Accueil | Actualités | Médias | Enora Malagré révèle son passé de « délinquante »
Pub­lié le 14 décembre 2013 | Éti­quettes : ,

Enora Malagré révèle son passé de « délinquante »

Interrogée par le magazine Technikart, la blonde chroniqueuse de « Touche pas à mon poste », Enora Malagré, a évoqué son passé de « délinquante » et de jeune fille « rebelle ».

Selon ses dires, la jeune femme à la langue bien pendue, surtout quand il s'agit de surenchérir dans le politiquement correct, aurait fait partie d'une bande de voyous appelée AK78, qui « semait la terreur » à Saint-Quentin-en-Yvelines.

« J'étais trop délinquante, trop rebelle, pas très maligne. Je suis passée à côté de mes études. J'ai multiplié les "grosses conneries", genre brûler des voitures, taguer partout, frapper des gens. Genre mauvais souvenir. Pathétique. C'est vraiment pas une fierté », a-t-elle notamment déclaré.

Des révélations étonnantes qui tranchent avec l'image très « papier glacé » de l'ex-étudiante en droit, spécialiste de la mode, et compagne du comédien/réalisateur Gianni Giardinelli.

Crédit photo : capture d'écran vidéo Europe 1 via Youtube (DR)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux