Accueil | Actualités | Médias | Hollande a‑t-il tenté d’annuler le redressement fiscal de Mediapart ?
Pub­lié le 5 octobre 2014 | Éti­quettes :

Hollande a‑t-il tenté d’annuler le redressement fiscal de Mediapart ?

Selon Le Canard enchaîné, le chef de l'État aurait multiplié les pressions auprès de Bercy pour « passer l'éponge sur la dette fiscale » du journal en ligne. Durant cinq ans, Mediapart s’est en effet appliqué un taux de TVA à 2,1% au lieu de celui, légal, de 19,6%. Le pure player doit ainsi près de 3 millions d’euros au fisc, plus 200 000 euros de frais de retard et 1 million d’euros pour « mauvaise foi », soit la coquette somme de 4,2 millions d’euros.

Et si l'Assemblée nationale a voté, en février dernier, une loi pour l'égalité fiscale entre la presse papier et la presse en ligne, cette loi, entrée en vigueur le 1er février 2014, n’est évidemment pas rétroactive et ne concerne donc pas la période 2008-2013 durant laquelle Mediapart était de l'autre côté de la ligne jaune.

En juillet, le site a reçu une notification de redressement fiscal de 4,2 millions d'euros, que François Hollande aurait tout fait pour tuer dans l’œuf. Sans succès. Mais pourquoi le chef de l'État agit-il ainsi envers un site qui n'a de cesse de sortir des « affaires » sur ses ministres ?

La réponse est simple pour le Canard : Edwy Plenel n'est autre qu'un ami de François Hollande, avec qui il a d'ailleurs déjà écrit un livre... L'amitié plus forte que la créance ? Avec l'argent du contribuable, c'est sans doute plus facile.

Voir notre infographie de Mediapart

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This