Accueil | Actualités | Médias | [Interview] Grève au journal de France 3 : la CGT reconduit la grève
Pub­lié le 6 juin 2013 | Éti­quettes : ,

[Interview] Grève au journal de France 3 : la CGT reconduit la grève

Au 14ème jour de grève, l'Ojim a souhaité faire le point sur ce conflit social avec Éric Laumonier Délégué syndical CGT et Technicien vidéo à France 3.

OJIM : Pouvez-vous nous présenter le projet de restructuration de la direction ?

Éric Laumonier : Le 4 janvier 2010 a été créé l'entreprise commune France Télévisions regroupant France 2, France 3, France 4, France 5 et RFO. Depuis 4 ans un accord collectif est négocié au sein de cette nouvelle entreprise. Cet accord a été signé par toutes les organisations syndicales le 28 mai dernier. Cet accord prévoit des dispositions spécifiques moins disantes pour 15% du personnel concernant la compensation de la pénibilité des heures de nuit et du WE. 85% des salariés bénéficient des dispositions du socle commun de l'accord collectif.

Quelles sont vos objections à ce plan et vos revendications ?

É. L. : Les salariés en grève demandent une égalité de traitement pour tous les salariés de l'entreprise. Ils demandent à rejoindre le socle commun.

- Si la totalité des effectifs sont en grève qui se charge du montage "tout images" ?

É. L. : Les monteurs font partie des 85% heureux bénéficiaires du socle commun, ils ne sont pas en grève et ne sont pas couverts par le préavis.

Que pensez vous de la gêne pour les téléspectateurs de France 3 ?

É. L. : Bien entendu, les grévistes regrettent cet interruption du service qui n'est pas de leur fait mais de la direction qui reste sourde à leur revendication.

Où en sont les dernières négociations et jusqu'où êtes vous prêts à aller ?

É. L. : C'est aujourd'hui le 14e jour de grève, les grévistes n'ont été reçu que 4 fois durant le mouvement. La direction parie sur un pourrissement du conflit.
Les troupes sont très motivées, la grève est reconduite chaque jour à l'unanimité. Seule l'assemblée générale qui se réunit tous les jours peut décider de l'issue du conflit.

Crédit photo : montage Ojim (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux