Christian Terras
France Culture : un éditorialiste écarté pour avoir critiqué les sondages ?

Faute de « diversité intellectuelle », Brice Couturier quitte le plateau de France Culture

Mercredi 6 avril sur France Culture, Guillaume Erner animait « Les Matins de France Culture », émission consacrée à la colère sociale, notamment par rapport au mouvement citoyen « La Nuit debout ».

Autour de la table : Manuel Cervera Marzal, docteur en sciences politiques, Michaël Foessel, philosophe et écrivain, Clémentine Autain, conseillère régionale d’Île de France du Front de Gauche, et Brice Couturier, journaliste et chroniqueur.

Très vite, le « débat » autour du thème « Colères sociales : de la résignation à la mobilisation » s’est transformé en discussion entre convaincus, au point que M. Couturier quitte le plateau. Après que Michaël Foessel ait pondu une analyse sur la colère en tant que moteur de la démocratie, l’animateur Guillaume Erner se tourne vers Couturier et l’interroge : « Comment les libéraux verraient-ils la colère et sa traduction politique, Brice Couturier ? »

Sauf que ce dernier, qui se revendique lui-même comme un « libéral de gauche » et avait, la veille, qualifié sur Twitter le mouvement Nuit debout de « pâle copie gauchiste des veilleurs catholiques, intégristes », n’a pas souhaité répondre. « Écoutez, je m’en voudrais de faire entendre une note dissonante au sein de cette assemblée générale ni prétendre incarner à moi tout seul la gauche gouvernementale et non radicale », a-t-il lancé.

Et de poursuivre : « Je n’ai pas vocation à servir de punching-ball à une assemblée générale de quatre ou cinq personnes qui pensent de la même façon. Moi je ne veux pas incarner à moi tout seul la diversité idéologique autour de ce plateau, donc je vous laisse entre vous. » Quelques instants plus tard, celui-ci aurait claqué la porte du plateau, « hors de lui », s’estimant piégé.

Par la suite, sur Twitter, le chroniqueur a défendu sa réaction : « Seul contre 4, ce n’est pas un débat. J’aurais servi de punching ball. La diversité intellectuelle, je la conçois autrement. »

En parlant de diversité intellectuelle, personne n’a cru bon de se demander pourquoi la droite n’avait pas été représentée ce matin-là…

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook