Accueil | Actualités | Médias | Facebook veut aussi régenter vos amours via Facebook dating
Pub­lié le 16 septembre 2019 | Éti­quettes : , ,

Facebook veut aussi régenter vos amours via Facebook dating

Vous aviez déjà des « amis » sur la fesse du bouc. Quelques-uns, ou quelques centaines voire quelques milliers (mazette !). Ce qui faisait votre fierté et permettait à l’ami Mark Zuckerberg de récupérer de précieuses données, monétisables via la publicité ciblée. Vous aurez peut-être le Libra, la monnaie virtuelle de Mark qui lui permettra de connaître au centime près de connaître vos revenus et vos dépenses. Maintenant vous allez enfin pouvoir rencontrer l’élu ou l’élue de votre cœur via Facebook dating. Le géant américain vient d’ouvrir sa plateforme de rencontres aux États-Unis ainsi que dans 19 autres pays. Le lancement en Europe est programmé pour 2020. Facebook dating est réservé aux personnes majeures (qui va vérifier ?) et apparaîtra directement dans l’application principale de Facebook.

Amour, mode d’emploi

Vous avez le choix : ou vous partez de votre profil habituel ou bien vous créez un avatar, un profil différent. Dans le premier cas vos « amis » découvriront sans doute « un brun quarantenaire, cadre de la fonction publique, habitant la région parisienne, aimant le sport, les bons restaurants et les sorties à deux, recherche blonde bien en chair, drôle, tendre pour affinités électives ». Cette sortie officielle peut avoir des effets fâcheux.

Vous êtes plus malin, vous créez votre avatar : « beau brun, la trentaine (pourquoi ne pas se rajeunir un peu), haut fonctionnaire (c’est presque vrai), recherche blonde un peu ronde (on maintient) pour sorties câlines (plus direct) ». Vous avez une fonctionnalité dédiée qui va vous permettre – après avoir repéré votre proie sur Facebook ou Instagram – d’envoyer un cœur sur l’élu ou élue sur son téléphone. Il/elle vous répond par un cœur ? Vous pouvez échanger et le bonheur est à portée de clic.

Potentiel commercial immense

Rassurez-vous, des « sécurités » sont prévues, qui seront comme à chaque fois contournées un jour ou l’autre, mais l’amour dit-on rend aveugle. Le vrai objectif en concurrençant des applications de rencontre immédiate comme Tinder, Bumble, Easyflirt, Badoo, Coup d’un soir (il y en a des dizaines) est de récupérer de nouvelles données sur votre vie la plus intime : vos goûts sexuels, vos localisations de rencontres, vos cadeaux. Le beau brun a rencontré la belle blonde un peu ronde au Quartier latin et lui a offert un bouquet de roses ? Pourquoi ne pas lui suggérer des hôtels dans les environs ? Et des suggestions de fleuristes ? Un petit bijou peut-être ? Et la gentille blonde pourrait offrir au gentil brun une cravate bien choisie ? Ou un bon restaurant ? Ou un voyage ? Si vous voulez rendre Mark heureux (et plus riche) rendez-vous sur Facebook dating en 2020. A vos risques et périls.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This