Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Enora Malagré révèle son passé de « délinquante »

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

14 décembre 2013

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Enora Malagré révèle son passé de « délinquante »

Enora Malagré révèle son passé de « délinquante »

Temps de lecture : < 1 minute

Interrogée par le magazine Technikart, la blonde chroniqueuse de « Touche pas à mon poste », Enora Malagré, a évoqué son passé de « délinquante » et de jeune fille « rebelle ».

Selon ses dires, la jeune femme à la langue bien pen­due, surtout quand il s’ag­it de surenchérir dans le poli­tique­ment cor­rect, aurait fait par­tie d’une bande de voy­ous appelée AK78, qui « semait la ter­reur » à Saint-Quentin-en-Yvelines.

« J’é­tais trop délin­quante, trop rebelle, pas très maligne. Je suis passée à côté de mes études. J’ai mul­ti­plié les “gross­es con­ner­ies”, genre brûler des voitures, taguer partout, frap­per des gens. Genre mau­vais sou­venir. Pathé­tique. C’est vrai­ment pas une fierté », a‑t-elle notam­ment déclaré.

Des révéla­tions éton­nantes qui tranchent avec l’im­age très « papi­er glacé » de l’ex-étu­di­ante en droit, spé­cial­iste de la mode, et com­pagne du comédien/réalisateur Gian­ni Giardinelli.

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo Europe 1 via Youtube (DR)