Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Enrico Mentana : l’indépendance d’un journaliste italien

31 mars 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Enrico Mentana : l’indépendance d’un journaliste italien

Enrico Mentana : l’indépendance d’un journaliste italien

Enrico Mentana, ou “la mitraillette ” à cause de son débit saccadé, est un des visages les plus importants du journalisme de la télévision italienne.

Pen­dant des années homme clé de Canale5, le fleu­ron du réseau Medi­aset (le réseau fondé par Sil­vio Berlus­coni et main­tenant dirigé par son fils Pier Sil­vio), on aurait pu atten­dre de lui un pro­fil de « jour­nal­iste de gou­verne­ment ». Au lieu de cela, Men­tana a tou­jours main­tenu un pro­fil d’im­par­tial­ité qu’il con­serve encore comme directeur de la chaine La7.

À l’oc­ca­sion des atten­tats de Brux­elles, lors du défilé de banales con­doléances génériques, il a franchi allé­gre­ment les fron­tières du poli­tique­ment cor­rect. Et il l’a fait au détri­ment d’une des icônes des bobos ital­iens, la prési­dente de la cham­bre des députés Lau­ra Boldri­ni anci­enne Haut-com­mis­saire aux réfugiés des Nations Unies. Alors que Lau­ra Boldri­ni réc­i­tait les lita­nies com­pas­sion­nelles habituelles, il a inter­rompu la trans­mis­sion de son dis­cours pour revenir au direct. Il s’en est jus­ti­fié : « au moment du direct ce n’était pas le moment… de laiss­er la parole aux phras­es de deuil toutes faites qui auraient pu aus­si bien être pronon­cées avant qu’après les atten­tats. » Un peu comme si David Pujadas avait inter­rompu Chris­tiane Taubi­ra dans un exer­ci­ce pro­gram­mé de repen­tance républicaine.

Face aux réac­tions sur les sites en ligne et les manchettes de jour­naux dénonçant “l’hu­mil­i­a­tion” d’une insti­tu­tion par le jour­nal­iste, Men­tana n’a pas présen­té d’excuses. Le syn­di­cat des jour­nal­istes de La7 (les syn­di­cats de jour­nal­istes ital­iens sont majori­taire­ment aus­si con­formistes que leurs con­frères français) a présen­té alors une motion de défi­ance pour « com­porte­ment anti­syn­di­cal » à son directeur qui a démis­sion­né avant de repren­dre cette démis­sion à la demande de sa rédaction.

« La mitrail­lette » est célèbre pour ses polémiques comme celle avec Il Foglio, quo­ti­di­en libéral atlantiste, et son directeur Giu­liano Fer­rara. Il a eu le courage au moment où Berlus­coni était à son apogée de démis­sion­ner de Canale5 la plus impor­tante chaine privée de télévi­sion en Italie.

De notre cor­re­spon­dant en Italie

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Jean-Pierre Pernaut

PORTRAIT — Il est le jour­nal­iste le plus détesté de la bobocratie médi­a­tique parisi­enne (Les Inrocks, Libéra­tion, etc…) mais son « Jour­nal de 13 heures » est le plus suivi du PAF (près de 7 mil­lions de per­son­nes quotidiennement).

Jean-Michel Décugis

Jean-Michel Décugis est surtout con­nu pour ses bévues jour­nal­is­tiques, ali­men­tant en infox/fake news les médias pour lesquels il travaille.

Claude Perdriel

PORTRAIT — Claude Per­driel, décrit partout comme un amoureux de la presse, est surtout un homme d’af­faires con­va­in­cu de ses idéaux de gauche pour lesquels il a bâti un empire d’in­flu­ence grâce à l’ar­gent des sani­broyeurs qu’il a inventé.

Laurence Haïm

PORTRAITS — Née le 14 novem­bre 1966 à Paris, Lau­rence Haïm est jour­nal­iste poli­tique à l’in­ter­na­tion­al. En 2017, elle devient pour quelques mois porte-parole de La République en Marche.