Accueil | Actualités | Médias | Hollande a-t-il tenté d’annuler le redressement fiscal de Mediapart ?
Pub­lié le 5 octobre 2014 | Éti­quettes :

Hollande a-t-il tenté d’annuler le redressement fiscal de Mediapart ?

Selon Le Canard enchaîné, le chef de l'État aurait multiplié les pressions auprès de Bercy pour « passer l'éponge sur la dette fiscale » du journal en ligne. Durant cinq ans, Mediapart s’est en effet appliqué un taux de TVA à 2,1% au lieu de celui, légal, de 19,6%. Le pure player doit ainsi près de 3 millions d’euros au fisc, plus 200 000 euros de frais de retard et 1 million d’euros pour « mauvaise foi », soit la coquette somme de 4,2 millions d’euros.

Et si l'Assemblée nationale a voté, en février dernier, une loi pour l'égalité fiscale entre la presse papier et la presse en ligne, cette loi, entrée en vigueur le 1er février 2014, n’est évidemment pas rétroactive et ne concerne donc pas la période 2008-2013 durant laquelle Mediapart était de l'autre côté de la ligne jaune.

En juillet, le site a reçu une notification de redressement fiscal de 4,2 millions d'euros, que François Hollande aurait tout fait pour tuer dans l’œuf. Sans succès. Mais pourquoi le chef de l'État agit-il ainsi envers un site qui n'a de cesse de sortir des « affaires » sur ses ministres ?

La réponse est simple pour le Canard : Edwy Plenel n'est autre qu'un ami de François Hollande, avec qui il a d'ailleurs déjà écrit un livre... L'amitié plus forte que la créance ? Avec l'argent du contribuable, c'est sans doute plus facile.

Voir notre infographie de Mediapart

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.