Accueil | Actualités | Médias | Jean-Luc Petitrenaud : « Europe 1 se trompe de France »
Pub­lié le 29 juin 2014 | Éti­quettes : ,

Jean-Luc Petitrenaud : « Europe 1 se trompe de France »

Après l'annonce de la suppression de son émission « Bistrot du Dimanche », qu'il animait sur les ondes d'Europe 1 depuis 18 ans, Jean-Luc Petitrenaud garde un goût amer.

Dans un entretien accordé au Parisien, celui-ci estime que son programme était « peut-être un peu trop populaire ». « Apparemment aujourd'hui, ce n'est pas bien, on veut faire une radio plus élitiste. On m'a juste dit : 'On s'est trompé avec cette histoire' », note-t-il avant de tacler sa direction : « Moi je crois que ce sont eux qui se trompent de France. Ils le découvriront avec les sondages d'audience. »

En guise de compensation, Europe 1 a offert à M. Petitrenaud une chronique de quelques minutes. Insuffisant pour masquer l'amertume de ce dernier. « Je ne comprends pas Europe 1. Les Français veulent qu'on s'intéresse à eux, qu'on leur parle de leur famille, de leur terroir. Si on leur enlève... Je faisais ça avec Le Bistrot du Dimanche, mais à Europe 1 ils n'en ont plus envie. Ils ont une autre idée de la radio. Ce n'est pas ma radio. On va parler de Paris à la province, je ne sais pas si l'agriculteur de Rodez et son épouse veulent écouter ça », estime l'animateur.

Et celui-ci de conclure en précisant qu'il ne compte pas pour autant quitter la station : « J'aime beaucoup Europe 1, c'est ma famille. Et comme dans toute famille, on peut parfois être déçu. Là, on me déshérite, je suis un peu grognon... »

Crédit photo : Le Bistrot du Dimanche via Facebook

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

0% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 0€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux