Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
France Culture n’aime pas les Aristochats

15 janvier 2020

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | France Culture n’aime pas les Aristochats

France Culture n’aime pas les Aristochats

Dimanche 22 décembre 2019, à l’approche de Noël, France Culture s’est intéressée aux Aristochats. Que croyez-vous qu’il advint ? Le dessin animé serait réactionnaire.

L’émission con­sid­érée s’appelle « Per­son­nages en per­son­ne » ani­mée par l’écrivain et édi­teur Charles Dantzig, très inséré dans les codes soci­aux bour­geois du Paris de sa (belle) époque à lui, c’est-à-dire de main­tenant. Elle est dif­fusée le dimanche de 15h à 15h30. Le 22 décem­bre 2019, son sujet était : « Les Aris­tochats ou la dernière édu­ca­tion à l’ancienne ».

Présentation par France Culture

« Duchesse et ses trois cha­tons, Marie, Berlioz et Toulouse, reçoivent de leur mère une édu­ca­tion à limage du milieu où ils vivent, dans le Paris de la Belle Epoque : celui de la bour­geoisie riche. Tous les codes de la bien­séance sont respec­tés dans le dessin ani­mé « Les Aris­tochats ». Non seule­ment les codes soci­aux sont respec­tés, mais encore de genre : les petites chattes se pâment à lidée du mariage et les petits chats sont bagar­reurs sous l’œil bien­veil­lant de leur mère. Ce film de 1970 est-il un des derniers à propager lancien modèle d’éducation des enfants ? »

Bour­geoisie et richesse, « bien­séance » et donc absence de trans­gres­sion, « respect » des codes soci­aux et… surtout « de genre ». L’émission promeut deux con­cep­tions très étranges.

Stéréotypes de genre

La pre­mière con­sid­ère qu’éduquer un garçon comme un garçon et une fille comme une fille serait un stéréo­type. Il est vrai que la toute petite minorité instal­lée en haut des chaires uni­ver­si­taires, dans les bureaux de nom­breux édi­teurs parisiens, dans les prin­ci­paux lieux de cul­ture et la majorité des médias con­tem­po­rains pense (ou veut penser) que l’identité n’existe pas. Elle ne serait qu’une con­struc­tion sociale. Du coup, les Aris­tochats auraient con­stru­it en garçons/chats des garçons biologiques, en réal­ité filles, et des filles/chattes biologiques, en réal­ité garçons. C’est une sim­ple con­cep­tion du monde, non étayée sci­en­tifique­ment mais qui se pré­tend sci­en­tifique et dont la voca­tion est de militer en faveur d’une société qui serait celle imag­inée dans le cerveau de quelques « chercheurs » en sci­ences sociales, sou­vent financés par les sub­sides d’Etat. Notons que la plu­part de ces chercheurs, avant tout mil­i­tants, ne sont pas hétéro­sex­uels et n’ont pas d’enfants.

De quoi s’agit-il avec le « genre » : d’imposer une nou­velle norme socié­tale voulue par une minorité, total­i­taire en somme. Notons aus­si que la majorité des gens parta­gent le bon sens, élar­gi par Georges Orwell en con­cept sur le plan poli­tique, le « sens com­mun », d’éduquer leurs garçons comme des garçons et leurs filles comme des filles.

Anachronisme volontaire

La sec­onde est tout sauf his­torique. D’abord, bien qu’un his­to­rien soit présent dans le stu­dio, elle est fondée sur un anachro­nisme : la ques­tion du genre ne peut être le critère d’analyse des Aris­tochats puisqu’elle n’était pas à l’ordre du jour, sauf dans deux ou trois squats enfumés de Los Ange­les, en 1970, date de la réal­i­sa­tion de ce dessin ani­mé. Ensuite, con­sid­ér­er que la Belle Epoque est représen­tée par ce dessin ani­mé, en tant que péri­ode bour­geoise (le mot fleure bon son marx­isme mal digéré et mal lu), est une erreur his­torique : la société de la Belle Epoque est évidem­ment beau­coup plus com­plexe que cela et les couch­es sociales pop­u­laires y étaient dom­i­nantes. L’émission est d’ailleurs incom­plète voire men­songère au sujet du dessin ani­mé lui-même : cer­tains de ses per­son­nages les plus impor­tants sont musi­ciens de jazz, chats de gout­tière, vivent en marge de la société, ne sont ni pro­pres sur eux ni bien éduqués « à l’ancienne »…

Autrement dit, Les Aris­tochats n’est pas une œuvre binaire, con­traire­ment à l’émission de France Cul­ture. Une con­cep­tion binaire du monde qui sem­ble se dévelop­per sur cette chaîne de radio.

Le genre multiforme au lycée comme à l’université

Cette notion de genre deviendrait presque comique si elle n’était pas de plus en plus enseignée, dans le sec­ondaire mais aus­si dans les uni­ver­sités de sci­ences humaines où elle est sou­vent présen­tée comme une vérité indé­pass­able. La réal­ité est sim­ple : les garçons ont un zizi et les filles une zézette, l’immense majorité de la pop­u­la­tion n’a cure de ces débats pour gob­eurs de mouch­es (ou de choses plus con­sis­tantes, au vu des divers­es sex­u­al­ités envis­agées, Google recen­sant main­tenant plus d’une cinquan­taine « d’identités » de genre, d’où le fait de pou­voir être LGBTQ+++, chaque plus appor­tant son indi­vidu sex­uelle­ment « dif­férent » — néan­moins pourvu, en gros, d’un zizi ou d’une zézette, ain­si le veut la biolo­gie humaine).

Cette notion est impor­tante pour une autre rai­son. S’il n’y a pas d’identité sex­uelle et si cha­cun peut décider d’être un garçon ou une fille, alors rien n’empêche les poli­tiques actuelles autour de la PMA et prob­a­ble­ment de la GPA. Pourquoi, en effet, empêch­er un garçon qui « se ressent » fille d’avoir un enfant comme fille ? Que son corps ne puisse pas le porter, sur un plan biologique, ne gêne ni les théoriciens du genre, ni les pro­duc­teurs de France Cul­ture.

Encore plus fort ? La présentation de l’auteur des Aristochats

« Auteur : Walt Dis­ney. 1901–1966. Dessi­na­teur. Réal­isa­teur et pro­duc­teur de films dani­ma­tion. Améri­cain dorig­ine irlandaise. Chrétien con­gré­ga­tion­al­iste (le pre­mier Dis­ney­land a été béni par un pas­teur con­gré­ga­tion­al­iste). Hétéro­sex­uel. Devenu riche par son tal­ent. »

Il fal­lait oser : mâle, chré­tien, hétéro­sex­uel, riche, tal­entueux. Qua­tre défauts majeurs dans l’idéologie très gauchisante en phase de développe­ment expo­nen­tiel dans les médias offi­ciels, comme dans les uni­ver­sités d’ailleurs.

Selon l’émission, toute l’histoire du monde devrait donc être réé­tudiée au prisme des obses­sions de quelques uni­ver­si­taires aux pré­ten­tions avant-gardistes. Raphaël Enthoven a eu une réac­tion ironique de haut vol sur twit­ter : « Hétéro­sex­uel ? Vous êtes sûr ? Quelqu’un a‑t-il véri­fié l’info ? Ou est-ce que tout le monde s’en bran­le ? ».

Per­son­nages en per­son­ne est à la fois représen­ta­tive de notre époque et de la pro­gram­ma­tion de « France Cul­ture ». Elle est aus­si ridicule. Il n’empêche : seuls Valeurs Actuelles et atlantico.fr ont évo­qué « l’affaire ». Éton­nant ? Ou pas.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

Pascale Clark

PORTRAIT — Pas­cale Clark est jour­nal­iste sur France Inter où elle se fait par­ti­c­ulière­ment remar­quer pour sa morgue, son mépris et son par­ti pris face aux per­son­nal­ités poli­tiques de droite.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision