Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Une bibliothèque comme citadelle

24 octobre 2022

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Une bibliothèque comme citadelle

Une bibliothèque comme citadelle

24 octobre 2022

Temps de lecture : 3 minutes

La Bibliothèque du conservatisme (BdK) de Berlin fête ses 10 ans. Institution clé dans le combat culturel conservateur allemand, elle entend préparer l’avenir et permettre à la droite de gouverner le pays.

Berlin. « Nous sommes à la fin de 2000 ans de civil­i­sa­tion — notre cul­ture est en train de mourir. » L’aver­tisse­ment du philosophe néer­landais Andreas Kin­neg­ing résonne dans la salle de lec­ture de la bib­lio­thèque du con­ser­vatisme (BdK). Néan­moins, il règne une atmo­sphère déten­due en ce jour, les feuilles d’au­tomne col­orent les rues et comme en con­traste avec les sujets sérieux de la man­i­fes­ta­tion, les rayons du soleil tra­versent la cou­ver­ture nuageuse et baig­nent la vue d’une riche teinte dorée.

L’e­spoir l’emporte sur le doute mal­gré le cli­mat poli­tique général. Les pré­dic­tions dignes de Cas­san­dre de Kin­neg­ing, pro­fesseur à l’u­ni­ver­sité de Lei­den aux Pays-Bas, ne sem­blent pas ternir la bonne humeur des invités, dont l’au­teur à suc­cès Thi­lo Sar­razin, les con­sti­tu­tion­nal­istes Diet­rich Mur­swiek et Ulrich Vos­ger­au. Une ambiance de « pes­simisme joyeux » à la Friedrich Niet­zsche est dans l’air. Les récents suc­cès élec­toraux des de l’union des par­tis du cen­tre et de droite en Suède et en Ital­ie ali­mentent les con­ver­sa­tions pen­dant les pauses.

Former des bataillons traditionnels

La devise de cet anniver­saire est d’aider à con­tr­er le déclin presque irré­sistible de la cul­ture européenne. « Nous devons for­mer des batail­lons tra­di­tion­nels », souligne l’his­to­rien Karl­heinz Weiß­mann dans un dis­cours, « et pren­dre les déci­sions par­fois très dif­fi­ciles sur ce que nous voulons sauver de notre cul­ture ». C’est la voca­tion par­ti­c­ulière de la BdK, qui a ouvert ses portes aux vis­i­teurs en novem­bre 2012. Une bib­lio­thèque unique en Europe : aucune insti­tu­tion com­pa­ra­ble dans aucun autre pays européen ne rend acces­si­ble l’univers de l’his­toire intel­lectuelle con­ser­va­trice d’une manière aus­si com­plète grâce aux plus de 35 000 ouvrages cat­a­logués. « La bib­lio­thèque est dev­enue depuis longtemps un point de cristalli­sa­tion du con­ser­vatisme en Alle­magne », se réjouit un inter­venant devant une audi­ence qui com­prend à peu près tout ce qui a rang et nom dans l’Alle­magne conservatrice.

La BdK pro­pose non seule­ment des sémi­naires, des soirées ani­mées par des écrivains réputés comme, par exem­ple, Uwe Tel­lkamp (La Tour, J’ai lu, 2012, n.d.t.) et Michael Klonovsky, des sémi­naires pour étu­di­ants et ses pro­pres pub­li­ca­tions académiques. Avec deux pod­casts, « Kat­e­chon » et « Forum », elle a fait son entrée dans l’e­space numérique et touche un pub­lic jeune. La BdK ne doit pas être « un havre de trans­fig­u­ra­tion muséale », mais « un point de départ pour le débat et l’ac­tion », souligne Dieter Stein, rédac­teur en chef de Junge Frei­heit et prési­dent du con­seil d’ad­min­is­tra­tion de la « Fon­da­tion pour l’é­d­u­ca­tion et la recherche con­ser­va­tri­ces » (FKBF) dans son dis­cours de remerciements.

Une aventure nommée bibliothèque

Aujour­d’hui, per­son­ne ne peut imag­in­er « dans quelles con­di­tions aven­tureuses a eu lieu la fon­da­tion de la bib­lio­thèque ». L’idée est née en 2007 d’une con­ver­sa­tion entre Stein et le fon­da­teur de la FKBF, Cas­par von Schrenk-Notz­ing, « l’un des pub­li­cistes con­ser­va­teurs les plus impor­tants de l’après-guerre alle­mande », explique Stein.

À l’époque, Schrenk-Notz­ing s’est demandé ce qu’il adviendrait de sa bib­lio­thèque de recherche privée, qui comp­tait plus de 15 000 vol­umes. Cela a finale­ment con­duit au plan de préser­va­tion de cette col­lec­tion unique pour le tra­vail d’é­d­u­ca­tion poli­tique dans le milieu conservateur.

Les livres ont été stock­és tem­po­raire­ment dans les locaux de Junge Frei­heit, car il ne sem­blait y avoir aucune per­spec­tive con­crète pour la bib­lio­thèque. Pour Stein, c’est la déci­sion courageuse de Wolf­gang Fenske d’a­ban­don­ner son pas­torat pour se con­sacr­er entière­ment à la con­struc­tion de la bib­lio­thèque qui a per­mis de lancer le projet.

De Berlin au monde

La Bib­lio­thèque n’a pas été le seul sujet abor­dé lors de cet anniver­saire. Des ques­tions plus philosophiques ont fait l’ob­jet d’une table ronde ; l’é­tat actuel de la poli­tique con­ser­va­trice a été l’objet d’une vive dis­cus­sion. Selon le jour­nal­iste Mar­co Gal­li­na, par exem­ple, les suc­cès de l’al­liance du cen­tre et de la droite en Ital­ie seraient des « fruits » qui auraient poussé dans le « champ » d’in­sti­tu­tions cul­turelles sim­i­laires à la BdK. Pour tous les par­tic­i­pants, cepen­dant, la ques­tion reste ouverte : cette vic­toire élec­torale est-elle un feu de paille ou le début d’un feu de forêt conservateur ?

Source : Junge Frei­heit, 10/10/2022. Tra­duc­tion : AC

Voir aussi

Cet article GRATUIT vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés