Accueil | Actualités | Médias | Faute de « diversité intellectuelle », Brice Couturier quitte le plateau de France Culture
Pub­lié le 8 avril 2016 | Éti­quettes : ,

Faute de « diversité intellectuelle », Brice Couturier quitte le plateau de France Culture

Mercredi 6 avril sur France Culture, Guillaume Erner animait « Les Matins de France Culture », émission consacrée à la colère sociale, notamment par rapport au mouvement citoyen « La Nuit debout ».

Autour de la table : Manuel Cervera Marzal, docteur en sciences politiques, Michaël Foessel, philosophe et écrivain, Clémentine Autain, conseillère régionale d’Île de France du Front de Gauche, et Brice Couturier, journaliste et chroniqueur.

Très vite, le « débat » autour du thème « Colères sociales : de la résignation à la mobilisation » s'est transformé en discussion entre convaincus, au point que M. Couturier quitte le plateau. Après que Michaël Foessel ait pondu une analyse sur la colère en tant que moteur de la démocratie, l'animateur Guillaume Erner se tourne vers Couturier et l'interroge : « Comment les libéraux verraient-ils la colère et sa traduction politique, Brice Couturier ? »

Sauf que ce dernier, qui se revendique lui-même comme un « libéral de gauche » et avait, la veille, qualifié sur Twitter le mouvement Nuit debout de « pâle copie gauchiste des veilleurs catholiques, intégristes », n'a pas souhaité répondre. « Écoutez, je m’en voudrais de faire entendre une note dissonante au sein de cette assemblée générale ni prétendre incarner à moi tout seul la gauche gouvernementale et non radicale », a-t-il lancé.

Et de poursuivre : « Je n’ai pas vocation à servir de punching-ball à une assemblée générale de quatre ou cinq personnes qui pensent de la même façon. Moi je ne veux pas incarner à moi tout seul la diversité idéologique autour de ce plateau, donc je vous laisse entre vous. » Quelques instants plus tard, celui-ci aurait claqué la porte du plateau, « hors de lui », s'estimant piégé.

Par la suite, sur Twitter, le chroniqueur a défendu sa réaction : « Seul contre 4, ce n'est pas un débat. J'aurais servi de punching ball. La diversité intellectuelle, je la conçois autrement. »

En parlant de diversité intellectuelle, personne n'a cru bon de se demander pourquoi la droite n'avait pas été représentée ce matin-là...

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This