Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
FMI : Le Monde et Le Figaro ont-ils lu le même rapport ?

11 août 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | FMI : Le Monde et Le Figaro ont-ils lu le même rapport ?

FMI : Le Monde et Le Figaro ont-ils lu le même rapport ?

Même source, constat différent. Le rapport annuel du Fond Monétaire International (FMI) sur l’économie de la France était l’occasion de comparer l’angle sous lequel l’a traité la presse française. À titre d’exemple, comparons Le Monde et Le Figaro.

Le rap­port a été pub­lié ce lun­di 5 août. Il prévoit une légère reprise de la crois­sance et une sta­bil­i­sa­tion du déficit, qu’il est impor­tant, dit-il, de sur­veiller et de sta­bilis­er. Quelles sont les caus­es de ce déficit et les moyens mis en œuvre pour le con­jur­er ? C’est là que les avis diver­gent.

Ain­si Le Monde titre-t-il « Le FMI recom­mande à la France de ralen­tir le rythme de réduc­tion du déficit » sans jamais évo­quer l’action du gou­verne­ment en la matière : l’augmentation des recettes publiques, autrement dit des impôts.

Le Figaro, quant à lui, insiste sur ce point. Pour le même sujet, le même rap­port, le titre de l’article est vu sous un autre angle : « La France doit renon­cer à de nou­velles hauss­es d’im­pôts, selon le FMI. » Et l’article de pré­cis­er qu’à « env­i­ron 90% », l’effort lié à l’assainissement des finances publiques « a porté sur des aug­men­ta­tions de recettes publiques et non pas des diminu­tions de dépens­es ».

Et le jour­nal de citer Edward Gard­ner, qui a dirigé la mis­sion du FMI en France, qui con­sid­ère que « la sta­bil­i­sa­tion de la poli­tique fis­cale sera un élé­ment cru­cial pour un retour de la con­fi­ance : il faut augur­er que l’a­juste­ment budgé­taire portera à l’avenir sur les dépens­es et non sur la fis­cal­ité. C’est par­ti­c­ulière­ment impor­tant pour les entre­pris­es. »

De l’autre côté, Le Monde n’a jamais fait état de cette par­tie du rap­port. Les deux jour­naux ont-ils bien lu le même rap­port ? Peut-être pas avec les mêmes yeux…

Crédit pho­to : inter­na­tion­al mon­e­tary fund via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision