Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Faute de « diversité intellectuelle », Brice Couturier quitte le plateau de France Culture
Faute de « diversité intellectuelle », Brice Couturier quitte le plateau de France Culture

8 avril 2016

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Faute de « diversité intellectuelle », Brice Couturier quitte le plateau de France Culture

Faute de « diversité intellectuelle », Brice Couturier quitte le plateau de France Culture

Faute de « diversité intellectuelle », Brice Couturier quitte le plateau de France Culture

Mercredi 6 avril sur France Culture, Guillaume Erner animait « Les Matins de France Culture », émission consacrée à la colère sociale, notamment par rapport au mouvement citoyen « La Nuit debout ».

Autour de la table : Manuel Cervera Marzal, doc­teur en sci­ences poli­tiques, Michaël Foes­sel, philosophe et écrivain, Clé­men­tine Autain, con­seil­lère régionale d’Île de France du Front de Gauche, et Brice Cou­turi­er, jour­nal­iste et chroniqueur.

Très vite, le « débat » autour du thème « Colères sociales : de la résig­na­tion à la mobil­i­sa­tion » s’est trans­for­mé en dis­cus­sion entre con­va­in­cus, au point que M. Cou­turi­er quitte le plateau. Après que Michaël Foes­sel ait pon­du une analyse sur la colère en tant que moteur de la démoc­ra­tie, l’an­i­ma­teur Guil­laume Ern­er se tourne vers Cou­turi­er et l’in­ter­roge : « Com­ment les libéraux ver­raient-ils la colère et sa tra­duc­tion poli­tique, Brice Couturier ? »

Sauf que ce dernier, qui se revendique lui-même comme un « libéral de gauche » et avait, la veille, qual­i­fié sur Twit­ter le mou­ve­ment Nuit debout de « pâle copie gauchiste des veilleurs catholiques, inté­gristes », n’a pas souhaité répon­dre. « Écoutez, je m’en voudrais de faire enten­dre une note dis­so­nante au sein de cette assem­blée générale ni pré­ten­dre incar­n­er à moi tout seul la gauche gou­verne­men­tale et non rad­i­cale », a‑t-il lancé.

Et de pour­suiv­re : « Je n’ai pas voca­tion à servir de punch­ing-ball à une assem­blée générale de qua­tre ou cinq per­son­nes qui pensent de la même façon. Moi je ne veux pas incar­n­er à moi tout seul la diver­sité idéologique autour de ce plateau, donc je vous laisse entre vous. » Quelques instants plus tard, celui-ci aurait claqué la porte du plateau, « hors de lui », s’es­ti­mant piégé.

Par la suite, sur Twit­ter, le chroniqueur a défendu sa réac­tion : « Seul con­tre 4, ce n’est pas un débat. J’au­rais servi de punch­ing ball. La diver­sité intel­lectuelle, je la conçois autrement. »

En par­lant de diver­sité intel­lectuelle, per­son­ne n’a cru bon de se deman­der pourquoi la droite n’avait pas été représen­tée ce matin-là…

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.

François-Régis Hutin

PORTRAIT — Tout en para­doxe, ce patron de presse a régné sans partage sur un empire de presse placé en sit­u­a­tion qua­si-monop­o­lis­tique sur le grand Ouest. Il s’est éteint le 10 décem­bre 2017 à Rennes.