu­tions démoc­ra­tiques en tant que telles, con­di­tion fon­da­men­tale à un tel classe­ment. Le rédac­teur en chef du mag­a­zine Focus Hel­mut Mark­wort, l’écrivain israélien Ephraïm Kishon et le soci­o­logue alle­mand Erwin Scheuch ont rejeté toute éti­quette d’ex­trême droite appliquée à ce jour­nal.

En terme de con­tenu, Junge Frei­heit cou­vre l’éventail habituel des sujets traités par un heb­do­madaire poli­tique et cul­turel. La page de garde reprend un édi­to­r­i­al com­men­tant des événe­ments récents du point de vue d’un auteur. Elle est suiv­ie des rubriques Opin­ion, Entre­tien, Poli­tique, Économie et envi­ron­nement, Con­texte, Cul­ture, Lit­téra­ture, His­toire et sci­ences, Forum, Cour­ri­er des lecteurs, Esprit du temps et médias.

Les archives en ligne con­ti­en­nent l’ensemble des arti­cles pub­liés depuis avril 1997.

Chaque numéro du jour­nal tend à bal­ay­er tous les aspects d’un sujet don­né en adop­tant la forme suiv­ante : la page « Entre­tien » con­tient à chaque fois une inter­view avec une per­son­nal­ité con­nue. Le thème abor­dé dans le cadre de cet entre­tien est alors décliné dans les autres rubriques, ce qui donne une remar­quable cohérence à l’ensemble et per­met d’aborder toutes les facettes d’un même sujet. Les com­men­taires ont un grand poids. Les événe­ments majeurs (par exem­ple la com­mé­mora­tion du 50ème anniver­saire de la défaite le 8 mai 2005, ou encore celle de l’attentat con­tre Hitler du 20 juil­let 1944) sont l’occasion de pub­li­er des numéros spé­ci­aux. La mai­son d’édition pub­lie égale­ment les arti­cles et les inter­views des édi­tions spé­ciales sous la forme de livres.

Le suc­cès de Junge Frei­heit est indé­ni­able. Son tirage, qui est passé de 400 en 1986 à 30 000 exem­plaires aujourd’hui, con­naît une crois­sance expo­nen­tielle. Ce phénomène est emblé­ma­tique d’un change­ment de par­a­digme, en Alle­magne comme dans toute l’Europe.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision