Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Google en campagne pour Biden avec son moteur de recherche
Google en campagne pour Biden avec son moteur de recherche

30 octobre 2020

Temps de lecture : 4 minutes

Accueil | Veille médias | Google en campagne pour Biden avec son moteur de recherche

Google en campagne pour Biden avec son moteur de recherche

Google en campagne pour Biden avec son moteur de recherche

Que Google ait un penchant à gauche, libéral au sens américain du terme (c’est-à-dire progressiste, libertaire), tout le monde le sait déjà, notamment grâce à des fuites et à l’action de quelques lanceurs d’alerte depuis l’intérieur de la compagnie. Ce dont on ne se rend pas forcément compte, c’est jusqu’où va la capacité du géant américain de l’Internet à faire pencher la balance en faveur des démocrates sans que les électeurs ne s’en aperçoivent.

Project Veritas dévoile le pot aux roses

Le média Project Ver­i­tas, qui se spé­cialise dans l’utilisation de caméras cachés pour dévoil­er l’envers du décor et notam­ment le par­ti-pris gauchiste des grands médias améri­cains, a récem­ment pub­lié de nou­velles vidéos pour expos­er la manière dont l’entreprise cal­i­forni­enne Google LLC exploite son mono­pole afin d’influencer les électeurs améri­cains à l’approche de l’élection prési­den­tielle du 3 novem­bre où s’affronteront le prési­dent sor­tant Don­ald Trump, soutenu par les répub­li­cains, et l’ancien vice-prési­dent de Barack Oba­ma, le démoc­rate Joe Biden. La nou­velle de ces vidéos n’a bien enten­du été relayée que par les sites con­ser­va­teurs ou pro-vie, cer­tains blogs et encore par le média russe RT, mais pas par les grands médias d’information améri­cains dont le cœur penche majori­taire­ment dans le même sens que celui de Google.

Trump = Moins, Biden = Plus

C’est ain­si que l’on peut voir par exem­ple ces vidéos repris­es et décrites sur le site catholique et pro-vie cana­di­en Life Site News. La pre­mière vidéo fait appa­raître un cer­tain Ritesh Lakhkar, présen­té comme Tech­ni­cal Pro­gram Man­ag­er pour le Cloud chez Google, et son col­lègue Par­trick Markan, ingénieur chez Fit­bit, une entre­prise en cours de rachat par Google. Le jour­nal­iste de Project Ver­i­tas demande aux deux hommes pourquoi une recherche Google sur les mots clés « Don­ald Trump » ne donne que des résul­tats à con­no­ta­tion néga­tive alors qu’une recherche sur les mots clés « Joe Biden » affiche au con­traire unique­ment des résul­tats à con­no­ta­tion pos­i­tive. Les deux inter­locu­teurs de Ver­i­tas répon­dent sim­ple­ment que les résul­tats sont volon­taire­ment ori­en­tés par les pro­prié­taires des algo­rithmes de recherche. Lakhkar explique ensuite, dans une autre con­ver­sa­tion dis­crète­ment filmée, que Google « joue à Dieu », mais de manière sélec­tive, et que « si Trump dit quelque chose, donne une fausse infor­ma­tion, on l’efface sous un quel­conque pré­texte parce que c’est illé­gal. Si un leader démoc­rate dit une telle chose, on le laisse tel quel ». Lakhkar con­firme aus­si au jour­nal­iste que c’est la même chose pour YouTube, pro­priété de Google, tout en exp­ri­mant son malaise face à ces pra­tiques. « Sur le plan moral et éthique, je ne suis pas d’accord », explique-t-il sans savoir qu’il est filmé, affir­mant : « c’est une des raisons pour lesquelles j’étouffe chez Google ».

Les employés aussi

La deux­ième vidéo met en lumière une autre forme de cen­sure à l’œuvre chez Google, pas for­cé­ment cette fois par la volon­té des dirigeants de la com­pag­nie mais en rai­son des préférences idéologiques et poli­tiques de la très gross­es majorité de ses employés. Cette fois il s’agit d’une con­ver­sa­tion con­duite dans un pub avec un cer­tain Adri­ano Amaduzzi, respon­s­able de la pub­lic­ité Google. Amaduzzi se vante d’avoir blo­qué des pub­lic­ités en faveur du Brex­it quand un représen­tant du Par­ti con­ser­va­teur bri­tan­nique l’avait con­tac­té. Il rit et explique, tou­jours sans savoir qu’il est filmé : « Vous dites à un Ital­ien vivant à Lon­dres que vous voulez pro­mou­voir le Brex­it. Vous trou­vez ça sérieux ? ».

Cela ne serait pas si grave si Google n’avait pas une telle dom­i­na­tion sur le marché des moteurs de recherche. Le Départe­ment de la Jus­tice des États-Unis vient d’ailleurs de lancer une procé­dure antitrust pour met­tre fin à ses pra­tiques abu­sives en matière de recherche en ligne et de pub­lic­ité, ain­si qu’informait l’agence Asso­ci­at­ed Press le 20 octo­bre 2020. Mais pour l’élection du 3 novem­bre, c’est un peu tard.

Pour Clinton déjà…

Il y a un an, un chercheur améri­cain, le doc­teur Robert Epstein, spé­cial­iste de la psy­cholo­gie à l’American Insti­tute for Behav­ioral Research and Tech­nol­o­gy, avait expliqué sur la chaîne Fox News le fonc­tion­nement et la portée des manip­u­la­tions de Google au moyen de son moteur de recherche. Epstein avait voulu étudi­er la par­tial­ité ou non de trois grands moteurs de recherche – Google, Bing et Yahoo – et l’influence que cette par­tial­ité peut avoir sur le vote des électeurs. Tra­vail­lant sur des échan­til­lons d’Internautes qui avaient accep­té que soient col­lec­tées les don­nées con­cer­nant leurs recherch­es sur ces trois moteurs, Epstein et son équipe sont arrivés en 2016 à la con­clu­sion qu’il y avait « un par­ti pris très net dans les résul­tats de recherche de Google. Pas sur Bing et Yahoo, unique­ment sur Google », et que ce par­ti pris était « en faveur d’Hillary Clin­ton » dont le chercheur était par­ti­san à titre per­son­nel. Selon Epstein, « ce niveau de par­ti pris était suff­isant, selon mes cal­culs, pour avoir fait gag­n­er à Hillary quelque part entre 2,6 et 10,4 mil­lions de votes sans que per­son­ne ne se soit ren­du compte de ce qui se pas­sait ». Ceci au moyen des sug­ges­tions de recherche qui appa­rais­sent pen­dant que l’utilisateur tape ses mots clés et aus­si par le biais du classe­ment des liens appa­rais­sant en tête des résul­tats de la recherche, car « 50 % de nos clics con­cer­nent les deux pre­miers résul­tats ».

Parti pris libéral

« Leurs dirigeants et leurs employés ont un par­ti pris libéral avec lequel je sym­pa­thise », recon­naît Epstein, « mais je n’aime pas le fait que ce par­ti pris s’exprime en faisant obsta­cle à une élec­tion libre et loyale ».

En 2018, pour les élec­tions de mi-man­dat au Con­grès, Epstein et son équipe se sont penchés sur trois comtés tra­di­tion­nelle­ment acquis aux répub­li­cains. « Nous avons mesuré un par­ti pris sig­ni­fi­catif dans le moteur de recherche Google, mais pas sur Bing et Yahoo. (…) Ce niveau de par­ti pris pou­vait très facile­ment expli­quer les marges de vic­toire [des candi­dats démoc­rates] dans ces dis­tricts. (…) Cela se passe de manière sub­lim­i­nale, sans que les gens le sachent. Les gens ne voient pas ce par­ti pris dans les résul­tats des recherch­es ».

Rediffusion estivale

Cet article gratuit vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € pour un article, 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Patrick Cohen

PORTRAIT — Patrick Cohen est né en août 1962 à Mon­treuil. Il est l’un des chefs d’orchestre de l’information. Se cam­ou­flant der­rière une neu­tral­ité de façade, Patrick Cohen s’est longtemps fait le chantre de la lib­erté d’expression tant qu’elle demeu­rait dans les lim­ites du poli­tique­ment correct.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux sociaux.

Hervé Gattegno

PORTRAIT — Né le 28 juil­let 1964, Hervé Gat­teg­no a été rédac­teur en chef de l’édition française de Van­i­ty Fair jusqu’en 2016, puis est devenu directeur de la rédac­tion du JDD. Il est mar­ié et a trois enfants avec Anne-Cécile Sar­fati, rédac­trice en chef du mag­a­zine féminin Elle.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Sonia Dev­illers s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos ».