Accueil | Actualités | Médias | Enora Malagré révèle son passé de « délinquante »
Pub­lié le 14 décembre 2013 | Éti­quettes : ,

Enora Malagré révèle son passé de « délinquante »

Interrogée par le magazine Technikart, la blonde chroniqueuse de « Touche pas à mon poste », Enora Malagré, a évoqué son passé de « délinquante » et de jeune fille « rebelle ».

Selon ses dires, la jeune femme à la langue bien pendue, surtout quand il s'agit de surenchérir dans le politiquement correct, aurait fait partie d'une bande de voyous appelée AK78, qui « semait la terreur » à Saint-Quentin-en-Yvelines.

« J'étais trop délinquante, trop rebelle, pas très maligne. Je suis passée à côté de mes études. J'ai multiplié les "grosses conneries", genre brûler des voitures, taguer partout, frapper des gens. Genre mauvais souvenir. Pathétique. C'est vraiment pas une fierté », a-t-elle notamment déclaré.

Des révélations étonnantes qui tranchent avec l'image très « papier glacé » de l'ex-étudiante en droit, spécialiste de la mode, et compagne du comédien/réalisateur Gianni Giardinelli.

Crédit photo : capture d'écran vidéo Europe 1 via Youtube (DR)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This