Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Facebook veut aussi régenter vos amours via Facebook dating

16 septembre 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Facebook veut aussi régenter vos amours via Facebook dating

Facebook veut aussi régenter vos amours via Facebook dating

Vous aviez déjà des « amis » sur la fesse du bouc. Quelques-uns, ou quelques centaines voire quelques milliers (mazette !). Ce qui faisait votre fierté et permettait à l’ami Mark Zuckerberg de récupérer de précieuses données, monétisables via la publicité ciblée. Vous aurez peut-être le Libra, la monnaie virtuelle de Mark qui lui permettra de connaître au centime près de connaître vos revenus et vos dépenses. Maintenant vous allez enfin pouvoir rencontrer l’élu ou l’élue de votre cœur via Facebook dating. Le géant américain vient d’ouvrir sa plateforme de rencontres aux États-Unis ainsi que dans 19 autres pays. Le lancement en Europe est programmé pour 2020. Facebook dating est réservé aux personnes majeures (qui va vérifier ?) et apparaîtra directement dans l’application principale de Facebook.

Amour, mode d’emploi

Vous avez le choix : ou vous partez de votre pro­fil habituel ou bien vous créez un avatar, un pro­fil dif­férent. Dans le pre­mier cas vos « amis » décou­vriront sans doute « un brun quar­an­te­naire, cadre de la fonc­tion publique, habi­tant la région parisi­enne, aimant le sport, les bons restau­rants et les sor­ties à deux, recherche blonde bien en chair, drôle, ten­dre pour affinités élec­tives ». Cette sor­tie offi­cielle peut avoir des effets fâcheux.

Vous êtes plus malin, vous créez votre avatar : « beau brun, la trentaine (pourquoi ne pas se raje­u­nir un peu), haut fonc­tion­naire (c’est presque vrai), recherche blonde un peu ronde (on main­tient) pour sor­ties câlines (plus direct) ». Vous avez une fonc­tion­nal­ité dédiée qui va vous per­me­t­tre – après avoir repéré votre proie sur Face­book ou Insta­gram – d’envoyer un cœur sur l’élu ou élue sur son télé­phone. Il/elle vous répond par un cœur ? Vous pou­vez échang­er et le bon­heur est à portée de clic.

Potentiel commercial immense

Ras­surez-vous, des « sécu­rités » sont prévues, qui seront comme à chaque fois con­tournées un jour ou l’autre, mais l’amour dit-on rend aveu­gle. Le vrai objec­tif en con­cur­rençant des appli­ca­tions de ren­con­tre immé­di­ate comme Tin­der, Bum­ble, Easyflirt, Badoo, Coup d’un soir (il y en a des dizaines) est de récupér­er de nou­velles don­nées sur votre vie la plus intime : vos goûts sex­uels, vos local­i­sa­tions de ren­con­tres, vos cadeaux. Le beau brun a ren­con­tré la belle blonde un peu ronde au Quarti­er latin et lui a offert un bou­quet de ros­es ? Pourquoi ne pas lui sug­gér­er des hôtels dans les envi­rons ? Et des sug­ges­tions de fleuristes ? Un petit bijou peut-être ? Et la gen­tille blonde pour­rait offrir au gen­til brun une cra­vate bien choisie ? Ou un bon restau­rant ? Ou un voy­age ? Si vous voulez ren­dre Mark heureux (et plus riche) ren­dez-vous sur Face­book dat­ing en 2020. A vos risques et périls.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision