Accueil | Actualités | Médias | Enora Malagré révèle son passé de « délinquante »
Pub­lié le 14 décembre 2013 | Éti­quettes : ,

Enora Malagré révèle son passé de « délinquante »

Interrogée par le magazine Technikart, la blonde chroniqueuse de « Touche pas à mon poste », Enora Malagré, a évoqué son passé de « délinquante » et de jeune fille « rebelle ».

Selon ses dires, la jeune femme à la langue bien pendue, surtout quand il s'agit de surenchérir dans le politiquement correct, aurait fait partie d'une bande de voyous appelée AK78, qui « semait la terreur » à Saint-Quentin-en-Yvelines.

« J'étais trop délinquante, trop rebelle, pas très maligne. Je suis passée à côté de mes études. J'ai multiplié les "grosses conneries", genre brûler des voitures, taguer partout, frapper des gens. Genre mauvais souvenir. Pathétique. C'est vraiment pas une fierté », a-t-elle notamment déclaré.

Des révélations étonnantes qui tranchent avec l'image très « papier glacé » de l'ex-étudiante en droit, spécialiste de la mode, et compagne du comédien/réalisateur Gianni Giardinelli.

Crédit photo : capture d'écran vidéo Europe 1 via Youtube (DR)

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux